Les facteurs clés du Canadien et des Maple Leafs

Les Maple Leafs ont remporté sept des 10 duels entre les deux équipes.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Les Maple Leafs ont remporté sept des 10 duels entre les deux équipes.

Les Maple Leafs de Toronto ont eu largement l’avantage sur le Canadien de Montréal en saison régulière, mais de l’avis des membres des deux équipes, cela ne veut plus rien dire.

On repart à neuf en séries, insistent-ils. Les Leafs affirment se méfier du Tricolore, même s’ils ont récolté 18 points de plus cet hiver que leurs rivaux du premier tour éliminatoire.

S’il est vrai que les Maple Leafs ont remporté sept des 10 duels entre les deux équipes, il faut aussi noter que sept rencontres se sont soldées par un écart d’un seul but, si l’on inclut deux matchs où un but d’assurance dans un filet désert a été inscrit.

La série saisonnière entre les deux équipes a donc peut-être été plus serrée que la fiche globale l’indique.

Quels facteurs pourraient faire la différence entre le triomphe ou l’échec de chacune des deux équipes ?

Le Canadien va gagner si…

Carey Price n’a pas eu grand-chose à se reprocher lors des deux derniers parcours du Canadien en séries, affichant des moyennes de 1,86 en 2017 et 1,78 en 2020. S’il a une réputation de gagnant grâce à ses succès sur la scène internationale et son triomphe dans la Ligue américaine en 2007, la patience des partisans du Canadien à son endroit commence à être limitée. Le jeu de Price sera de nouveau déterminant contre les canons offensifs des Maple Leafs. Il serait étonnant que le Canadien accumule les victoires en accordant plus de trois ou quatre buts par match à ses rivaux.

La ligne de centre du Canadien devait être l’une de ses faiblesses lors des séries dans la bulle de Toronto l’été dernier, mais elle a finalement été l’une de ses forces face aux Penguins de Pittsburgh et aux Flyers de Philadelphie. Seuls Phillip Danault et Nick Suzuki seront de retour cette fois-ci, alors que Jesperi Kotkaniemi commencera la série dans les gradins et Max Domi évolue sous d’autres cieux. Ils ont été remplacés par Eric Staal et Jake Evans. Les quatre centres du Canadien ont marqué 28 buts cet hiver. Du côté des Leafs, Auston Matthews en a marqué 41 à lui seul. John Tavares, Riley Nash et Jason Spezza l’appuieront. Le travail des unités de Danault et Evans sera la clé afin d’étouffer les étoiles des Leafs.

Même si les Maple Leafs ont marqué seulement cinq buts en avantage numérique en 50 occasions à leurs 20 derniers matchs cette saison, le travail du Canadien en infériorité numérique sera crucial pour que l’équipe ait du succès. Les Leafs ont marqué six buts en 27 occasions contre le Tricolore cette saison. Le Canadien ne pourra se permettre de laisser les Leafs prendre un élan avec un but clé en avantage numérique.

Les Maple Leafs vont gagner si…

Jack Campbell a été l’une des belles surprises à travers la LNH cette saison. Le gardien âgé de 29 ans s’est révélé être la solution devant le filet de l’équipe en l’absence de Frederik Andersen, et il a maintenu une moyenne de 2,15 et un taux d’efficacité de, 921, tout en compilant une fiche de 17-3-2. Campbell devra prouver que son brio en saison régulière n’est pas un feu de paille, sans quoi le parcours des Leafs pourrait prendre fin rapidement.

Les partisans des Maple Leafs attendent depuis plusieurs années que les succès en saison régulière grâce au noyau composé d’Auston Matthews, Mitchell Marner, John Tavares et Morgan Rielly se traduisent en succès en séries éliminatoires. Les Leafs ont été éliminés dès le premier tour de 2017 à 2019, puis ont été battus lors des séries de qualification par les Blue Jackets de Columbus l’été dernier. La force mentale des Leafs pourrait être mise à l’épreuve si le Canadien arrivait à prendre le contrôle de la série en remportant le ou les premiers matchs. Les Leafs devront prouver que les échecs du passé sont bel et bien derrière eux.

La qualité du noyau des Maple Leafs n’a jamais été remise en question au cours des dernières années. Ce sont plutôt les acteurs de soutien qui ont parfois laissé à désirer. Le directeur général Kyle Dubas croit avoir réglé ce problème en faisant l’acquisition de joueurs d’expérience au cours des deux dernières années. Si les vétérans Joe Thornton, Jason Spezza, Wayne Simmonds, Nick Foligno, Riley Nash, Zach Bogosian, TJ Brodie et autres parviennent à appuyer les étoiles de l’équipe, autant offensivement que défensivement, alors les Maple Leafs pourraient être difficiles à freiner ce printemps.

À voir en vidéo