La fébrilité gagne les gymnastes canadiens

Les Jeux de Tokyo marqueront la première compétition en personne de tous les athlètes nommés au sein de l’équipe depuis mars 2020.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Les Jeux de Tokyo marqueront la première compétition en personne de tous les athlètes nommés au sein de l’équipe depuis mars 2020.

René Cournoyer et ses quatre coéquipières qui représenteront le Canada en gymnastique artistique aux Jeux olympiques de Tokyo le mois prochain étaient fébriles, jeudi matin, lors du dévoilement officiel de l’équipe. Et pour cause !

Après plus d’un an d’incertitudes et de périodes d’angoisse, ils voient finalement leurs espoirs se matérialiser de plus en plus.

« Ça commence à être très excitant. À moins de 40 jours, c’est la finalité d’une année de préparation. Et de recevoir le jacket officiel, tout devient très concret, on y croit », a reconnu le Repentignois de 24 ans.

Cournoyer sera le seul représentant chez les hommes et il sera accompagné à Tokyo de la Néo-Écossaise Ellie Black, qui en sera à ses troisièmes Jeux olympiques, de la Britanno-Colombienne Shallon Olsen et des Ontariennes Brooklyn Moors et Ava Stewart. La Montréalaise Rose Woo sera également à Tokyo à titre de remplaçante.

Le report d’un an des Jeux en raison de la pandémie de COVID-19 a compliqué la tâche de tous les athlètes olympiques. L’attente a été particulièrement longue pour Cournoyer, qui a décroché sa qualification olympique dès octobre 2019 à la suite de sa 43e place au concours multiple des Championnats du monde.

Plutôt que de se mettre martel en tête, il a préféré faire contre mauvaise fortune, bon cœur.

« J’ai vraiment bénéficié de ces 12 mois de préparation supplémentaires pour augmenter mes notes de départ, ma capacité de résilience, poursuit-il. J’ai travaillé sur des aspects de la performance que je n’ai pas nécessairement le temps de travailler normalement. Je suis un athlète complètement différent qu’il y a 12 mois. »

Les Jeux de Tokyo marqueront la première compétition en personne de tous les athlètes nommés au sein de l’équipe depuis mars 2020.

Black, de Halifax, reconnaît, elle aussi, que la dernière année a été éprouvante.

« Mon équipe, c’est comme ma famille et ne pas côtoyer les filles pendant environ une année et demie m’a terriblement manqué. De les retrouver ici pour l’annonce de l’équipe, c’est très excitant », a confié celle qui a obtenu le meilleur résultat de l’histoire canadienne dans le concours multiple aux Jeux olympiques de Rio en 2016

« Nous avons tellement travaillé fort pour être ici, nous avons persévéré, nous nous sommes adaptées et nous nous sommes appuyées l’une et l’autre pour arriver à ce moment. »

Le Canada a qualifié l’équipe féminine pour Tokyo en terminant au cinquième rang de la ronde de qualification aux Mondiaux de 2019.

Six entraîneurs, dont le Montréalais Jean-Sébastien Tougas, épauleront la délégation.

La compétition de gymnastique artistique démarrera le 24 juillet avec les qualifications chez les hommes. Les qualifications chez les femmes se mettront en branle le 25 juillet. Les finales débuteront le 26 juillet et se poursuivront jusqu’au 3 août.

Toutes les épreuves seront disputées au Centre de gymnastique d’Ariake.

À voir en vidéo