cache information close 

Coupe Rogers - Capriati, troisième victime de Likhovtseva

Jennifer Capriati a craqué hier. Ses erreurs et son découragement lui ont coûté le match contre une Elena Likhovtseva tenace.
Photo: Jacques Grenier Jennifer Capriati a craqué hier. Ses erreurs et son découragement lui ont coûté le match contre une Elena Likhovtseva tenace.

Jennifer Capriati a craqué, hier, en quarts de finale de la coupe Rogers, au stade Uniprix du parc Jarry, à Montréal. Ses soupirs et ses prières n'ont pas suffi à vaincre une Elena Likhovtseva tenace et sournoise, et l'Américaine, 5e tête de série, s'est inclinée 6-2, 7-5 face à cette Russe que personne n'attendait en demi-finale. Mais ce n'est pas tant Likhovtseva qui a gagné que Capriati qui a échoué, victime de ses erreurs et de son découragement.

Les joueuses, toutes deux âgées de 28 ans, s'affrontaient hier pour la septième fois. Leur dernier affrontement remonte à l'année dernière, à San Diego, alors que Likhovtseva l'emportait par défaut devant le retrait de Capriati. L'Américaine mène cependant quatre victoires contre trois. «Je connais son jeu, on s'est rencontré à plusieurs reprises, a expliqué Elena Likhovtseva, classée 39e au monde. J'avais aussi regardé son match d'hier [jeudi] contre Mary Pierce. J'ai essayé de jouer simplement, la faire bouger, changer le rythme, ne pas lui donner de points gratuits.» Malgré une fiche plutôt faible cette année (20 victoires, 19 défaites), la Russe a réussi à surprendre dans ce tournoi, en éliminant trois têtes de série, Nadia Petrova (8e), Francesca Schiavone (11e), et finalement Jennifer Capriati.

L'Américaine a déclaré qu'elle avait trouvé le jeu de son adversaire exceptionnel. «Elle n'avait rien à perdre, a dit Capriati à la suite du match. Elle est sortie très forte et a tout donné. Elle a réussi des points incroyables. De mon côté, je n'ai pas été assez agressive.»

Un match inégal

À 4-1 dans le premier set, l'issue du match était pratiquement scellé, alors que Capriati a perdu son service sur une double faute. Les signes de découragement se sont multipliés par après pour l'Américaine qui, à certains moments, semblait dépassée par la situation. Elle a commis de nombreuses erreurs devant une adversaire dominante. Elena Likhovtseva a suivi jusqu'au bout sa stratégie de match et a beaucoup fait courir l'Américaine.

Plusieurs décisions controversées des juges de lignes n'ont pas aidé le moral des joueuses, surtout celui de la Floridienne, qui a manifesté son mécontentement à quelques reprises. «Rien ne fonctionnait pour moi aujourd'hui. Je n'ai pas très bien servi non plus», a déclaré Jennifer Capriati.

Un jeu décisif s'est tenu à 5-2 dans le deuxième set. Elena Likhovtseva avait une chance inouïe d'en finir rapidement et d'aller se reposer en attendant son match de double, qui se déroulait plus tard en après-midi. Après quatre balles de bris, et une balle de match, la nervosité se faisait sentir chez la Russe, qui se penchait constamment sur sa raquette, dès lors que l'avantage était à Capriati. C'est finalement à la cinquième balle de bris que Capriati a gagné le point, brisant le service de Likhovtseva et marquant un tournant, temporaire, dans le match.

Capriati a alors connu une brève remontée, brisant le service de son adversaire à deux reprises, donnant une fin de match enlevante, pour finalement s'incliner 7-5.

Jennifer Capriati s'apprête maintenant à partir pour les Jeux olympiques d'Athènes, «une bonne préparation pour le US Open», dit-elle. Quant à Elena Likhovtseva, elle affrontera en demi-finales la gagnante du match disputé en soirée hier entre la Russe Anastasia Myskina et Magdalena Maleeva, de la Bulgarie.

L'expérience l'emporte

La dixième tête de série Vera Zvonareva, qui avait causé la surprise jeudi en battant la vedette de l'heure Maria Sharapova, a remporté son quart de finale hier contre Tatiana Golovin, dans un match expéditif de 6-3 et 6-1, arrêté une vingtaine de minutes en raison de la pluie. Golovin, âgée de seulement 16 ans, a justifié sa défaite par un manque d'expérience. «Je n'ai pas encore eu beaucoup de matchs contre des joueuses dans le top 20 mondial, a souligné la Française d'origine russe. Je sais que physiquement, il y a du boulot à faire, travailler mon service, réussir les coups que je sais que je suis capable de faire. Après quelques matchs difficiles, il faut être encore en forme.»

Vera Zvonareva rencontrera aujourd'hui en demi-finale Amélie Mauresmo, vainqueur de Karolina Sprem. Les deux joueuses se sont croisées sur les courts à trois reprises, et Amélie Mauresmo détient un tableau parfait de trois victoires.