Hockey - Quatre autres heures qui n'ont mené à rien dans le dossier des négociations

Toronto — De nouveaux pourparlers ont mené à encore plus de rhétorique, hier, dans le dossier des négociations pour le renouvellement de la convention collective de la Ligue nationale de hockey.

Environ huit heures de négociations lors des deux dernières semaines ont généré que très peu de progrès, laissant croire à plusieurs observateurs qu'on ne pourra trouver une solution à l'impasse actuelle, avant l'expiration de la convention actuelle, le 15 septembre.

La LNH et l'Association des joueurs ont discuté pendant plus de quatre heures hier, mais ils ont quitté la salle plus éloignés que jamais.

La LNH veut se donner une «certitude de coûts», peu importe le système qui sera mis en place, ce que l'AJLNH qualifie de plafond salarial, une mesure qu'elle refuse de se faire imposer.

«Leur vision passe par l'instauration d'un plafond salarial, mais ça n'aura pas l'incidence qu'ils prévoient», a déclaré à la Presse canadienne Bob Goodenow, le directeur exécutif de l'AJLNH, après la rencontre.

«Le hockey n'a jamais été plus excitant, l'équilibre n'a jamais été aussi grand et nous ne voyons aucune amélioration pouvant toucher ces deux facettes du sport, à partir de leurs suggestions.»

Selon les dirigeants de la LNH, le contrôle des dépenses représente l'unique façon d'atteindre un équilibre compétitif parmi les 30 équipes du circuit. Sans oublier une meilleure santé financière.

«Nous avons une vision de l'avenir du hockey qui nécessite des changements significatifs», a affirmé le commissaire Gary Bettman avant de monter dans un avion en direction de New York. L'Association des joueurs maintient le statu quo.

«Je crois encore que le syndicat adoptera, éventuellement, quelques-unes des idées que nous avons mises de l'avant», a ajouté Bettman.

L'AJLNH rappelle que 12 équipes différentes ont atteint les finales d'associations lors des trois dernières saisons et que des formations issues de petits marchés, tels Calgary, Anaheim et la Caroline ont participé à la grande finale.

«Il y a eu beaucoup de discussions, aujourd'hui [hier], relatives à l'équilibre compétitif, a relaté Ted Saskin, directeur senior de l'AJLNH. La LNH croit que l'équilibre compétitif fait défaut mais tous ceux qui suivent le hockey savent très bien ce qui s'est passé lors des dernières saisons, a ajouté Saskin. Regardez ce qui est arrivé à Calgary. Les courses ont duré jusqu'à la toute fin de la saison.»

L'entente actuelle, renouvelée deux fois au fil des 10 dernières années, a permis aux salaires de passer d'une moyenne de 733 000 $US en 1994-95, à 1,83 million en 2003-04.

Mais malgré des revenus qui ont progressé à un rythme semblable à travers la ligue, la LNH affirme qu'elle a perdu environ 300 millions $US en 2002-03.

Les deux parties ont continué de se pencher sur six systèmes potentiels proposés par la LNH lors de la rencontre du 21 juillet à New York.

Bien que les dirigeants de l'AJLNH avaient mis sur papier une longue liste de questions pour chacun des systèmes mis de l'avant, un fait demeure: la LNH veut contrôler les dépenses.

Ainsi, bien que les deux parties aient fixé une nouvelle rencontre le 17 août à New York, il n'y a pas de raison d'être plus optimiste.

«Il faut être deux pour conclure une entente», a lancé Bettman lors d'un court point de presse avec les médias, avant de sortir du quartier général de l'AJLNH, où avait lieu la rencontre.

«Peut-être que Gary devrait diriger sa remarque vers lui-même, a rétorqué Goodenow. Parce que nos gestes et nos propositions visent à résoudre leurs inquiétudes.»