La Santé publique dit non à une autorisation spéciale pour le Canadien

Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne

La Santé publique du Québec a finalement dit non au Canadien de Montréal.

Le Canadien a indiqué mercredi sur son compte Twitter que les autorités sanitaires n’avaient pas accepté sa demande d’augmenter à 10 500 le nombre de partisans au Centre Bell en vue des matchs de la finale de la Coupe Stanley.

Jeudi matin, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a confirmé la nouvelle par le biais d’un communiqué.

« Après l’analyse de la Santé publique, le MSSS annonce qu’il n’y aura pas d’autorisation spéciale accordée au Centre Bell afin de permettre d’accueillir davantage de personnes lors des prochains matchs des Canadiens. Cette décision a été prise afin de limiter les risques de propagation », indique le MSSS.

Selon une source anonyme au courant des négociations entre le Tricolore, le gouvernement et la Santé publique, Québec souhaitait promouvoir la vaccination auprès des jeunes en permettant davantage de spectateurs au Centre Bell. « C’est une occasion ratée, car le gouvernement aurait aimé envoyer un message fort en faveur de la vaccination », a expliqué la source. Toujours selon elle, c’est la Direction de santé publique de Montréal qui refuse « les différents scénarios pour augmenter la capacité du Centre Bell ».

Le Canadien avait affirmé mardi avoir demandé au gouvernement d’alléger les restrictions pour faire passer la capacité totale du Centre Bell de 3500 à 10 500 personnes. France Margaret Bélanger, vice-présidente à la direction et cheffe des affaires commerciales du Canadien, avait alors dit que l’équipe estimait que 10 500 personnes — soit la moitié de la capacité de l’aréna — pouvaient être hébergées en toute sécurité. Or, les discussions n’ont finalement pas abouti.

Le premier match à domicile du Canadien lors de cette finale contre le Lightning de Tampa Bay est prévu vendredi soir.

« On a essayé… », a écrit le président et chef de la direction du Canadien, Geoff Molson, sur son compte Twitter mercredi soir.

Plus tôt mercredi, le Dr Richard Massé, conseiller médical stratégique au ministère de la Santé, a déclaré que le gouvernement voulait se montrer prudent dans ses exceptions aux ordonnances de santé publique, car d’autres groupes pourraient inévitablement exiger un traitement similaire. « C’est pour cette raison que lorsque nous proposons des mesures, nous voulons être sûrs qu’elles s’appliquent ailleurs », a insisté le Dr Massé.

Le Dr Massé a souligné que la Santé publique du Québec était toutefois ouverte à l’idée d’avoir des projections extérieures pour les prochaines parties du Canadien, ce qui avait été suggéré par la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

À voir en vidéo