Piette serein quant à son utilisation en club et en sélection

Roland Alberg n°8 du Suriname affronte Samuel Piette n°6 du Canada lors d'une qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA au SeatGeek Stadium le 8 juin dernier à Bridgeview en Illinois.
Photo: Jonathan Daniel Getty Images / AFP Roland Alberg n°8 du Suriname affronte Samuel Piette n°6 du Canada lors d'une qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA au SeatGeek Stadium le 8 juin dernier à Bridgeview en Illinois.

Bien qu’il aimerait disputer chaque minute, Samuel Piette n’est pas particulièrement frustré d’être partant lors de peu de matchs, que ce soit avec le CF Montréal ou l’équipe canadienne.

Il mentionne notamment que chaque rencontre génère une approche différente pour les entraîneurs.

Lui et son coéquipier Zachary Brault-Guillard viennent d’aider le Canada à atteindre la dernière phase des qualifications de la CONCACAF, en vue du Mondial de 2022.

Lors des matchs contre Aruba, le Suriname et Haïti, ce n’est que lors de celui face au Suriname que Piette a fait partie du onze partant.

« Ça dépend de la façon dont l’entraîneur veut utiliser ses joueurs », a dit l’athlète de Le Gardeur. « Étant un milieu de terrain beaucoup plus défensif que par exemple [Stephen] Eustaquio, Mark-Anthony [Kaye] ou [Jonathan] Osorio, si l’entraîneur a besoin de plus d’offensive, je ne suis peut-être pas la meilleure option. »

« Ça dépend de l’adversaire et de la tactique — quelle est la meilleure approche, et comment je peux m’y intégrer. »

« C’est un peu la même logique qu’en club », a poursuivi Piette. « Je ne suis pas nécessairement hyper frustré de ne pas commencer chaque match. »

« Comme Wilfried [Nancy, l’entraîneur du CF] le dit si bien, chaque match a sa propre histoire. Je suis toujours prêt à ce qu’on fasse appel à moi. »

Au niveau international, Piette a évoqué l’horaire chargé du tournoi dit octogonal, qui débutera en septembre.

« Dans la première vague, il y aura trois matchs en six jours, alors ça devrait amener une grande rotation des effectifs. »

« Le vrai travail commence maintenant, face à des gros pays. Ce ne sera pas facile, mais je crois qu’on a le groupe et les qualités pour accomplir quelque chose. Je suis très excité, mais ça va être assez exigeant. »

L’unifolié disputera 14 matchs, de l’automne au printemps suivant.

En MLS, le CF (3-3-2) se prépare à recevoir mercredi le DC United (3-5-0) à Fort Lauderdale — où le club montréalais est basé, faute d’avoir le O.K. d’Ottawa pour rentrer au pays et traverser la frontière pour des matchs.

Piette a rencontré les médias en fin d’après-midi, vendredi. En soirée, le Canadien de Montréal allait accueillir 3500 partisans au Centre Bell, dans le troisième match de la série contre les Golden Knights de Las Vegas.

« On me dit que c’est assez compliqué avec la Santé publique et le fédéral d’avoir une exemption », a dit Piette. « Voir que le Canadien peut jouer à Montréal et devant des partisans, c’est assez frustrant, et il y a aussi une certaine jalousie. »

« J’essaie de voir le positif et me dire que si c’est comme ça pour eux maintenant, notre tour s’en vient et le plus vite possible, on l’espère. »

« Il y a un sentiment que c’est un peu injuste pour nous. On a très hâte d’avoir des nouvelles, mais surtout des bonnes nouvelles. »

D’ici au match contre le CF mercredi, DC United va recevoir samedi l’Inter Miami, dans un Audi Field qui pourra de nouveau être à pleine capacité. 

À voir en vidéo