Shapovalov et Auger-Aliassime accèdent au carré d’as à Wimbledon

Le Canadien de 20 ans disputera le premier quart de finale de sa carrière en Grand Chelem.
Photo: Ben Stansall Agence France-Presse Le Canadien de 20 ans disputera le premier quart de finale de sa carrière en Grand Chelem.

Depuis la création du tournoi en 1877, trois Canadiens avaient atteint les quarts de finale du simple masculin des Internationaux de tennis de Wimbledon. Lundi seulement, deux ont réussi le tour de force.

Denis Shapovalov, d’abord, puis Félix Auger-Aliassime quelques heures plus tard, ont uni leurs efforts pour réaliser l’un des grands exploits dans l’histoire du tennis au Canada en atteignant la même année les quarts de finale du simple masculin à un tournoi du Grand Chelem.

En début d’après-midi, Shapovalov avait apporté sa contribution en défaisant en trois manches l’Espagnol Roberto Bautista-Agut 6-1, 6-3, 7-5.

En soirée, dans un excitant duel qui a duré quatre heures deux minutes et qui a aussi été brièvement interrompu lors de la manche décisive, le temps de faire glisser le toit au-dessus de la pelouse du court numéro 1, Auger-Aliassime a complété ce prestigieux doublé en éliminant l’Allemand Alexander Zverev, quatrième tête de série, 6-4, 7-6 (6), 3-6, 3-6, 6-4.

Shapovalov et Auger-Aliassime sont ainsi les quatrième et cinquième Canadiens à atteindre les quarts de finale du simple masculin à Wimbledon.

Robert Powell, en trois occasions, avait été le premier, en 1908, 1910 et 1912. Beaucoup plus récemment, Milos Raonic (2014, 2016, 2017 et 2018) et Vasek Pospisil (2015) ont réussi le tour de force.

Dans le cas de Shapovalov, il s’agira d’une seconde participation aux quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem après avoir réussi le coup l’an dernier aux Internationaux des États-Unis.

Quant à Auger-Aliassime, ce sera sa première présence à cette étape d’un tournoi du Grand Chelem. Et sa victoire, sa première contre Zverev après trois échecs, le comblait de bonheur.

« C’est un rêve qui se réalise, c’est incroyable. Quand vous êtes jeune, vous rêvez à des moments comme ceux-là. Je suis un gars “normal” de Montréal, Canada, et me voici, court numéro 1, rempli à craquer, à Wimbledon. Certainement la plus belle victoire de ma vie jusqu’à maintenant. Ç’a été extra spécial devant vous. Avec le toit fermé, le son était fou comme je n’avais jamais vécu auparavant », a-t-il déclaré lors de l’entrevue qu’il a accordée en bordure du court après son match, entouré d’un public qui l’a chaleureusement applaudi.

Toutefois, pendant un certain temps, les plus grands partisans du Québécois ont peut-être craint de voir se répéter le scénario des Internationaux d’Australie, en février dernier. Auger-Aliassime avait alors laissé filer une avance de deux manches à zéro contre le Russe Aslan Karatsev avant de plier bagage au quatrième tour, au seuil des quarts de finale du premier tournoi du Grand Chelem de l’année.

« Ç’a été difficile », a répondu Auger-Aliassime, 16e tête de série, sur le court lorsqu’il s’est fait demander s’il lui avait été ardu de garder la foi lundi.

« D’abord, je n’avais jamais battu Alex avant. Il est tellement un grand joueur, j’ai toujours eu de la difficulté contre lui, je n’avais jamais gagné un set contre lui. Après deux sets à zéro, j’y croyais et il a commencé à mieux jouer, à mieux servir et c’est devenu vraiment difficile. Lorsqu’il est revenu de la pause au 5e set, j’ai dû puiser profondément. Vous m’avez aidé à y arriver, car tout seul, ç’aurait été bien plus difficile », a-t-il dit sous les applaudissements nourris du public.

C’est un rêve qui se réalise, c’est incroyable. Quand vous êtes jeune, vous rêvez à des moments comme ceux-là. Je suis un gars normal de Montréal, Canada, et me voici, court no 1, rempli à craquer, à Wimbledon.

Auger-Aliassime a été aidé par son service, grâce auquel il a réussi 17 as. Quant à Zverev, c’est le contraire, lui qui a commis 20 doubles fautes.

En quarts de finale, Auger-Aliassime affrontera Matteo Berrettini, qui a eu raison d’Ilya Ivashka 6-4, 6-3, 6-1.

« Je vais jouer un autre match, ce qui est toujours bien, contre un bon ami à moi, Matteo. Il est l’un des meilleurs joueurs au monde en ce moment. J’ai hâte. Je pense que ce sera excitant, et nous allons tous deux jouer notre meilleur tennis. Ce sera bon. »

Prestation satisfaisante

Shapovalov, 10e tête de série du tournoi, y est parvenu en réalisant 15 as et 52 coups gagnants, comparativement à huit doubles fautes et 41 fautes directes.

L’Ontarien de 22 ans a gagné 78 % de ses points après avoir placé sa première balle en jeu, a inscrit sept bris de service en 13 occasions et a sauvé 10 des 12 balles de bris auxquelles il a fait face.

Les deux seuls bris qu’il a concédés sont survenus en troisième manche, lorsque les deux rivaux ont échangé des bris lors des quatre premiers jeux.

Après son match, Shapovalov s’est montré très satisfait de sa prestation, mis à part quelques moments un peu plus stressants lors de la troisième manche. « Je suis devenu un peu nerveux au troisième set. Je pense que c’est tout à fait normal. J’ai vraiment très, très bien réagi face à ça. À part cela, j’ai joué de façon impeccable », a-t-il estimé.

En quarts de finale, il affrontera le Russe Karen Khachanov, qui a battu le prometteur américain Sebastian Korda en cinq manches, également lundi.

Ce sera le deuxième affrontement entre Shapovalov et Khachanov. Le Canadien avait battu Khachanov en trois manches 6-4, 4-6, 6-4 lors des Finales de la Coupe Davis en 2019, en Espagne, sur surface dure.

« C’est sûr que je m’attends à une longue et dure bataille. Karen est un excellent joueur. Il a maintes et maintes fois prouvé qu’il est capable de vaincre les meilleurs et jouer vraiment bien. »

Également lundi, le Québécois Félix Auger-Aliassime tentait de répéter l’exploit de Shapovalov alors qu’il livrait bataille à l’Allemand Alexander Zverev.

Auger-Aliassime a perdu les trois premiers duels de sa carrière contre Zverev, mais c’est la première fois qu’ils croisent le fer sur le gazon.

À voir en vidéo