Impact - Le gardien Greg Sutton pourrait égaler un record d'équipe contre Charleston

Montréal — Auteur de 12 blanchissages jusqu'ici cette saison, le gardien Greg Sutton pourrait égaler une record d'équipe, ce soir, lorsque l'Impact accueillera le Battery de Charleston au Complexe sportif Claude-Robillard. Sutton est en effet en voie de rejoindre Paolo Ceccarelli, qui avait réalisé 13 jeux blancs en 1996.

«C'est un bel exploit pour l'équipe, ça reflète notre solidité en défensive et le succès qu'a obtenu la ligne arrière tout au long de l'année», a déclaré Sutton en commentant ses 12 blanchissages, un sommet personnel.

Patrick Leduc insiste toutefois pour dire que Sutton a joué un rôle important dans les succès défensifs de l'Impact, qui n'a cédé que 11 buts en 20 matchs cette saison.

«Il s'améliore d'année en année, surtout dans sa façon de gérer un match, a raconté Leduc au sujet de Sutton. Il sait comment parler aux joueurs pour éviter les erreurs. C'est comme ça qu'il s'est imposé comme un leader dans l'équipe.»

En plus de sa capacité à réaliser les arrêts-clés, Leduc a vanté l'assurance de Sutton quand vient le moment d'intercepter les ballons aériens.

«Que ce soit un corner ou un centre, tout ce qui flotte dans la surface, on sait qu'il va le maîtriser, a ajouté Leduc. Il contrôle la surface de réparation. Il nous facilite la tâche et, du même coup, ça donne plus de liberté aux défenseurs.»

Sutton reconnaît qu'il a peaufiné sa préparation d'avant-match cette année, surtout au niveau psychologique.

«La concentration est un aspect très important dans les succès d'un gardien, a souligné Sutton. Je visualise certaines situations de match. Par exemple, je visualise un corner et je me vois sortir et prendre le ballon, ou je vois un adversaire se préparer à tirer et ensuite je fais l'arrêt. Ça ressemble beaucoup à ce que font les gardiens au hockey.»

Sutton a aussi noté que la performance des siens en défensive n'a pas empêché l'Impact de marquer des buts opportuns. La formation montréalaise présente un différentiel de buts de plus-18 après 20 matchs, comparé à plus-14 au même moment l'an dernier.

«Les gars n'oublient jamais qu'ils doivent se soutenir les uns les autres défensivement mais à l'attaque aussi, a noté Sutton. Ils comprennent tous leur rôle et ils savent quand c'est le bon moment de partir à l'offensive, et quand c'est le temps de revenir.»