Aston Martin parmi l’élite «d’ici 4 ou 5 ans», selon Stroll

L’adoption des nouveaux règlements en 2022, qui viendront chambouler la hiérarchie en F1, pourrait servir de tremplin vers l’avenir à Aston Martin.
Photo: Joe Klamar Agence France-Presse L’adoption des nouveaux règlements en 2022, qui viendront chambouler la hiérarchie en F1, pourrait servir de tremplin vers l’avenir à Aston Martin.

Le milliardaire québécois Lawrence Stroll a déclaré que son équipe de Formule 1, Aston Martin, pourra aspirer de façon réaliste aux grands honneurs « d’ici quatre ou cinq ans ».

Stroll, dont le fils Lance pilote pour son équipe, a fait ces déclarations au site Internet F1.com mercredi.

L’homme d’affaires originaire de Mont-Tremblant est optimiste pour de nombreuses raisons.

D’abord, parce que son équipe est en pleine campagne de recrutement — elle compte faire passer de 500 à 800 le nombre d’employés à son usine britannique d’ici quelques années.

Ensuite, parce qu’elle est en train de bâtir sa propre soufflerie. Ces investissements massifs semblent séduire certains des plus beaux talents qui œuvrent actuellement dans l’ombre des grandes écuries. C’est notamment le cas de Dan Fallows, un ex-dirigeant de l’équipe Red Bull, qui serait ainsi en voie de devenir le directeur technique d’Aston Martin.

Et enfin, l’adoption des nouveaux règlements en 2022, qui viendront chambouler la hiérarchie en F1, pourrait servir de tremplin vers l’avenir à Aston Martin.

« Nous sommes en bonne position, a dit Stroll. Nous partageons présentement la soufflerie de Mercedes, l’une des meilleures au monde. Ça ne pourra jamais remplacer la tienne, mais ce n’est pas comme si nous devions tout sacrifier en nous contentant d’une mauvaise soufflerie. »

« Nous ne faisons aucun compromis. En Formule 1, comme dans toute autre industrie, je ne crois pas qu’il est envisageable de gagner avant quatre ou cinq ans. C’est le temps qu’il faut y mettre, de manière réaliste », a-t-il poursuivi.

Il reste que depuis que son équipe a signé sa première victoire en F1 l’an dernier — Sergio Perez a triomphé au Grand Prix de Bahreïn au volant de sa Racing Point, rebaptisée Aston Martin cette saison —, celle-ci stagne. Elle est actuellement sixième au championnat des constructeurs, qui en compte dix.

« Mon objectif, comme avec toutes les autres entreprises qui m’appartiennent, est de gagner. Dans ce cas-ci, gagner en F1 signifie évidemment des championnats du monde. En fin de compte, c’est ce que nous visons, et c’est ce que je vise », a-t-il résumé.

Le pilote Aston Martin Sebastian Vettel est présentement 10e au classement des pilotes, et son fils Lance est 12e. Ils disputeront ce week-end la 10e étape de la saison, le Grand Prix de Grande-Bretagne, à Silverstone.

À voir en vidéo