Ducharme a fait un bon pari en misant sur les vétérans

Paul Byron (41), avec ses coéquipiers Joel Edmundson (44) et Joel Armia (40), célèbre son but qui a procuré la victoire au Canadien lors de la troisième période contre les Maple Leafs de Toronto jeudi.
Frank Gunn La Presse canadienne Paul Byron (41), avec ses coéquipiers Joel Edmundson (44) et Joel Armia (40), célèbre son but qui a procuré la victoire au Canadien lors de la troisième période contre les Maple Leafs de Toronto jeudi.

Un match ne définit évidemment pas une série, mais le pari de l’entraîneur-chef par intérim du Canadien de Montréal, Dominique Ducharme, de miser sur des vétérans contre les Maple Leafs de Toronto lui a souri jusqu’ici.

Plusieurs observateurs doutaient avant le début de la série de sa décision de préférer des joueurs tels qu’Eric Staal et Corey Perry, qui sont âgés de 36 ans, plutôt que de jeunes espoirs tels que Jesperi Kotkaniemi et Cole Caufield.

L’attaquant Paul Byron s’est servi du filet égalisateur de l’attaquant des Maple Leafs William Nylander pendant la période médiane jeudi pour expliquer la décision de Ducharme de faire confiance à des joueurs aguerris. « Beaucoup d’entre nous ont déjà participé aux séries éliminatoires. Il faut éviter de paniquer, car il va y en avoir encore beaucoup de matchs comme celui-là », a rappelé l’Ottavien âgé de 32 ans en visioconférence vendredi.

Outre Byron, qui s’est signalé avec un but d’anthologie pour procurer la victoire de 2-1 aux Canadien, Staal a aussi fait écarquiller bien des yeux jeudi. À commencer par ceux de ses coéquipiers. « C’est un grand joueur. Ça n’a pas été facile pendant cette séquence éreintante en avril, mais ç’a démontré sa résilience et sa détermination », a évoqué Byron.

Au-delà de la fiche décevante de l’ex-capitaine des Hurricanes de la Caroline, en 21 matchs avec le Canadien, c’était surtout sa lenteur qui avait retenu l’attention.

Le principal intéressé a tenu à clarifier la situation vendredi. « Vous savez, avant de me joindre au Canadien, j’ai vécu la même situation chez les Sabres de Buffalo, avec l’éclosion de coronavirus et la semaine de congé qui a suivi. Nous avions ensuite disputé littéralement un match chaque jour jusqu’à ce que je sois échangé. Ç’a été une année assez folle, avec les matchs, les voyages et tout », a d’abord évoqué le deuxième choix des Hurricanes au repêchage de la LNH en 2003.

Il faut éviter de paniquer, car il va y en avoir encore beaucoup de matchs comme celui-là

 

Questionné ensuite à savoir s’il avait la certitude de pouvoir élever son niveau de jeu d’un cran pour les séries éliminatoires malgré son âge vénérable, Staal a répondu sans perdre une seconde. « Je sais que je l’ai ; je sais que c’est là. Je suis venu ici pour aider ce groupe et m’intégrer à leur système de jeu en vue des séries éliminatoires », a déclaré le vétéran.

Il reste maintenant à déterminer si Staal, Perry et compagnie pourront maintenir la cadence, car de jeunes loups, tapis dans l’ombre, restent aux aguets. Et la blessure de Jake Evans, tard en deuxième période, jeudi, pourrait bien leur ouvrir une porte. L’état de santé de l’attaquant est évalué au quotidien et il n’est pas exclu qu’il soit en uniforme pour le deuxième match de la série, a affirmé Dominique Ducharme vendredi.

Évidemment, les noms des jeunes attaquants Jesperi Kotkaniemi et Cole Caufield ont été évoqués pour le remplacer, si jamais Evans n’est pas en mesure de jouer samedi. Celui de Paul Byron également, puisque le rapide attaquant a pivoté le trio d’Evans après qu’il eut quitté la partie.

Avantage numérique à peaufiner

Vendredi, l’entraîneur-chef du Tricolore a aussi indiqué qu’il allait s’attarder avec ses hommes, lors de la séance d’entraînement, à effectuer des ajustements au niveau de l’avantage numérique.

Les unités d’avantage numérique des deux équipes ont connu des ennuis. Le Canadien a été 0-en-5 et les Leafs, 0-en-4. Le seul but marqué sur les unités spéciales a été celui de Byron, en infériorité numérique. « Il y a une question d’exécution. On a eu quelques chances de marquer, mais on veut en provoquer plus, c’est certain », a confié Ducharme.

Le deuxième match de la série de premier tour sera présenté samedi, toujours à Toronto.

À voir en vidéo