Le Canadien n’a plus droit à l’erreur

S’il veut remporter son prochain match, le Tricolore devra trouver un moyen de relancer son attaque, en panne sèche depuis le début de la série. Le Canadien n’a inscrit que quatre buts en autant de parties jusqu’ici contre les Maple Leafs de Toronto: trois buts à forces égales et un autre en infériorité numérique.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne S’il veut remporter son prochain match, le Tricolore devra trouver un moyen de relancer son attaque, en panne sèche depuis le début de la série. Le Canadien n’a inscrit que quatre buts en autant de parties jusqu’ici contre les Maple Leafs de Toronto: trois buts à forces égales et un autre en infériorité numérique.

Le temps presse pour le Canadien de Montréal, et l’entraîneur-chef par intérim, Dominique Ducharme, le sait bien : l’équipe fera face jeudi à l’élimination face au Maple Leafs de Toronto.

Ducharme a déclaré mercredi que ses joueurs doivent être plus constants s’ils veulent connaître du succès. C’est d’ailleurs ce qui a fait défaut, selon lui, mardi, dans la défaite de 4-0 contre la formation torontoise, qui mène maintenant 3 à 1 cette série éliminatoire de premier tour dans la section Nord.

« Hier, nous avons craqué à des moments précis, et [les Leafs] nous ont fait payer. Il faut qu’on prenne contrôle de notre destinée. Il faut relever notre niveau de désespoir, tout comme notre niveau d’engagement, d’intensité », a déclaré Ducharme en visioconférence.

Un mot d’ordre qui semble avoir été transmis chez les joueurs du Canadien depuis le revers cinglant de mardi. « Demain, ce sera un test. Il faudra qu’on joue en équipe, qu’on évacue le jeu individuel et qu’on respecte notre plan de match. Si nous y parvenons, alors je crois que nous aurons la chance de l’emporter », a mentionné l’attaquant Tyler Toffoli.

La recette de la victoire

Ce n’est pas la première fois que Toffoli se retrouve au bord du gouffre en séries éliminatoires. Il a fait partie de l’édition des Kings de Los Angeles, qui avaient effacé un déficit de 0-3 dans leur série de premier tour contre les Sharks de San Jose en 2014, en route vers la conquête de la coupe Stanley.

Questionné à savoir ce qu’il faut pour renverser la vapeur dans une série, Toffoli l’a expliqué bien simplement. « Il s’agit de prendre un match à la fois, et d’éliminer le doute dans notre esprit », a confié le joueur âgé de 29 ans, tout en soulignant l’importance de « nous serrer les coudes et de hausser notre niveau de jeu collectif ».

Toffoli et ses coéquipiers se rendront à Toronto avec une source de motivation supplémentaire cette fois-ci. S’ils gagnent le match numéro 5, ils évolueraient alors devant une foule limitée de 2500 spectateurs lors de la joute suivante au centre Bell.

« C’est certain que nous y pensons, ça nous a manqué cette saison. D’avoir une telle opportunité, ce serait énorme et ce serait amusant. Nous voulons vraiment gagner demain, et poursuivre notre route », a assuré Toffoli.

Ducharme aussi semblait bien déterminé à diriger — enfin — un premier match dans la LNH devant des spectateurs. « Il faut qu’on se donne la chance de rentrer à la maison… Nous ne nous laisserons pas abattre. Nous nous battrons, ça, c’est certain », a-t-il dit.

Du pain sur la planche

Pour y parvenir, le Tricolore devra trouver un moyen de relancer son attaque, en panne sèche depuis le début de la série. Le Canadien n’a inscrit que quatre buts en autant de matchs jusqu’ici : trois buts à forces égales et un autre en infériorité numérique.

Toffoli, le meilleur marqueur du Canadien en saison régulière avec 28 filets et 44 points en 52 parties, livre une performance correcte depuis le début du tournoi printanier. L’attaquant a seulement récolté deux mentions d’aide en quatre matchs éliminatoires jusqu’ici, mais Ducharme garde espoir.

« Il aurait pu marquer au moins un but, peut-être deux, sur le genre de lancers qu’il a décochés hier. Il l’a fait pendant toute la saison, a rappelé Ducharme au sujet du numéro 73. Dans les séries, c’est une guerre de tranchées pour créer ces chances-là, et lorsqu’elles se présentent, tu dois les finir. »

C’est également le cas sur les unités spéciales, puisque le Tricolore n’a toujours pas touché la cible en 13 occasions avec l’avantage d’un homme jusqu’ici. « Ç’a été pire lors du match numéro 3, a commenté Ducharme à propos de la disette en supériorité numérique. À un certain moment, quand les choses allaient mal, les gars ont essayé de régler ça individuellement. Ç’a mieux été hier soir, mais nous devons finir. »

L’appui offensif des défenseurs se fait aussi attendre depuis le début de la série. Ceux-ci n’ont toujours pas amassé de points dans la série. En comparaison, ceux des Leafs en ont récolté huit.

On ignore toujours si Ducharme remaniera sa formation en vue du cinquième match de la série, dans l’espoir de créer une étincelle en attaque. Il a toutefois indiqué qu’Artturi Lehkonen, blessé lundi dans la défaite de 2-1 du Tricolore, et Jake Evans ne feront pas le voyage avec l’équipe.

Seuls quelques joueurs ont pris part à l’entraînement optionnel du Canadien au Complexe sportif Bell de Brossard, mercredi. L’équipe s’est ensuite envolée vers la Ville Reine, en vue de son prochain duel, au Scotiabank Arena.

À voir en vidéo