Anderson marque en prolongation et le Canadien évite l'élimination

Anderson a réussi un doublé.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Anderson a réussi un doublé.

Jeff Petry l’avait déclaré dimanche : « Nous ne voulons pas voir le Lightning avec la coupe, point final. » Le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

Josh Anderson a joué les héros en touchant la cible à 3:57 de la prolongation et le Canadien de Montréal a vaincu le Lightning de Tampa Bay 3-2, lundi, lors du match no 4 de la série finale de la Coupe Stanley.

Le Canadien est ainsi parvenu à prolonger sa saison d’au moins deux jours, puisque le match no 5 sera présenté mercredi soir à l’Amalie Arena de Tampa. Le Tricolore tire maintenant de l’arrière 3-1 dans la série.

« Nous sommes fiers de ce que nous avons fait ce soir, mais on ne veut pas voir la coupe Stanley dans les mains du Lightning de Tampa Bay tout court. On n’a pas l’intention de s’arrêter là. On va aller à Tampa, et on veut revenir jouer un dernier match ici », a déclaré l’entraîneur-chef par intérim du Canadien, Dominique Ducharme, en visioconférence.

Anderson a réussi un doublé et Alexander Romanov a complété la marque pour le Canadien, qui a ainsi signé sa première victoire en série finale de la Coupe Stanley depuis le 9 juin 1993.

Barclay Goodrow et Patrick Maroon ont riposté pour le Lightning.

Carey Price a offert une solide prestation, terminant sa soirée de travail avec 32 arrêts.

À l’autre bout de la patinoire, le gardien du Lightning Andrei Vasilevskiy a de nouveau été solide. Il a conclu le match en ayant repoussé 18 tirs.

Anderson a ouvert la marque avec son quatrième filet des séries éliminatoires pour le Canadien, avec 4:21 à jouer au premier tiers. C’était la première fois que les Montréalais prenaient les devants dans cette série.

Le Lightning a bien failli créer l’égalité quelques minutes plus tard en supériorité numérique, mais le tir vif de l’attaquant Brayden Point a frappé la tige de plein fouet à la gauche de Price.

Puis, les joueurs du Tricolore — Brendan Gallagher en tête — en sont venus aux coups avec ceux du Lightning après le son de la sirène signalant la fin du premier engagement, comme pour lui passer le message qu’il ne pliera pas bagage si facilement dans cette série. La table était donc mise pour le deuxième vingt.

Les deux équipes ont joué de manière plus serrée au retour de l’entracte, et plusieurs bons coups d’épaule ont été distribués de part et d’autre. Parlez-en au capitaine Shea Weber, qui a rappelé au Lightning, et à Point en particulier, pourquoi on le surnomme « l’homme montagne ».

Le Lightning n’a toutefois pas paru intimidé.

Victor Hedman a d’abord cru avoir créé l’égalité en supériorité numérique vers la fin de l’engagement, mais son tir frappé s’est écrasé contre la barre transversale derrière Price.

« Qu’est-ce que nous aurions pu faire différemment ? a questionné l’entraîneur-chef du Lightning Jon Cooper. Peut-être ne pas frapper le poteau aussi souvent ! Nous avons généré des chances, mais la rondelle n’est pas rentrée dans l’objectif. Parfois c’est comme ça. Nous avons bien joué, mais les bonds ne sont pas allés en notre faveur. Nous n’allons pas baisser les bras. J’ai aimé beaucoup de choses que nous avons faites ce soir. »

Puis, les erreurs d’exécution sont revenues hanter le Canadien, et comme l’a répété si souvent Ducharme pendant la série, le Lightning lui a fait payer cash — gracieuseté de Goodrow, avec 2:40 à écouler à la deuxième période.

Romanov a ensuite marqué avec 11:12 à jouer au match pour redonner espoir au Bleu-blanc-rouge, et Maroon a riposté cinq minutes plus tard pour niveler la marque à 2-2.

Une pénalité de quatre minutes pour bâton élevé imposée à Weber avec 1:01 à écouler à la troisième période a ouvert la porte au Lightning. Ducharme avait cependant la certitude que la saison du club montréalaise ne se jouerait pas là.

« Il n’était pas question qu’on perde ce match-là pendant une punition à notre capitaine. J’étais convaincu que nos gars écouleraient cette punition-là. C’est un jeu qui arrive tellement rapidement… et il est arrivé dans un moment difficile. Ç’a démontré le caractère de notre groupe, et c’était sans question qu’on allait tout faire pour écouler cette punition-là pour notre capitaine », a dit Ducharme.

Anderson a donc scellé l’issue de la rencontre, quelques minutes après la conclusion de la pénalité de Weber.

Le CH tente de devenir la cinquième équipe de l’histoire de la LNH à effacer un déficit de 0-3 avant de remporter une série, et seulement la deuxième en finale après les Maple Leafs de Toronto, qui l’avaient fait face aux Red Wings de Detroit, en 1942.

Pour sa part, le Lightning a échoué dans sa tentative de devenir la première formation à balayer son rival en grande finale depuis 1998, quand les Red Wings de Detroit avaient joué le tour aux Capitals de Washington. Les Red Wings remportaient alors un deuxième championnat d’affilée — ce que les Floridiens tenteront de faire lors du match no 5.

Échos de vestiaire

Josh Anderson a apprécié son expérience au sein d’un nouveau trio, avec Nick Suzuki et Cole Caufield.

« Nous avons de la profondeur dans cette équipe, et quand tu tires de l’arrière 0-3 dans une série, tu essaies simplement d’effectuer des ajustements pour améliorer l’équipe. Nous avons bien joué ce soir, même si nous avons commis des revirements en première période. Nous nous sommes serré les coudes, et avons gardé confiance en nous. »

Brendan Gallagher, qui a apprécié la performance du capitaine Shea Weber

«"Webie" est notre leader ; on ne peut pas demander un meilleur coéquipier. Nous étions conscients de la situation, et je crois que nous aurions voulu écouler la punition (de quatre minutes, en fin de match) pour n’importe qui dans cette équipe. Il est notre rocher depuis qu’il est arrivé ici. Il joue dur physiquement, et c’est ce qu’on attend de lui chaque soir. Donc nous sommes heureux de le compter parmi nous. »

Phillip Danault aime bien la chimie dans le vestiaire du CH

« On a vécu énormément de choses cette année… le vent de face. Je le dis souvent, mais c’est vrai. Nous sommes toujours restés ensemble, collés, les boys. Et je pense que ç’a reflété un peu la victoire ce soir. On s’est supportés et on ne se laissera pas abattre non plus. »

Carey Price a apprécié la détermination de ses coéquipiers

« Nous sommes une équipe résiliente. Nous avons été confrontés à de l’adversité pendant toute la saison et avons bien répondu. Mais il reste encore beaucoup de pain sur la planche. »

À voir en vidéo