Soccer - L'Impact devra se méfier des Silverbacks

L'Impact a beau avoir une fiche à vie de 6-2 à Atlanta, les circonstances seront différentes, ce soir, lorsque les joueurs montréalais affronteront les Silverbacks sur leur terrain, au DeKalb Memorial Stadium.

La concession d'Atlanta, qui n'a connu que trois saisons gagnantes dans la A-League avant cette année, connaît présentement ses meilleurs moments, avec un dossier de 11-4-2. Ainsi, contrairement aux deux dernières campagnes, la course au championnat de la saison régulière dans l'Est n'est plus strictement une affaire entre l'Impact et les Rhinos de Rochester.

«Ce sera une lutte pour la première place et Atlanta est aussi une équipe qu'on pourrait affronter dans les séries. C'est donc un match important, a souligné le capitaine montréalais Mauro Biello avant le départ de l'équipe. Ils ont l'une des équipes les plus talentueuses de la ligue. Ils ont des joueurs qui peuvent te faire mal.»

Les Silverbacks misent notamment sur John Ball, un milieu de terrain d'expérience, qui a déjà joué dans la Major League Soccer, le milieu Alex Pineda-Chacon, un vétéran de 34 ans du Honduras qui a été le joueur par excellence de la MLS en 2001 avec le Fusion de Miami, ainsi que Mac Cozier, le meilleur marqueur de l'équipe avec neuf buts et trois aides.

L'Impact s'était imposé 2-0, le 1er mai dernier à Atlanta, mais comme le souligne le défenseur Lloyd Barker, les Silverbacks ne forment plus la même équipe. Ils n'en étaient alors qu'à leur deuxième rencontre de la campagne et se remettaient d'une saison médiocre, eux qui avaient présenté le troisième pire dossier du circuit en 2003 (4-17-4). Depuis, ils ont connu une séquence de 10 victoires et de 11 matchs sans défaite, qui n'a pris fin que dimanche dernier à Porto Rico, contre les Islanders.

L'influence de leur nouvel entraîneur, David Vaudreuil, un ancien du DC United dans la MLS, aura donc eu le temps de se faire sentir.

«Ils ont connu toute une séquence. Ils seront mieux organisés que la dernière fois que nous les avons affrontés, a dit Barker. Et ce n'est pas facile de jouer à Atlanta, surtout à ce temps-ci de l'année. Il fait très chaud, et eux, ils y sont habitués.»

L'Impact, qui a connu une séquence de 12 matchs sans défaite en début de saison, présente un dossier de 7-3-2 à l'étranger.

«Nous avons bien fait sur la route jusqu'ici, il nous reste seulement deux matchs à l'étranger et il faut poursuivre sur cette lancée, a affirmé Biello. La course va être serrée jusqu'à la fin, alors il faut continuer à amasser des points face aux autres équipes chez elles.»

À Atlanta, l'Impact en sera à son avant-dernier match à l'étranger de la saison régulière. Le onze montréalais disputera ensuite sept de ses huit dernières rencontres à domicile.