Biddle rit de ses malheurs

«Et dire que je croyais que j'allais présenter une fiche de 12-0 comme partant.»

À tout le moins, Rocky Biddle n'avait pas perdu son sens de l'humour. Il était encore capable de rire de ses malheurs. Sur un ton plus sérieux, il a mentionné qu'il n'était pas en pleine possession de ses moyens quand il s'est présenté au monticule.

«Je ne pouvais pas placer mes rapides là où je le voulais et je laissais flotter mes balles à effet au-dessus du marbre. Nous sommes dans les ligues majeures et quand on commet de telles erreurs à ce niveau, on en paye le prix.»

Biddle en était à son quatrième départ depuis qu'on l'a converti en partant. Il présentait une fiche de 2-0 comme partant.

«J'essayais peut-être de trop bien faire, a-t-il dit. Je me sentais bien, j'étais à l'aise, mais je voulais peut-être trop en faire. Au moins, j'ai appris de cette défaite. Je sais maintenant que je fonctionnerai mieux la prochaine fois si je parviens à relaxer un peu plus.»

Frank Robinson a reconnu que Biddle avait eu une sortie pour le moins difficile.

«Quand on offre des balles, des balles et des balles à l'adversaire, on se place en sérieuses difficultés, a dit Robinson. Rocky était incapable de lancer des prises et, quand finalement ses tirs étaient dans la zone des prises, il ne les plaçait pas là où il le voulait.

«C'est une très mauvaise combinaison. Il n'a pas été capable de garder la balle dans le stade. Il n'est pas le seul, cela s'est produit pendant toute la série.

«C'est difficile de mettre sur pied des remontées quand la marque est déjà de 7-0 pour l'adversaire.»

C'est Eric Valent, un réserviste, qui a réussi l'exploit du match en obtenant un carrousel, exploit rarissime au baseball. «C'est formidable, a-t-il dit. Il faut de la chance, c'est sans doute la raison pour laquelle c'est si rare et si difficile à obtenir.»

Valent a obtenu un triple en septième aux dépens de Roy Corcoran, troisième lanceur utilisé par les Expos. Il ne lui manquait que ce trois-buts pour compléter son exploit.

Par ailleurs, Robinson a enguirlandé l'arbitre du marbre Fieldin Culbreth après la quatrième manche.

«C'est lui qui m'a interpelé, a dit Robinson. Il m'a dit que mon receveur Einar Diaz allait trop souvent au monticule pour parler au lanceur et que cela retardait le match indûment, que les arbitres avaient des directives à ce sujet. Je lui ai dit qu'on ne pourra jamais empêcher cela de se produire, qu'il y a bien d'autres façons d'accélérer l'allure du match.»

Dans ce qui pourrait être sa dernière présence dans l'uniforme des Expos, Orlando Cabrera a obtenu un simple en sixième et a été poussé au marbre par un double de Juan Rivera pour inscrire le seul point des Expos.