Charles Hamelin mérite l’or au 1500 m au Mondiaux de patinage de vitesse courte piste

Charles Hamelin
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne Charles Hamelin

Au fil des années, Charles Hamelin a collectionné les podiums lors des Championnats du monde de patinage de vitesse sur courte piste. Si jamais il décidait, un jour, de se bâtir un podium personnel pour y classer les trois médailles les plus valorisantes, celle gagnée samedi y aurait probablement sa place.

Hamelin a récolté la 37e médaille de sa carrière en Championnats du monde, et une 13e en or, en remportant la course du 1500 mètres de la compétition qui se tient en fin de semaine à Dordrecht, aux Pays-Bas.

À l’âge de 36 ans, à sa première compétition en plus d’un an, Hamelin a franchi la distance en 2:18,143. Il a devancé le Néerlandais Itzhak de Laat (2:18,202) et le Russe Semen Elistratov (2:18,296).

« C’est difficile de savoir où elle se situe, mais je dirais que, un, par la situation que l’on vit en ce moment, deux, le travail qu’on a mis pour être un meilleur patineur toute la saison, de ne pas avoir compétitionné pendant un an et plus au niveau international, national ou quoi que ce soit, je pense qu’elle peut se retrouver assez haute au classement », a d’abord mentionné Hamelin, lors d’une visioconférence.

Puis, comme s’il réalisait en la décrivant toute la tâche qui s’était présentée à lui samedi, Hamelin a reconnu que cette médaille est l’une de ses plus satisfaisantes jamais gagnées lors des Mondiaux.

« Surtout, aussi, à l’âge où je suis rendu, je pense que ç’a un effet bonificateur, je dirais. Je la vois clairement dans mon top-3 de médailles aux Championnats du monde », a affirmé Hamelin, qui partage le premier rang du classement général avec le Hongrois Shaoang Liu, avec 36 points, deux devant Elistrotov.

En finale, Hamelin a passé la première moitié de la course entre les troisième et cinquième positions avant de se hisser en tête au huitième des 14 tours que comptait l’épreuve. Il est resté devant ses rivaux jusqu’à la fin.

« On dirait que j’étais en contrôle de tout ce que je faisais, à 100 pour cent, durant tous les tours de la course. Je savais qu’en faisant ce dépassement-là à ce moment-là, a-t-il donné en exemple, j’étais en bonne position pour être sur le podium. Je ne savais pas à quelle position, mais je savais que j’avais l’énergie pour me battre jusqu’à la fin pour avoir une place sur le podium. »

Le Québécois Maxime Laoun, également de Montréal, s’est classé sixième en 2:19,262. En demi-finale, Laoun avait inscrit un chrono de 2:20,819 qui l’a comblé de joie.

« J’avais vraiment des jambes à ne plus finir et j’étais super heureux de ma première course. Je pense sérieusement que c’est l’une de mes meilleures courses a vie », a-t-il analysé en parlant de sa demi-finale.

En demi-finale, Hamelin avait inscrit un chrono de 2:26,639, le quatrième temps de la troisième et dernière vague, ce qui, en principe ne lui aurait pas permis de participer à la finale A.

Toutefois, les officiels de la course ont décrété que le Néerlandais Dylan Hoogerwerf avait effectué une manoeuvre qui avait désavantagé Hamelin ainsi que le Hongrois Liu. Hoogerwerf a d’ailleurs été pénalisé.

Du coup, Hamelin et Liu (2:48,785) ont été admis à la finale A, qui a réuni huit participants.

« Tu ne sais jamais comment l’officiel va voir la situation, mais il y avait des grandes chances que je sois avancé », a déclaré Hamelin.

Des regrets pour Sarault

La médaille d’or de Hamelin n’avait pas été la première de la journée pour la délégation canadienne. Quelques instants plus tôt, Courtney Sarault avait empoché l’argent lors du 1500 mètres féminin.

L’athlète de 20 ans de Moncton a parcouru la distance en 2:37,089, à un peu plus de deux dixièmes de seconde de la gagnante, la Néerlandaise Suzanne Schulting (2:36,884). Xandra Velzeboer, également des Pays-Bas, s’est classée troisième, en 2:37,109.

Cette deuxième place, Sarault l’a méritée grâce à un sprint final qui lui a permis de passer de la quatrième à la deuxième place lors du dernier tour de piste.

Si elle était évidemment heureuse d’avoir accédé au podium, Sarault ressentait une légère déception après la finale. Elle avait le sentiment d’avoir peut-être laissé un peu trop d’énergie sur la glace.

« J’avais les jambes, et c’est probablement la raison pour laquelle je n’ai pas célébré autant que j’aurais dû après avoir remporté l’argent. Je pense que s’il y avait eu un tour de plus, j’aurais pu mieux compléter la course », a-t-elle analysé en visioconférence.

« Je suis contente d’apprendre maintenant. Lorsque les Jeux olympiques arriveront, je serai prête », a ajouté Sarault, qui avait terminé première de sa vague lors des demi-finales.

Déceptions au 500 mètres

Les résultats des épreuves du 500 mètres ont été moins réjouissants pour la délégation canadienne. Autant Hamelin que Sarault ont dû se contenter de participations à la finale B.

Hamelin a été victime d’une chute pendant le troisième tour de sa vague de demi-finale et a terminé en quatrième place.

Lors de la finale B, Hamelin s’est classé troisième après avoir été victime d’une autre chute à quelques mètres de la ligne d’arrivée.

Quant à Sarault, elle a raté la finale A par 28 centièmes de seconde, terminant troisième de sa vague derrière l’Américaine Kristen Santos. Sarault a gagné la finale B en 43,232 secondes.

Florence Brunelle a été pénalisée lors des demi-finales et disqualifiée.

Brunelle, une Trifluvienne de 17 ans, avait mérité la troisième place de la finale B du 1500 mètres en 2:34,413. Elle avait auparavant raté sa qualification pour la finale A par 77 millièmes de seconde, derrière la Belge Hanne Desmet, lors des demi-finales.

Après coup, Brunelle, qui vit ses premiers Mondiaux seniors, était dans l’ensemble satisfaite de sa journée.

« Je pense qu’après la fin de semaine, je vais prendre le temps d’analyser ce que j’ai à travailler pour la prochaine saison. C’est ma première fois. Je ne m’attendais à rien. J’ai fait des erreurs, j’ai fait des bons coups. Je dis que j’ai fait des erreurs mais en même temps, je me dis’’j’ai fait cette erreur-là’’, mais comment je pouvais savoir qu’il ne fallait pas que je fasse ça. Je ne pouvais pas le savoir. Il fallait que je le fasse pour apprendre. »

Par ailleurs, les équipes de relais du 3000 mètres dames et du 5000 mètres messieurs ont été exclues des finales A, qui seront présentées dimanche. Les deux délégations canadiennes ont terminé troisièmes de leur vague respective des demi-finales.

Dimanche, Hamelin, Laoun, Dubois et Sarault participeront aux épreuves individuelles sur 1000 mètres. Ils tenteront d’ajouter aux deux médailles gagnées par le Canada samedi.

Dubois, de Lachenaie, tentera de se racheter après avoir été pénalisé lors de sa vague de demi-finales du 1500 mètres et après avoir été éliminé à la suite des quarts de finale du 500 mètres.

À voir en vidéo