La Russe Maria Sharapova fait courir les foules

Maria Sharapova, la nouvelle diva du tennis féminin, n'a pas déçu le public venu assister à la Coupe Rogers. Du haut de ses six pieds, la Russe de 17 ans a facilement écarté l'Américaine (Porto Rico) Kristina Brandi 6-1, 6-4 pour atteindre le troisième tour du tournoi.

Sitôt le match terminé sur le central, une bonne partie de la foule a quitté l'enceinte même si un match prometteur allait suivre. C'est que la filiforme blonde née en Sibérie est aujourd'hui la joueuse la plus adulée du circuit WTA après son récent succès à Wimbledon.

Très à l'aise en anglais puisqu'elle habite la Floride depuis l'âge de 7 ans, Sharapova est dans son élément tant sur un court qu'en entrevue. Après avoir éliminé Brandi en 72 minutes, Sharapova a répondu aux questions des journalistes avec l'aplomb et l'assurance d'une athlète rompue depuis longtemps à cet exercice d'après-match.

«Ce fut un match en dents de scie, a-t-elle expliqué. C'était mon premier match du tournoi et mes attentes ne sont jamais élevées au début d'une compétition. J'ai quand même réussi à faire ce que je devais faire pour l'emporter», a ajouté celle qui dit apprécier la surface rapide du Stade Uniprix.

Depuis son arrivée à Montréal, «Masha» est fortement sollicitée. Elle ne semble pas s'en formaliser même si on sent chez elle une certaine lassitude après plusieurs événements promotionnels et de nombreuses entrevues.

«Ma vie a un peu changé depuis Wimbledon où j'ai reçu un appel du président de la République. Je ne me promène plus dans la rue comme je le faisais avant ma victoire. Mais cela est normal lorsqu'on gagne. Pour le reste, c'est comme avant. Je joue mon match, je rencontre les médias et je retourne m'entraîner.»

Sharapova en est à sa troisième visite au Québec. En 2003, elle a remporté le Challenge Bell présenté à Québec.

«J'aime beaucoup Montréal, du moins ce que j'en ai vu», a-t-elle dit.

Aujourd'hui, Sharapova, huitième joueuse mondiale, sera opposée à sa compatriote Vera Zvonareva (no 15).

«Elle est solide, a-t-elle dit de sa rivale. Elle est forte et se déplace bien. Je sais qu'elle va tout donner pour l'emporter.»