Coupe Rogers - Mauresmo, laborieusement

Les amateurs de tennis peuvent assister aux meilleurs matchs du tournoi Rogers sur un écran géant extérieur, Place Ville-Marie. On peut voir ici la Russe Alina Jidkova lors du match qui l’opposait hier à l’Américaine Jennifer Capriati.
Photo: Jacques Grenier Les amateurs de tennis peuvent assister aux meilleurs matchs du tournoi Rogers sur un écran géant extérieur, Place Ville-Marie. On peut voir ici la Russe Alina Jidkova lors du match qui l’opposait hier à l’Américaine Jennifer Capriati.

Si elle veut répéter son exploit de 2002, Amélie Mauresmo devra relever la qualité de son jeu. Et de beaucoup.

Mauresmo, devenue la favorite du tournoi à la suite du désistement de Serena Williams, a offert une performance bien ordinaire, hier soir, lors du deuxième tour de la Coupe Rogers de tennis.
Mais la Française de 25 ans, qui avait défait Jennifer Capriati en finale à Montréal, il y a deux ans, a tout de même éliminé la Thaïlandaise Tamarine Tanasugarn, une joueuse peu connue, 6-4, 1-6, 6-2 sur le court central du Stade Uniprix.
Une semaine après son élimination dès son premier match à la classique Acura, à San Diego, Mauresmo a donc failli subir le même sort à Montréal. «Je vais essayer de rester sur l’impression que m’a procurée le troisième set», a déclaré Mauresmo, néanmoins souriante.
Classée 50e au monde, Tanasugarn ne comptait qu’une victoire en carrière face à Mauresmo, lors du deuxième tour des Internationaux de Wimbledon, sur gazon, en 2001.
Mais hier, Mauresmo, deuxième tête de série et troisième joueuse au monde, a eu toutes sortes de difficultés à mettre la machine en marche. Même au premier set, qu’elle a gagné, la Française a affiché beaucoup d’irrégularité et commis sa large part d’erreurs non provoquées, autant au coup droit qu’au revers. Après une deuxième manche désastreuse, Mauresmo a brisé le service de sa rivale dès le premier jeu du set ultime, et une autre fois lors du septième jeu. Encouragée par un public qui l’adore, Mauresmo a finalement sorti sa coriace rivale lorsque celle-ci a retourné un service plusieurs pieds au-delà de la ligne de fond.
Plus tôt, lors d’une rencontre interrompue pendant plus de deux heures à cause de la pluie, l’Américaine Jennifer Capriati a vaincu, avec non moins d’inconstance que Mauresmo, la Russe Alina Jidkova 7-6 (3), 7-5. Erratique, Capriati, cinquième tête de série, a laissé filer la chance de boucler la première manche en perdant son service alors qu’elle menait 5-4.
Avant que la pluie ne s’en mêle, Capriati a gagné les trois premiers jeux de la seconde manche en huit petites minutes et semblait se diriger vers une victoire facile. Mais au retour, elle n’a pas joué avec la même efficacité et a même permis à Jidkova, 76e joueuse mondiale, de briser son service alors que l’Américaine menait 5-3.
Capriati risque de suer beaucoup plus lors de son duel de troisième tour. Son adversaire sera Mary Pierce, qui a livré une deuxième performance de haut niveau en autant de jours.
En lever de rideau hier, la Française de 29 ans et 17e tête de série a liquidé l’Australienne Nicole Pratt en seulement 55 minutes, 6-1, 6-1.