À Edmonton, le Canadien s’écroule et perd Price

Les Oilers ont augmenté la pression en troisième période.
Photo: Jason Franson La Presse canadienne Les Oilers ont augmenté la pression en troisième période.

Connor McDavid a finalement pu avoir le sens du devoir accompli après un match contre le Canadien, qui sera peut-être plus inquiet d’avoir vu Carey Price retourner à l’infirmerie.

McDavid a mis la table pour le but égalisateur avant de marquer lui-même le but vainqueur en troisième période, alors que les Oilers d’Edmonton ont renversé la formation montréalaise pour s’imposer par la marque de 4-1, lundi soir au Rogers Place.

Price n’est pas ressorti du vestiaire après le premier entracte. Il en était à un deuxième départ consécutif après avoir raté six rencontres en raison d’une blessure au bas du corps.

L’entraîneur-chef par intérim Dominique Ducharme a cependant affirmé que Price s’était blessé au haut du corps lors d’un contact avec Alex Chiasson. Il n’avait pas encore plus d’information à fournir.

Jake Allen a pris la relève avec brio avant de finalement voir les Oilers ouvrir la machine lors du dernier tiers.

Le Canadien avait limité McDavid à deux aides lors de ses cinq premiers duels contre les Oilers. Le meilleur marqueur de la LNH a finalement réussi à se démarquer contre le Tricolore cette saison.

« J’ai aimé surtout les deux premières périodes, a dit Ducharme. En troisième, il y a peut-être eu un manque d’énergie, mais nous n’avons pas assez mis de pression. »

« De l’autre côté, ils ont poussé en troisième. Nous avons bien fait pour les contenir tout au long du match. Je crois qu’ils avaient une chance de marquer à cinq contre cinq pendant les deux premières périodes. En troisième, nous leur avons donné trop d’espace pour venir à nous. »

McDavid a récolté un but et deux aides et Jesse Puljujarvi, un but et une aide, tandis qu’Ethan Bear et Devin Shore ont aussi marqué pour les Oilers (27-15-2). Mike Smith a repoussé 22 tirs.

Le capitaine des Oilers a joué pendant 27 : 00. Il s’agit du troisième plus important temps de glace pour McDavid cette saison.

« Il est probablement le meilleur joueur au monde présentement et il a fait la différence dans les cinq dernières minutes, a noté Ducharme. C’est frustrant, oui, parce que nous avons fait beaucoup de bonnes choses. Nous allons devoir nous assurer de bien les faire pendant 60 minutes lors du prochain match, et non 50. »

Eric Staal a inscrit l’unique but du Canadien (19-15-9). Price a stoppé sept lancers et Allen, 25.

Les deux équipes s’affronteront à nouveau mercredi, toujours à Edmonton.

Petite consolation pour le Canadien, les Flames de Calgary ont également perdu lundi, 4-2 face aux Sénateurs d’Ottawa. Le Tricolore possède toujours six points d’avance et deux matchs en main sur les Flames au quatrième rang de la section Nord.

Le dernier mot à McDavid

Le Canadien a commencé la rencontre en force. Phillip Danault est passé bien près de surprendre Smith dès les premières secondes du match.

Les Oilers ont perdu un soldat après un peu plus de huit minutes de jeu. Jujhar Khaira a encaissé une sévère mise en échec d’Alexander Romanov en zone neutre. Khaira a eu besoin d’aide pour quitter la patinoire et il n’est pas revenu au jeu.

McDavid a cru avoir ouvert la marque avec 7:59 à faire en première période. Cependant, Ducharme a contesté le but, qui a vite été annulé à la suite de la révision vidéo puisque Chiasson était entré en contact avec Price. C’est sur ce jeu que Price s’est blessé au haut du corps.

Les deux équipes ont continué de s’échanger les occasions de tirs de qualité pendant le reste de la période. Price a frustré Draisaitl lors d’un avantage numérique des Oilers tard en première période. Le disque a atteint Price près de l’épaule gauche.

Le jeu est resté animé lors de la deuxième période. Artturi Lehkonen a été frustré par Smith lors d’une échappée.

Staal a finalement ouvert le pointage à 6:46. Il a fait dévier une remise transversale de Corey Perry dans l’objectif avec son patin droit. Les arbitres ont accordé le but sans trop de protestation du camp des Oilers.

McDavid a obtenu une chance en or de répliquer avec un peu plus de quatre minutes à faire au deuxième vingt, lorsqu’il a pu attaquer à deux contre le gardien en compagnie de Puljujarvi. Les deux se sont échangé la rondelle, mais McDavid n’a pas contrôlé la remise de son coéquipier et n’a jamais pu tirer au but.

Allen a toutefois dû être alerte lors d’un avantage numérique des Oilers tard en deuxième période. Il a notamment frustré McDavid et Bear sur de bons tirs.

Les Oilers ont augmenté la pression en troisième période et Allen a multiplié les acrobaties devant le filet du Canadien.

Les efforts des Oilers ont finalement été récompensés avec 9:11 à faire en troisième période. Bear a marqué sur un tir sur réception à la suite d’une passe de McDavid.

Le capitaine des Oilers a ensuite marqué au terme d’une montée dont lui seul a le don de faire, avec 4:49 à écouler en troisième période. McDavid a foncé à un contre deux en territoire du Tricolore, mais a fait fi du repli de Jeff Petry et a débordé Joel Edmundson avant de déjouer Allen du côté du bouclier.

Puljujarvi est revenu à la charge 2:26 plus tard, en échappée, puis Shore a complété la marque dans un filet désert avec 1:39 à écouler.

Échos de vestiaire

Jeff Petry était déçu d’avoir finalement été victime de Connor McDavid.

« Nous avons mal contrôlé le disque en zone neutre et il a eu l’occasion d’attaquer à pleine vitesse. Il est difficile à contrer quand il attaque à pleine vitesse et que vous devez le contrer en patinant à reculons. J’ai essayé de le contrer par le côté, de mettre mon bâton sur la rondelle et j’ai raté. Il a donc pu tirer. »

Phillip Danault a admis que l’offensive du Canadien devait sortir de son marasme, alors qu’elle a généré seulement 12 buts à ses huit derniers matchs.

« Le jeu est plus serré à l’approche des séries. Les équipes se battent pour leur position. Ça se resserre offensivement. Il faut aller au filet, être affamé. Nous n’allons pas marquer des buts comme McDavid le fait. Il faut aller se salir le nez, être prêt à payer le prix. »

Jake Allen n’a pas été trop dérangé par son entrée inattendue dans le match.

« Votre routine est perturbée, ça ne fait pas de doute, mais c’est une situation que j’ai déjà vécue plusieurs fois par le passé. C’est plus simple quand vous faites votre entrée au début d’une période. Vous avez un peu plus de temps pour faire des étirements et la glace est en bon état. »

À voir en vidéo