Le CF Montréal tentera de mater une de ses bêtes noires

L’entraîneur Wilfried Nancy en discussion avec Lassi Lappalainen en mai dernier, lors d’un match en Floride
Photo: Lynne Sladky Associated Press L’entraîneur Wilfried Nancy en discussion avec Lassi Lappalainen en mai dernier, lors d’un match en Floride

De belles choses se profilent à l’horizon du CF Montréal ce week-end. Dans un premier temps, il y a, bien sûr, ce retour annoncé au stade Saputo. Cette rentrée montréalaise, samedi soir, donnera aussi l’occasion aux hommes de Wilfried Nancy d’égaler un record d’équipe vieux de cinq ans. L’obstacle à tout ça, c’est le FC Cincinnati, une minibête noire de l’organisation montréalaise.

Le CF Montréal (5-3-4) tentera de disputer un sixième match consécutif sans subir la défaite, samedi soir, face à la dernière équipe à lui avoir infligé un revers.

Une équipe qui, elle-même, est au cœur de la meilleure série de succès de sa jeune histoire, avec quatre parties sans défaite (2-0-2).

Depuis un échec de 2-1 face au FC Cincinnati (3-5-3) le 22 mai dans un match « local » disputé à Fort Lauderdale, le CF Montréal présente une fiche de trois gains et deux verdicts nuls. Il a aussi gagné ses deux dernières sorties.

Entre le 28 mai et le 13 juillet 2016, l’Impact avait affiché un dossier de deux gains et quatre matchs nuls. Du 5 au 26 septembre 2015, l’équipe montréalaise avait fait encore mieux, avec une fiche de quatre victoires et deux matchs nuls.

Ce sont les deux seules séries de six parties sans défaite dans l’histoire de l’organisation montréalaise.

En visioconférence jeudi après-midi à la suite d’une séance d’entraînement tenue au stade Saputo, Nancy a admis qu’il n’était pas au courant que sa troupe pouvait égaler une marque d’équipe.

Ce qu’il sait, toutefois, c’est que ses joueurs méritent leurs réussites des dernières semaines, même si le chemin pour arriver à ces résultats n’a pas toujours été parfait.

« Les joueurs ne lâchent pas. Mentalement, je les trouve très bons pour l’instant et donc, c’est ça qui nous a permis d’avoir des résultats qui ont été positifs », a observé Nancy.

« Vous me connaissez maintenant, je veux jouer d’une certaine façon et les joueurs aussi le souhaitent, a-t-il ajouté. Il y a des moments où c’est un peu plus difficile, mais les joueurs trouvent une manière de faire quelque chose de positif. C’est bien. Je suis content de ça, que ce soit n’importe quel joueur sur le terrain. »

Nancy peut facilement discuter longuement des récents succès de son équipe, mais il n’a pas nécessairement toutes les réponses pouvant expliquer les insuccès de l’Impact / CF Montréal contre une formation qui n’a gagné que 13 matchs en 68 parties depuis son arrivée dans la MLS en 2019.

De ses 13 victoires, le FC Cincinnati en a récolté trois en autant de tentatives face aux joueurs montréalais, les deux autres remontant à la saison 2019.

Lors du seul duel entre les deux clubs en 2021, le CF Montréal avait laissé filer une avance de 1-0 en accordant deux buts en un peu plus de 15 minutes tard en deuxième demie.

« J’en parlais avec le staff en début de semaine, aussi avec des amis à Cincinnati. Effectivement, on n’arrive pas à les battre. Pourtant, on a eu des occasions pour les battre. Je me rappelle le premier match, on nous avait enlevé un but sur hors-jeu qui était valable. Du coup, la dynamique était différente. Après, quand ils étaient venus à la maison, ils avaient gagné, justement, parce qu’on n’avait pas été performants », s’est souvenu Nancy.

Des joueurs galvanisés

Au-delà de la chasse à un record d’équipe et de la possibilité de vaincre le FC Cincinnati pour la première fois de son histoire, le CF Montréal vivra un doux moment samedi soir devant une foule qui pourrait s’élever à 5000 spectateurs au stade Saputo.

« La joie, le plaisir », a répondu Nancy quand il a été invité à décrire ses états d’âme sur ce premier match au stade Saputo en dix mois.

« Je suis content pour tout le monde, pas que pour nous, les joueurs ou le staff. On est contents pour la ville aussi. On a hâte. On a pu s’entraîner ce matin dans le stade, pour prendre un peu des repères. C’est nouveau pour plein de joueurs. On a hâte, on est contents de revenir pour faire des choses simples à Montréal, chez nous », a-t-il répété.

Selon Nancy, cette rentrée montréalaise viendra stimuler ses joueurs plutôt que de leur imposer une pression additionnelle.

« C’est que du bonheur de revenir à la maison, et c’est que du bonheur de retrouver des sensations avec des fans, même s’il va y avoir un minimum de fans pour l’instant. Je reste sur le côté positif sur le fait que l’on revienne et que l’on joue chez nous », a souligné Nancy.

« Pour le reste, on affronte Cincinnati. Oui, O.K., on ne les a pas encore battus. On va tout faire, comme à chaque match, pour essayer d’offrir une bonne performance pour gagner ce match-là. Mais il n’y a pas de pression en plus. Au contraire, les joueurs vont être galvanisés par le fait de jouer à la maison, de jouer dans notre stade, d’avoir un peu de public. »

À voir en vidéo