Coupe Rogers - Dulko élimine Dementieva et cause la première surprise

Elena Dementieva
Photo: Agence Reuters Elena Dementieva

Une première surprise a été enregistrée hier lorsque l'Argentine Gisela Dulko a éliminé sèchement la Russe Elena Dementieva 6-1, 6-4 dans le premier match de la journée disputé sur le central du Stade Uniprix. Dulko, 43e joueuse mondiale, s'est imposée d'entrée de jeu et n'a jamais desserré l'étau face à la quatrième tête de série de la Coupe Rogers.

Il s'agit d'une victoire étonnante même si Dulko compte à son tableau de chasse la légendaire Martina Navratilova qu'elle a vaincue cette année à Roland-Garros et à Wimbledon. La joueuse de Buenos Aires n'avait jamais jusqu'à ce jour éliminé une rivale aussi bien classée que Dementieva (no 6).

«C'est ma plus belle victoire. Je n'avais jamais battu une fille aussi bien classée, a commenté l'Argentine âgée de 19 ans. C'est une très bonne joueuse, a-t-elle ajouté. Mais aujourd'hui, je crois avoir bien joué. J'ai été solide en fond de terrain et j'ai bien servi. C'est pourquoi j'ai gagné.»

De retour à la maison

Dulko a gagné 81 rangs au classement WTA en 2004. Comment s'explique pareille remontée?

«Je suis retournée vivre à Buenos Aires après deux ans et demi à Miami, a-t-elle expliqué. Là-bas, j'avais un commanditaire qui me permettait de voyager et de participer aux tournois. Mais après une compétition, je revenais à Miami et je me retrouvais seule dans mon appartement. C'était difficile. Je m'ennuyais de ma famille, de ma mère [Ana], de mes chiens [Nicole et Guga]. Aujourd'hui, je suis beaucoup plus heureuse. C'est pourquoi je joue mieux.»

La grande Sabatini

Dulko est l'étoile montante de son pays alors qu'elle suit les traces de la grande Gabriela Sabatini. Les deux Argentines ont souvent l'occasion de s'entraîner ensemble.

«Nous sommes de grandes amies. On échange souvent des balles. Dernièrement, je me suis entraînée avec elle en vue de la Fed Cup. Elle est encore une grande joueuse. Elle n'a pas manqué une seule balle, je vous le jure.»

Dulko, qui est entraînée par son frère Alejandro, affrontera la gagnante du match entre Fabiola Zuluaga et Tatiana Golovin.

Une surface rapide

De son côté, Dementieva a expliqué sa défaite par les effets du décalage horaire et la surface rapide du central.

«Je n'étais pas en jambes, a-t-elle indiqué. Je viens de faire la demi-finale de San Diego et mon système n'est pas encore remis du décalage horaire. Je n'étais pas assez concentrée pour ce match.

«La surface est également rapide. Il me faut généralement deux jours pour m'adapter à une nouvelle surface', a précisé la Russe de 22 ans qui a atteint les demi-finales de la Coupe Rogers, l'an dernier, à Toronto.

«Elle [Dulko] a quand même bien joué. Elle a du talent», a-t-elle ajouté.

Dementieva avait une autre raison d'être déçue. Diplômée en langues, elle s'exprime parfaitement en français.

«C'est dommage. Je dois retourner à Moscou et je n'aurai pas l'occasion de parler le français», a-t-elle dit dans la langue de Molière.