Dominique Ducharme se dit en avance sur son programme

L’entraîneur-chef par intérim du Canadien de Montréal, Dominique Ducharme, durant un match contre les Jets de Winnipeg le 17 février dernier
John Woods La Presse canadienne L’entraîneur-chef par intérim du Canadien de Montréal, Dominique Ducharme, durant un match contre les Jets de Winnipeg le 17 février dernier

Dominique Ducharme ne dirigeait que son quatrième entraînement en tant qu’entraîneur-chef par intérim du Canadien de Montréal lundi, mais il s’est dit en avance sur le programme établi quand il a été promu la semaine dernière. Même si le Canadien a perdu ses deux premiers matchs sous ses ordres, l’entraîneur québécois a déclaré être content de la progression de sa troupe.

« Je pensais que ça prendrait plus de temps pour établir certaines choses, a-t-il souligné en visioconférence lundi. Les gars démontrent qu’ils ont le bien de l’équipe à cœur. Ils sont engagés à appliquer les ajustements dans notre jeu. « Je savais déjà que nous comptions sur un bon groupe. Je suis encore plus convaincu aujourd’hui que ce groupe connaîtra du succès. »

Ducharme avait expliqué la semaine dernière qu’il n’avait pas vraiment de système de jeu, mais plutôt des règles à suivre et des cadres dans lesquels les joueurs pouvaient s’exprimer.

Les joueurs interrogés lundi sur les changements apportés par Ducharme en ont malgré tout signalé plusieurs dans les systèmes de jeu du Canadien.

Le défenseur Joel Edmundson a indiqué que la structure était moins rigide en défensive de zone et que les joueurs pouvaient suivre un rival s’il remontait vers la ligne bleue en défensive homme-à-homme.

Nous essayons de progresser dans tous les aspects du jeu, mais nous allons régler les dossiers un à la fois

« Il faut lire le jeu et s’adapter tout en le signalant à ses coéquipiers, a mentionné Edmundson. Depuis le début de la saison, nous ne nous parlions pas beaucoup sur la patinoire. Dominique insiste sur l’importance de bien communiquer dans le feu de l’action. Je crois que, lors du dernier match, nous nous parlions beaucoup plus. »

De son côté, Jonathan Drouin a mentionné que les ailiers devaient descendre plus bas dans leur zone et couper les jeux vers l’enclave, ce qui a souvent fait mal au Tricolore jusqu’ici cette saison. On a aussi demandé à Drouin si Ducharme laissait plus de liberté à ses joueurs à l’attaque que son prédécesseur, Claude Julien. « Comme tous les entraîneurs, [Julien] souhaite que vous remplissiez vos responsabilités en défensive, mais il ne nous empêchait pas de nous exprimer à l’attaque », a souligné Drouin.

« Avec Dominique, il y a aussi des choses que vous pouvez faire ou non. Il y a des choses à respecter avant de pouvoir faire preuve de créativité », a-t-il ajouté. Drouin croit également que les changements apportés par Ducharme dans le jeu de transition aideront l’équipe à attaquer avec vitesse, en plus d’offrir un meilleur appui aux défenseurs lors des replis.

La même philosophie

Drouin avait connu Ducharme chez les Mooseheads de Halifax dans la Ligue du hockey junior majeur entre 2011 et 2014. Un point qui n’a pas changé dans la philosophie de Ducharme, a-t-il noté, est son insistance pour créer des situations de deux contre un partout sur la patinoire.

« Vous ne voulez pas vous retrouver à un contre un, sauf peut-être à certains endroits en zone offensive où c’est correct, a expliqué Drouin. Si vous êtes appuyés par un coéquipier et que vous perdez la rondelle, vous avez quelqu’un pour vous aider à la récupérer. Ça rend le jeu plus facile. Même en zone défensive, si votre coéquipier prend possession du disque, vous êtes là en option de passe.

« Nous voulons toujours avoir un coéquipier en appui partout sur la patinoire. Ça offre des options de jeux. Ça va aider notre jeu si nous pouvons appliquer cette mentalité. »

De son côté, Ducharme a expliqué un autre aspect de sa philosophie d’entraîneur, lundi, après que Drouin eut révélé qu’il allait parfois donner des consignes différentes à ses trios selon les forces de ses joueurs.

« En tant qu’équipe, nous avons une manière de penser, par exemple, offensivement. Et à l’intérieur de ça, chaque trio a différents outils qu’il peut utiliser pour générer de l’attaque », a dit Ducharme.

« En résumé : nous avons une philosophie, ce que nous voulons créer. À partir de ça, chaque individu ou trio est encouragé à s’exprimer grâce à ses forces », a-t-il ajouté.

Avec le calendrier chargé du Canadien, Ducharme a expliqué qu’il allait tenter de réduire le temps sur la patinoire, mais s’assurer que le rythme serait élevé lors des entraînements. Il a aussi précisé qu’il allait mettre l’accent sur les unités spéciales lors des entraînements les matins de match.

« Nous essayons de progresser dans tous les aspects du jeu, mais nous allons régler les dossiers un à la fois », a-t-il conclu.

À voir en vidéo