Auger-Aliassime signe sa plus grande victoire en éliminant Federer

Auger-Aliassime aura rendez-vous en quarts de finale avec le vainqueur du duel entre l’Allemand Jan-Lennard Struff et l’Américain Marcos Giron.
Photo: Friso Gentsch / Associated Press

Auger-Aliassime aura rendez-vous en quarts de finale avec le vainqueur du duel entre l’Allemand Jan-Lennard Struff et l’Américain Marcos Giron.

Le Québécois Félix Auger-Aliassime se souviendra longtemps du 16 juin 2021.

Cette journée-là, il a signé la plus grande victoire de sa jeune carrière contre son idole de jeunesse, Roger Federer, 3-6, 6-4 et 6-2 au deuxième tour du tournoi sur gazon de Halle.

« Si ç’avait été la finale, alors j’aurais sorti le champagne, mais ce n’est pas le cas. Évidemment, c’est une très belle victoire, je peux être fier de ce que j’ai fait sur le court. C’est bon pour ma confiance pour ce tournoi, mais aussi pour les semaines à venir. C’est une belle victoire repère, comme on dit : je vais pouvoir visionner ce match-là plus tard et voir ce qui a marché, donc c’est une belle référence », a confié Auger-Aliassime en visioconférence d’après-match.

Le principal intéressé aimerait bien pouvoir se servir de cette victoire comme d’un tremplin pour la suite de sa carrière, un peu comme l’avait fait l’Ontarien Denis Shapovalov en disposant de Rafael Nadal à la Coupe Rogers en 2017. Les deux situations sont cependant bien différentes, selon le Québécois.

« Ce sont deux stades différents ; Denis était très jeune, au-delà de la 100e place, et invité à la Coupe Rogers à l’époque. Je suis top 20, ça fait maintenant deux ans que je suis bien installé sur le circuit, donc c’est très différent. Mais c’est sûr que c’est une belle victoire pour moi, et que je vais essayer de m’en servir pour les semaines à venir », a-t-il résumé.

 

Cet affrontement entre ces deux athlètes à la même date d’anniversaire — le 8 août, mais séparée de 19 ans — s’est conclu au bout d’une heure et 44 minutes. Il s’agit d’un des tournois favoris de Federer, qui l’a remporté à 10 reprises au cours de son illustre carrière.

« C’est formidable, je n’aurais jamais cru pouvoir le battre un jour, a évoqué Auger-Aliassime en entrevue sur le court. C’est un immense honneur pour moi de pouvoir l’affronter. »

« Honnêtement, je n’avais jamais rêvé de pouvoir le battre, parce qu’à l’époque où il gagnait ses premiers titres du Grand Chelem, j’avais seulement cinq ans. C’est un moment qui va être gravé dans ma mémoire pour toujours », a-t-il ajouté, le sourire accroché aux lèvres.

Auger-Aliassime aura maintenant rendez-vous en quarts de finale avec le vainqueur du duel entre l’Allemand Jan-Lennard Struff et l’Américain Marcos Giron, qui avait lieu plus tard mercredi.

« Je ne connais pas Giron, mais j’ai déjà joué contre “Struffy” quelques fois. Il a un puissant service, donc ce n’est jamais facile contre lui sur le gazon. Ce sera difficile en retour de service », a-t-il confié au sujet de son éventuel adversaire.

Entre-temps, Auger-Aliassime sera de retour sur le terrain en double avec son partenaire de jeu Hubert Hurkacz en huitièmes de finale jeudi, contre les Hollandais Jean-Julien Rojer et Wesley Koolhof, les quatrièmes têtes de série du tournoi.

Le match

Après avoir concédé la première manche, la 21e raquette mondiale s’est retroussé les manches au deuxième set. Et après avoir laissé filer ses huit premières balles de bris contre le Suisse, Auger-Aliassime est finalement parvenu à le briser avec sa neuvième pour prendre les commandes de la manche 4-2.

Le Québécois a ensuite démontré un peu de nervosité quand il servait pour le set à 40-0, en commettant une double faute, mais il s’est ressaisi pour sceller l’issue de la manche.

Auger-Aliassime a poursuivi sa lancée en brisant Federer, la cinquième tête de série du tournoi, à ses deux premiers jeux au service de la manche ultime, prenant même les devants 4-0.

Les deux tennismen ont ensuite conservé leur service, et le représentant de l’unifolié a terminé la rencontre avec un as.

« Je suis entré dans ce match-là avec une grande détermination, mais je pense que le vent a tourné en deuxième manche à cause de son jeu et du mien. Je ne pouvais pas beaucoup mieux jouer au premier set — j’ai eu les premières chances de bris —, mais il jouait bien », a-t-il expliqué.

« Je me suis donc simplement dit de continuer, et d’insister, et lorsque j’ai converti ma première balle de bris au deuxième set, on dirait que j’ai repris confiance. Et j’ai senti qu’il [Federer] avait baissé un peu son niveau de jeu ; il faisait plus de fautes. Donc tout ça m’a aidé à garder mon avance dans les deux derniers sets », a poursuivi Auger-Aliassime.

Le tennisman âgé de 20 ans connaît de bons moments dernièrement, même s’il s’est incliné en finale dimanche, à Stuttgart, face au Croate Marin Cilic.

Auger-Aliassime est toujours à la recherche du premier titre de sa carrière sur le circuit de l’ATP, puisqu’il présente un dossier de 0-8 au cours de sa carrière en pareilles circonstances.

À voir en vidéo