La COVID-19 chamboule le sort d’équipes en séries

Le meilleur marqueur des Blues de Saint-Louis, David Perron, a subi un test positif à la COVID-19 après avoir été vacciné.
Photo: Ethan Miller/Getty Images/Agence France-Presse Le meilleur marqueur des Blues de Saint-Louis, David Perron, a subi un test positif à la COVID-19 après avoir été vacciné.

Malgré un taux élevé de vaccination, plusieurs équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH) ont été affectées par des joueurs déclarés positifs à la COVID-19 à la fin de la saison ou juste avant le début des séries éliminatoires.

Les Blues de Saint-Louis, qui ont été balayés par l’Avalanche du Colorado en seulement quatre matchs, ont été privés de trois de leurs joueurs en raison d’un test positif à la COVID-19, dont leur meilleur marqueur cette saison, David Perron.

Ce dernier a indiqué mardi que l’attaquant Nathan Walker et lui ont été vaccinés avant de subir un test positif. L’équipe a également précisé que le défenseur Jake Walman avait aussi reçu ses deux doses avant qu’un test positif ne le force à une quarantaine.

Les Capitals de Washington ont quant à eux subi l’élimination en cinq rencontres après qu’Evgeny Kuznetsov et Ilya Samsonov aient dû passer du temps en quarantaine, même si les deux joueurs n’ont ressenti aucun symptôme. Les deux hockeyeurs ont confirmé avoir souffert de la COVID-19 plus tôt cette saison, quand ils ont dû s’absenter pendant plusieurs semaines.

« Les règles stipulent que si vous obtenez un résultat positif pour la COVID, vous subissez un deuxième test. Si celui-ci revient positif, vous devez vous soumettre à une quarantaine de 10 jours, a expliqué Kuznetsov mardi. Vous pouvez ensuite reprendre l’entraînement physique pendant deux jours et rejoindre vos coéquipiers après 14 jours. C’est ce qui s’est passé. »

Enquête ouverte

Selon le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, 9 des 12 équipes américaines en série ont atteint le seuil de 85 % de personnel ayant été complètement vacciné, ce qui a permis ainsi d’alléger les protocoles sanitaires au début des séries. Or, le Lightning de Tampa Bay est la seule équipe à avoir confirmé l’atteinte de ce seuil jusqu’ici.

Les quatre équipes de la section nord toujours actives ne peuvent aspirer à ce seuil, en raison de la politique du gouvernement canadien, qui a retardé l’administration de la deuxième dose. Il ne reste que trois équipes canadiennes en lice pour la coupe Stanley, après l’élimination des Oilers d’Edmonton, lundi.

La LNH a lancé une enquête au sujet d’irrégularités dans les protocoles de tests la semaine dernière. Plusieurs joueurs des Blues et des Golden Knights de Vegas ont subi des tests positifs, mais qui se sont avérés des erreurs de laboratoire. L’entraîneur-chef des Knights, Peter DeBoer, a confirmé que son club a reçu neuf faux résultats positifs en un jour.

Après que 51 matchs de saison eurent été repoussés en raison de la pandémie en 2021, aucun match éliminatoire n’a été chamboulé jusqu’ici par la COVID-19. Seul le deuxième match entre les Blues et l’Avalanche a failli l’être, avant qu’il n’aille finalement de l’avant à la suite du déclenchement de l’enquête de la LNH.

« Les faux positifs sont une source constante d’inquiétude, mais ils l’ont été tout au long de la saison et ne sont pas vraiment liés au niveau de vaccination, a fait valoir le commissaire adjoint Bill Daly par courriel. J’imagine que cette inquiétude a grandement diminué [au sein des équipes] davantage vaccinées. »

Depuis le début des séries, le 15 mai, seuls les Blues et les Capitals ont inscrit le nom de joueurs sur la liste de protocoles COVID : Perron, Walker, Walman, Kuznetsov et Samsonov.

 

À voir en vidéo