«Je n’ai pas le même lancer qu’avant», reconnaît Drouin

Avant la rencontre de lundi soir, Drouin occupait le premier rang chez le Canadien avec 19 aides à sa fiche, et le sixième rang avec un total de 21 points.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Avant la rencontre de lundi soir, Drouin occupait le premier rang chez le Canadien avec 19 aides à sa fiche, et le sixième rang avec un total de 21 points.

Même si Jonathan Drouin se considère d’abord comme un fabricant de jeu, il est conscient que 2 buts au compteur après 35 rencontres, ce n’est pas suffisant pour un joueur de sa trempe.

En visioconférence lundi matin avant le match entre le Canadien de Montréal et les Oilers d’Edmonton, Drouin a commenté sa production saisonnière et a reconnu qu’il devait trouver un moyen de marquer plus souvent. Il a toutefois noté qu’il ne devait pas non plus trop changer sa manière de jouer.

« Je ne vais pas juste commencer à lancer au filet, a-t-il dit. C’est sûr que quand tu as seulement deux buts, tu veux avoir des tirs. Mais lors des cinq à huit derniers matchs, il y en a où j’ai tiré quatre ou cinq fois. Je mets la rondelle au filet, mais je ne ferai pas juste ça. »

Drouin a notamment rappelé qu’il avait un rôle de quart-arrière en avantage numérique et qu’il avait des options pour distribuer la rondelle.

« Avec Webby [Shea Weber], je préfère ses chances de réussite », a-t-il mentionné.

Si l’on remonte à la saison dernière, y compris les séries éliminatoires, on constate que Drouin n’a marqué que trois buts en 52 matchs depuis qu’il a subi une blessure au poignet gauche qui a nécessité une opération chirurgicale.

C’est sûr que je n’ai pas le poignet que j’avais avant.

À son retour après l’opération, Drouin avait souligné qu’il aurait besoin d’encore beaucoup de temps avant de retrouver toute sa flexibilité dans son poignet. Lundi, il a noté qu’il ne sentait pas encore que son poignet était à 100 %.

« C’est sûr que je n’ai pas le poignet que j’avais avant, a-t-il admis. Il n’y a pas de douleur ou de chose qui me dérange, mais ce serait un mensonge de dire qu’il est revenu comme avant.

« Ce n’est pas une excuse pour mes deux buts, mais je n’ai pas le lancer que j’avais avant. »

Questionné sur la possibilité de renvoyer Drouin voir le médecin, l’entraîneur-chef par intérim, Dominique Ducharme, a voulu se faire rassurant, tout en étant prudent dans sa réponse.

« Je ne crois pas que ce soit dans la structure du poignet, a-t-il dit. Parfois, c’est la mobilité ou la force qui n’est pas totalement de retour. Ce n’est pas la même sensation quand vous tenez le bâton. Mais il n’y a rien dans la structure de l’os. Ce n’est pas de ce côté-là, je crois.

« La confiance y est sûrement pour quelque chose. Il y a beaucoup de choses qui rentrent en ligne de compte. Le meilleur remède, c’est de marquer un, deux ou trois buts. Ensuite, les choses se simplifient », a-t-il conclu.

Avant la rencontre de lundi soir, Drouin occupait le premier rang chez le Canadien avec 19 aides à sa fiche, et le sixième rang avec un total de 21 points.

Drouin est l’attaquant du Tricolore avec l’effet le plus important sur la masse salariale cette saison, à égalité avec Josh Anderson, à 5,5 millions de dollars américains. Brendan Gallagher devrait hériter de ce titre l’automne prochain, quand il aura un effet de 6,5 millions sur la masse salariale de l’équipe.

À voir en vidéo