Tour de France - 18e étape - L'Espagnol Mercado s'illustre, Armstrong lui vole la vedette

À l’arrivée hier, le grimpeur espagnol Juan Miguel Mercado lève les bras de la victoire, suivi de près par son compatriote Vicente Garcia Acosta.
Photo: Agence Reuters À l’arrivée hier, le grimpeur espagnol Juan Miguel Mercado lève les bras de la victoire, suivi de près par son compatriote Vicente Garcia Acosta.

Lons-le-Saulnier, France — Le grimpeur espagnol Juan Miguel Mercado a joué un bon tour à son compatriote Vicente Garcia Acosta, hier, dans le Jura, tandis que l'Américain Lance Armstrong a encore trouvé le moyen de se faire remarquer.

Au terme des 166,5 km de la 18e étape disputée entre Annemasse et Lons-le-Saulnier, le coéquipier de Richard Virenque au sein de l'équipe Quick Step a signé son premier succès sur le Tour de France, oubliant ainsi les douleurs gastriques qui avaient failli le pousser à l'abandon jeudi soir.

Au terme d'une échappée fleuve de plus de 150 kilomètres, Mercado a devancé au sprint le rouleur de la formation Îles Baléares, qui avait pourtant la faveur de tous les pronostics.

«J'ai eu un peu peur, car c'est vraiment un excellent rouleur, a commenté l'ancien vainqueur de la Semaine Catalane. Il pouvait me larguer en démarrant et ma seule chance c'était de rester derrière puis de débloquer. Je l'ai fait aux 300 mètres et il n'a pas pu me rattraper. Je dédie cette victoire à tous mes supporters à Grenade et à ma petite fille.»

Le Kazakh Dmitriy Fofonov a pris la troisième place de l'étape, à 11 secondes des deux hommes. Le peloton, réglé au sprint par le Norvégien Thor Ushovd (Crédit Agricole) devant le maillot vert Robbie McEwen (Lotto), a franchi la ligne d'arrivée avec 11 min 29 s minutes de retard sur le vainqueur.

L'Américain Lance Armstrong (US Postal), qui se dirige inexorablement vers un sixième succès consécutif dans la Grande Boucle, a conservé son maillot jaune de leader, devant l'Italien Ivan Basso (CSC), deuxième à 4 min 9 s. L'Allemand Andreas Kloden (T-Mobile) est troisième, à 5 min 11 s.

«C'était un jour plutôt tranquille aujourd'hui, a commenté le Texan de 32 ans. On a laissé partir l'échappée et c'est toujours bon pour l'équipe, car ils peuvent imprimer un léger rythme et contrôler.»

Mais hier, Armstrong a bien failli gâcher le bonheur de Mercado, qui s'est échappé en début d'étape en compagnie de Fofonov, Garcia Acosta, Marc Lotz (Rabobank), Juan Antonio Flecha (Fassa Bortolo) et Sébastien Joly (Crédit Agricole).

Après une trentaine de kilomètres de course, l'Américain s'est en effet extirpé du peloton dans la roue de son ennemi juré, l'Italien Filippo Simeoni (Domina Vacanze), pour rejoindre les hommes de tête. Leur présence aux avant-postes condamnant l'échappée, les deux coureurs sont restés 10 kilomètres aux avants-postes avant de se relever subitement après discussion avec les fuyards.

Selon Simeoni, qui a attaqué Armstrong en diffamation après avoir été traité de menteur par l'Américain pour ses déclarations sur le docteur Michele Ferrari, le quintuple vainqueur de la Grande Boucle s'est joint à l'échappée uniquement pour lui nuire.

«Armstrong a montré aujourd'hui à tout le monde quel type de personne il était, a déclaré l'Italien. J'ai encore subi une injustice de la part d'Armstrong. Il ne devrait pas se préoccuper de petits coureurs comme moi dans une grande course comme le Tour de France. J'avais fait un grand effort pour revenir sur les hommes de tête mais ce n'était pas possible de rester dans l'échappée. Par respect pour tous les échappés, je me suis relevé et Armstrong aussi. C'est mieux pour la course, mais c'est dommage.»

«Je protégeais l'intérêt du peloton et les autres coureurs m'en ont remercié», lui a répondu Armstrong.

Le peloton a ensuite laissé l'échappée se développer, et l'écart a dépassé les 11 minutes à une quarantaine de kilomètres de l'arrivée. La bagarre pour la victoire d'étape a débuté à 25 km de la ligne, quand Mercado et Acosta sont partis sans leurs quatre compagnons d'aventure, dans la côte de Nogna. Et c'est finalement Mercado qui a signé la deuxième victoire espagnole sur ce Tour 2004.

«C'est vrai qu'au départ mon rôle dans l'équipe était plus d'accompagner Richard Virenque en montagne, mais avec le temps qu'il a fait dans les premières journées... , a ajouté Mercado. La pluie, c'est pas vraiment mon truc. Je n'étais donc pas au sommet de ma condition pendant les deux premières semaines. Aujourd'hui, j'ai eu la chance d'entrer dans la bonne échappée et c'est vraiment fantastique.»

Aujourd'hui, Lance Armstrong partira favori du contre-la-montre individuel de 55 km disputé à Besançon. Cette avant-dernière étape devrait permettre de départager Basso, Kloden et Jan Ullrich (T-Mobile) dans la lutte qu'ils se livrent pour la deuxième place du général.