Stephen Bronfman demande l’aide de Québec pour son stade

Le Groupe baseball Montréal souhaite devenir en partie actionnaire des Rays de Tampa Bay pour que l’équipe joue la moitié de ses matchs à Montréal et l’autre moitié à St. Petersburg, en Floride, où l’équipe tente aussi de se faire construire un stade.
Photo: John Bazemore Associated Press Le Groupe baseball Montréal souhaite devenir en partie actionnaire des Rays de Tampa Bay pour que l’équipe joue la moitié de ses matchs à Montréal et l’autre moitié à St. Petersburg, en Floride, où l’équipe tente aussi de se faire construire un stade.

Il y a du nouveau dans le dossier d’un éventuel retour du baseball majeur à Montréal : l’homme d’affaires Stephen Bronfman veut maintenant obtenir l’aide financière de Québec pour construire son stade de baseball au bassin Peel.

Le Groupe baseball Montréal a ainsi révisé son inscription au Registre des lobbyistes du Québec, ajoutant deux lobbyistes à sa liste. William Jegher de la firme Ersnt & Young et Richard Epstein du cabinet BCF Avocats se joignent à M. Bronfman et à Pierre Boivin, président de Claridge, la société d’investissement de l’homme d’affaires.

« Nous voulons échanger, au cours des prochains mois, avec le gouvernement [Legault], sur les impacts économiques de notre projet et sur la forme que pourrait prendre une contribution financière pour la construction du complexe sportif et communautaire », a fait valoir le Groupe baseball Montréal dans une déclaration écrite envoyée à La Presse canadienne.

Pour l’instant, l’organisation n’a pas demandé d’aide financière au gouvernement fédéral ni à la Ville de Montréal.

Stephen Bronfman et ses associés espèrent installer leur nouveau stade doté d’un complexe communautaire dans Griffintown, sur des terrains qui appartiennent au gouvernement fédéral, par l’entremise de la Société immobilière du Canada. Le groupe a formé un partenariat avec le développeur immobilier Devimco pour l’achat et le développement de ces terrains.

À coût moindre

« Depuis l’an dernier, le Groupe baseball Montréal a beaucoup progressé pour développer le projet de villes sœurs, conjointement avec les Rays de Tampa Bay, y compris la conception d’un nouveau complexe sportif et communautaire sur le site du bassin Wellington », a souligné le groupe de M. Bronfman dans sa déclaration lundi.

L’organisation souhaite devenir en partie actionnaire des Rays pour que l’équipe joue la moitié de ses matchs à Montréal et l’autre moitié à St. Petersburg, en Floride, où l’équipe tente aussi de se faire construire un stade. Cette garde partagée aurait pour avantage de réduire les coûts de construction. Montréal n’aurait pas besoin d’un stade grand format et St. Petersburg, d’un toit — rétractable ou non.

Pour l’instant, il n’y a pas de projet concret de stade du côté des Rays. Le propriétaire de l’équipe, Stuart Sternberg, a confirmé dans un entretien avec le Tampa Bay Times en décembre que le projet de villes sœurs avec Montréal est « l’unique option » pour lui.

Au cours de cette même entrevue, Sternberg avait indiqué au Times que les Rays avaient fait « des progrès énormes » au cours des derniers mois à Montréal, spécifiquement au sujet de plans de stade et du plan d’affaires avec le groupe dirigé par Stephen Bronfman. « Non seulement je suis très encouragé, mais je suis encore plus que satisfait de la façon dont le dossier progresse », avait-il affirmé.

De son côté, Stephen Bronfman avait fait savoir en juillet dernier que, « malgré la pandémie qui a ralenti certains de nos travaux, nos équipes respectives progressent très bien dans l’analyse de tous les volets de ce projet ». En coulisses, des gens près du dossier assurent que le projet va de l’avant, « mais à un rythme moins soutenu que ce qui était souhaité pour 2020 ».  

À voir en vidéo