Eric Staal vient renforcer la ligne du centre du Canadien

Le joueur de centre Eric Staal
Photo: Jeffrey T. Barnes Associated Press Le joueur de centre Eric Staal

Le directeur général du Canadien du Montréal, Marc Bergevin, a trouvé un partenaire de danse afin de faire une acquisition malgré les contraintes liées au plafond salarial et à la pandémie de COVID-19.

Un peu plus de 24 heures après avoir réitéré qu’il ne s’attendait pas à effectuer d’échange d’ici la date limite des transactions le 12 avril, Bergevin est allé chercher des renforts au centre pour le Tricolore en faisant l’acquisition d’Eric Staal des Sabres de Buffalo.

En retour de Staal, le Canadien a cédé des choix de troisième et de cinquième tours en 2021. Il possède encore 12 choix pour le recrutement amateur prévu cet été.

Clause importante dans l’échange : les Sabres retiennent 50 % du salaire de Staal. Cela signifie qu’il comptera pour seulement 1,625 million de dollars américains dans le calcul de la masse salariale du Canadien.

Selon le site spécialisé Capfriendly.com, cela permet à l’équipe montréalaise d’insérer Staal dans sa formation sans avoir à se débarrasser d’un autre salaire. Notons par contre que Paul Byron se retrouve actuellement au sein du groupe de réserve du Tricolore, ce qui permet à l’équipe d’économiser 1,075 million dans le calcul de sa masse salariale.

Ni Staal ni Bergevin n’ont été rendus disponibles par le Canadien vendredi pour commenter la transaction. Staal devait prendre la route à partir de Pittsburgh, où les Sabres ont encaissé un 16e revers de suite jeudi soir.

Performances ordinaires

Marc Bergevin avait martelé au cours des dernières semaines qu’il ne voulait pas se retrouver avec une formation réduite pendant qu’un joueur acquis était en quarantaine.

Les réseaux CBC et TSN ont toutefois rapporté jeudi que les autorités canadiennes auraient accepté que la durée de la quarantaine obligatoire d’un joueur arrivant au pays par le biais des États-Unis passe de 14 à 7 jours. Le changement n’a toutefois pas encore été rendu officiel.

Le fait qu’il n’a pas eu à sacrifier un joueur en retour de Staal et que les Sabres ont accepté de retenir une partie de son salaire a probablement aidé Bergevin à tirer la gâchette.

Âgé de 36 ans, Staal a disputé 32 rencontres cette saison avec les Sabres, récoltant trois buts et sept aides. Son contrat arrivera à échéance à la fin de la saison et il pourrait donc devenir joueur autonome sans compensation.

Sa production a chuté de manière draconienne par rapport à la saison dernière, quand il a amassé 19 buts et 28 aides en 66 rencontres avec le Wild du Minnesota. Les Sabres connaissent toutefois une campagne catastrophique.

Une aide bienvenue

Son profil remplit des critères que Marc Bergevin a énumérés par le passé. Il est imposant, à six pieds quatre pouces et 207 livres. Il a également remporté la Coupe Stanley avec les Hurricanes de la Caroline en 2006 et a aidé le Canada à gagner l’or aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010.

Shea Weber et Corey Perry étaient aussi de l’aventure avec Staal aux Jeux de Vancouver. Les trois font partie de la cuvée 2003, considérée comme l’un des meilleurs repêchages de l’histoire de la LNH.

Staal avait été choisi au deuxième rang par les Hurricanes. En 17 saisons avec les Hurricanes, les Rangers de New York, le Wild et les Sabres, il a inscrit 439 buts et 592 aides en 1272 rencontres de saison régulière. Le natif de Thunder Bay, en Ontario, a ajouté 51 points, dont 21 buts, en 62 parties éliminatoires en carrière.

L’arrivée de Staal donnera un peu plus de flexibilité à la position de centre à l’entraîneur-chef par intérim Dominique Ducharme. Les quatre centres principaux du Canadien cette saison — Phillip Danault, Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi et Jake Evans — ont marqué un total de 15 buts.

Il aidera peut-être aussi dans le cercle des mises en jeu. Danault est le seul des quatre jeunes centres de l’équipe ayant une efficacité supérieure à 50 % dans le cercle des mises en jeu, à 51,8 %. Staal affiche toutefois une efficacité de 48 % cette saison, et de 48,6 % en carrière.

Danault, Suzuki, Kotkaniemi et Evans totalisent cependant 660 matchs d’expérience dans la LNH. C’est à peine plus de la moitié des 1272 rencontres de Staal, qui pourra partager son expérience avec eux.

À voir en vidéo