La défensive de Toronto, un défi coriace pour l’attaque du Tricolore

Les Maple Leafs de Toronto ont gagné sept de leurs dix matchs contre le Canadien de Montréal cette saison, grâce notamment à du meilleur travail en zone défensive que par le passé.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Les Maple Leafs de Toronto ont gagné sept de leurs dix matchs contre le Canadien de Montréal cette saison, grâce notamment à du meilleur travail en zone défensive que par le passé.

S’il est vrai que le Canadien devra se méfier d’Auston Matthews et de l’attaque des Maple Leafs de Toronto lors de leur série de premier tour, la formation montréalaise devra aussi générer de l’attaque contre l’une des meilleures défensives de la LNH à cinq contre cinq.

En l’espace d’une saison, les Maple Leafs sont passés du 27e au 8e rang du circuit pour les buts accordés à cinq contre cinq.

« Ils ont obtenu des renforts à la ligne bleue et ils ont connu une bonne saison, a dit l’attaquant du Canadien Josh Anderson au sujet de la brigade défensive des Maple Leafs. Je crois que nous allons devoir jouer du hockey physique contre eux, amener une présence physique dès le départ et continuer pendant toute la série. »

Les Maple Leafs ont fait l’acquisition de TJ Brodie et de Zach Bogosian pendant la saison morte. Justin Holl a aussi continué à s’épanouir à sa deuxième saison dans un rôle régulier dans la LNH malgré ses 29 ans.

« Si vous regardez l’ensemble de la saison, ça n’a pas toujours été parfait, mais nous avons réduit le nombre de chances que nous accordons en surnombre ou en échappée, a indiqué l’entraîneur-chef des Maple Leafs, Sheldon Keefe. Nous accordons moins d’occasions à bout portant ou sur l’entrée de zone. »

Nous allons devoir jouer du hockey physique contre eux, amener une présence physique dès le départ et continuer pendant toute la série

 

« C’était l’une de nos priorités. À mon premier camp avant les séries dans la bulle l’été dernier, nous avions travaillé là-dessus et nous avions démontré des signes de progrès. Nous avons continué sur cette lancée pendant la saison. Les joueurs ont compris l’importance de cet aspect du jeu et nos gardiens ont aussi été excellents. »

Les Maple Leafs ont accordé seulement 20 buts à forces égales au Canadien en 10 rencontres cette saison, tout en en marquant 27.

« Nous connaissons mieux nos rôles et nous les appliquons bien, a dit le défenseur des Maple Leafs Jake Muzzin. Le bon travail de nos gardiens y est aussi pour quelque chose, mais nos défenseurs sont plus calmes et nous nous parlons plus, ce qui aide également. »

Le Canadien, qui profitait d’une journée hors glace lundi, a mis l’accent sur l’appui du porteur de la rondelle depuis le début de sa préparation pour la première rencontre, jeudi à Toronto.

Rapidité et profondeur

L’une des clés du succès du Tricolore sera donc les automatismes dans la transition, ainsi que la profondeur de l’équipe. « Plus vous avez d’options, meilleurs vous serez, a dit le centre du Canadien Nick Suzuki. C’est au joueur en possession de la rondelle de trouver la bonne option et de bien lire le jeu. Nous faisons du bon travail pour impliquer nos défenseurs dans le jeu, ce qui offre encore plus d’options. »

« Notre style est défini par notre vitesse et notre profondeur, a-t-il aussi souligné. Nous avons besoin des quatre trios et des six défenseurs. Nous voulons attaquer en vague. Nous sommes au mieux quand les quatre trios appliquent de la pression. »

À ce niveau-là, Anderson aura l’occasion de briller, lui qui excelle en échec avant et qui a livré de nombreuses batailles à Muzzin déjà cette saison.

« Quand le défenseur a le dos tourné, c’est le bon moment pour appliquer de la pression, mais il faut prendre des décisions rapidement. Le jeu est tellement rapide de nos jours, a noté Anderson. Quand le défenseur est en contrôle de la rondelle, vous devez le laisser prendre une décision et profiter des erreurs, mais quand il est dos à vous, c’est le temps de mettre de la pression, de pourchasser la rondelle et d’être agressif. »

Les Maple Leafs s’attendent d’ailleurs à une série très physique. Le Canadien a dominé la LNH au chapitre des mises en échec cette saison avec une moyenne de près de 28 par rencontre. Malgré les émotions souvent à fleur de peau en séries, les joueurs des Maple Leafs ne voudront toutefois pas se laisser distraire par le jeu physique du Tricolore.

« C’est ça le hockey de séries, a rappelé Keefe. Le Canadien est une équipe physique. Nous le savons puisque nous les avons affrontés 10 fois cette saison. Ce n’est rien de nouveau. Nous savons à quoi nous attendre. »

Et cela n’a pas empêché les Maple Leafs de gagner 7 des 10 duels entre les deux équipes cette saison, grâce notamment à du meilleur travail en zone défensive que par le passé.

À voir en vidéo