L'athlétisme se donne rendez-vous à Londres - Greene et Jones dans l'oeil du cyclone

Londres — Battu pour sa première sortie européenne, le 23 juillet à Paris, l'Américain Maurice Greene est attendu aujourd'hui sur le 100 m de la réunion d'athlétisme de Londres.

Tout aussi attendue était sa compatriote Marion Jones, annoncée sur 100 m et la longueur. Mais la quintuple médaillée olympique a déclaré forfait mardi, officiellement pour mieux se concentrer sur les Jeux olympiques d'Athènes (13-29 août).

Au Stade de France vendredi dernier, le champion olympique, qui avait survolé les sélections US, a subi la loi du Portugais Francis Obikwelu, mettant ce revers sur le compte de la fatigue du voyage transatlantique.

Cette fois, la traversée de la Manche ne pourra pas justifier un nouveau faux pas, malgré une opposition redoutable et des demi-finales.

Pour retrouver le goût du succès, Greene devra se défaire du champion du monde, le Kittitien Kim Collins, déjà vainqueur deux fois sur l'île britannique cet été (Gateshead et Birmingham) et du Jamaïcain Asafa Powell, deuxième performeur mondial de l'année (9.91), à égalité avec Greene.

En espérant pour les sprinteurs que le chronomètre ne devienne pas fou comme il le fut l'an passé en créditant le Britannique Dwain Chambers d'un farfelu 9 sec 53, obligeant les organisateurs à utiliser les temps manuels.

Invaincue pendant 36 courses, la Mozambicaine Maria Mutola a vu sa série prendre fin à Lausanne, le 6 juillet dernier, avec une deuxième place.

Invoquant une blessure, la championne olympique du 800 m (31 ans) a voulu se rassurer en travaillant son endurance lors du 1500 m de la réunion de Paris, vendredi dernier.

Ce fut pire avec une indigne quinzième et dernière place sur 1500 m, distance qu'elle a finalement renoncé à disputer à Athènes pour se consacrer exclusivement au 800 m, comme à Crystal Palace, pour chasser le doute.

Avant de ne faire que du marathon après les JO, l'Ethiopien Haile Gebreselassie s'offre une ultime sortie sur une piste anglaise, en disputant le 5000 m.

Au-delà de la victoire, «Gebre» (31 ans) cherche surtout à travailler sa vitesse pour affronter son jeune compatriote Kenenisa Bekele (22 ans) sur le 10 000 des JO, qui devrait officialiser la passation de pouvoir entre le double champion olympique et le jeune champion du monde.

Dans le stade du sud-est de Londres, l'attraction est aussi la révélation américaine du triple saut, Melvin Lister, dans une discipline relancée par la défaite mardi à Stockholm du Suédois Christian Olsson, invaincu en 29 concours.

Lors des sélections US, Lister a réussi un bond de 17,78 m, meilleure performance mondiale de l'année, pour se qualifier pour Athènes.

Enfin, la perche féminine a une nouvelle occasion de prendre encore un peu de hauteur avec la présence du trio magique, les Russes Yelena Isinbayeva et Svetlana Feofanova et l'Américaine Stacy Dragila.

Les trois jeunes femmes battent le record du monde de la spécialité à pratiquement chacune de leur sortie. Le dernier en date est l'oeuvre de Isinbayeva (4,89 m dimanche à Birmingham), qui apprécie la Grande-Bretagne puisqu'elle avait déjà battu le record du monde, le 27 juin dernier à Gateshead (nord).