La fronde gronde chez les joueuses de tennis

Les responsables du circuit professionnel de tennis féminin WTA devaient rencontrer hier, en marge du tournoi de Montréal, plusieurs joueuses qui menacent de boycotter des Jeux olympiques d'Athènes si des points ne sont pas attribués en fonction des résultats des matchs d'Athènes.

«Le boycott est envisagé par plusieurs joueuses», a affirmé hier la Française Nathalie Dechy, avant cette réunion. «C'est quelque chose que j'ai entendu plusieurs fois», a-t-elle précisé, refusant cependant de parler au nom des autres.

Selon elle, plusieurs joueuses sont «un peu surprises» que les règles du jeu puissent changer à dix jours des Olympiques. «C'est une revirement de situation qui ne fait pas plaisir à plusieurs», a-t-elle ajouté, lors d'une conférence de presse.

D'après des informations parues dans certains médias, les responsables de la WTA ont laissé entendre il y a dix jours qu'ils n'accorderaient pas des points pour les Jeux, à la suite du refus du comité olympique allemand d'inclure dans la sélection nationale deux joueuses qui avaient rempli pourtant les critères fixés par la Fédération internationale de tennis.

Ces deux joueuses, Anca Barna et Marlene Weingartner, figurent parmi les 56 meilleures joueuses mondiales, comme l'exigeait la Fédération, mais elles n'ont pas réalisé une performance marquante dans un tournoi cette année, comme le requérait en plus le comité allemand.

«On essaie de résoudre la situation», a souligné Nathalie Dechy. Mais selon elle, la position des joueuses est claire: «On veut que les deux Allemandes jouent aux Jeux et qu'on puisse avoir des points.»

Dans un quotidien anglophone de Montréal, Larry Scott, directeur du circuit féminin, estimait qu'il s'agissait d'une «injustice» pour les joueuses. «Nous faisons pression sur le Comité international olympique et le comité olympique allemand pour qu'ils renversent leur décision dans l'intérêt de notre discipline», a déclaré M. Scott.