​Boxe: Groupe Yvon Michel relancera officiellement ses activités avec un gala à Québec

Le super-lourd-léger Oscar Rivas (à droite) affrontera Sylvera Louis en finale dans un combat de huit rounds.
Photo: Frank Gunn Archives La Presse canadienne Le super-lourd-léger Oscar Rivas (à droite) affrontera Sylvera Louis en finale dans un combat de huit rounds.

Après un arrêt forcé de ses activités en 2020, Groupe Yvon Michel a trimé dur pour se relancer en 2021.

Ainsi, le promoteur montréalais a présenté un protocole sanitaire serré qui a reçu l’approbation de la Santé publique et lui permet de présenter un premier gala en plus d’un an le 16 mars prochain, à l’Hôtel Plaza de Québec.

Le super-lourd-léger Oscar Rivas (26-1, 18 K.-O.) y fera les frais de la finale, face à Sylvera Louis (8-5, 4 K.-O.) dans un combat de huit rounds. Les deux hommes avaient croisé le fer en 2012. Rivas avait alors signé une victoire par décision partagée.

« C’est une demande de [Louis] que de tenir un combat de huit rounds, a répondu Yvon Michel, président de GYM, quand on lui a demandé pourquoi Rivas ne livrait pas un combat de 10 rounds. L’objectif de ce combat est de permettre à Oscar de remonter sur le ring et de reprendre ses repères.

« Une autre raison importante est de ramener Oscar Rivas dans l’actualité. […] Les médias et le public en général ont tendance à oublier les boxeurs quand ils demeurent inactifs. »

Il s’agit aussi de préparer Rivas à un éventuel combat de championnat du monde des super lourds-légers du Word Boxing Council (WBC), seule organisation à reconnaître la nouvelle division pour les boxeurs de 200 à 224 livres.

« Les discussions sont très avancées avec Top Rank, qui agirait comme copromoteur de l’événement qu’on voudrait organiser en juin, au Centre Bell », a noté Michel.

Son adversaire serait alors Bryant Jennings (24-4, 14 K.-O.), actuellement troisième aspirant à la nouvelle ceinture. Rivas avait passé le K.-O. à Jennings en janvier 2019, une victoire qui lui avait permis de mettre la main sur trois titres mineurs chez les lourds, mais surtout de livrer un combat de championnat du monde de la World Boxing Organization (WBO) face à l’Anglais Dillion Whyte, un combat perdu par décision unanime dans la controverse.

Sept combats

GYM prévoit d’organiser sept combats le 16 mars prochain, le maximum permis dans les conditions sanitaires actuelles. Marie-Pier Houle, Sébastien Bouchard — qui vient de signer un nouveau pacte avec GYM — et Patrice Volny seraient notamment en action.

« Les adversaires n’ont pas encore tous été approuvés par la Régie des alcools, des courses et des jeux, c’est pourquoi nous ne pouvons dévoiler toute la carte [vendredi], a dit Michel. Mais tous ces boxeurs devront se conformer à la quarantaine de 14 jours.

« Ils ne pourront qu’aller au gymnase et se retrouver dans leur bulle familiale par la suite au cours de cette période. […] Nous visons sept combats et nous espérons que ce sera toujours le cas une fois le 16 mars. Mais s’il devait survenir des blessures ou qu’un boxeur tombe malade, il ne pourra pas être remplacé en raison de la quarantaine et le combat serait tout bonnement annulé. »

Le promoteur a par ailleurs annoncé qu’il s’associera régulièrement à New Era Promotions et à l’Ontarien Lee Baxter pour ses galas en 2021. L’objectif étant d’avoir le plus de boxeurs possible pour remplir ses cartes et de partager les frais. Volny est notamment un boxeur de l’écurie de Baxter, tandis que Ian Pellerin, le promoteur derrière New Era, sera également de la carte du 16 mars.

Michel a aussi précisé les plans pour Kim Clavel et Mikaël Zewski. La première fera les frais d’une finale de 8 à 10 semaines après sa sortie de Big Brother Célébrités. Le second sera la tête d’affiche d’un gala présenté chez lui, à Trois-Rivières, en septembre.

Michel a aussi parlé de ramener le double champion des mi-lourds Artur Beterbiev au Québec. Le protégé de Marc Ramsay livrera un combat le 20 mars en Russie, mais il devait défendre ses ceintures face au Chinois Fenlong Meng en mars 2020 à Québec, avant que la pandémie ne fasse dérailler ces plans.

« Artur Beterbiev a un contrat exclusif de promotion avec Top Rank, a expliqué Michel. Nous avons une entente avec Top Rank pour travailler avec Beterbiev.

« Dans nos discussions avec Top Rank, ils nous disent qu’ils nous en doivent une [en raison du gala annulé de mars dernier]. Du côté d’Artur, c’est l’un de ses objectifs de se battre au Canada prochainement. »

Finalement, GYM a annoncé un partenariat de plusieurs années avec RDS et le 98,5 FM pour la diffusion et la promotion de ses événements. L’entente avec RDS lui ouvre notamment l’accès aux diverses plateformes de Bell Média, ce qui pourrait avoir pour effet de limiter sa présence au Centre Vidéotron de Québec.

« Nous sommes tellement heureux de notre partenariat avec Bell que la majorité de nos galas auront lieu soit au Centre Bell ou des endroits comme le Théâtre Corona, a noté Bernard Barré, vice-président au recrutement et au développement. Maintenant, à Québec, est-ce que le Centre Vidéotron fait encore partie des possibilités ? On sait qu’avec l’annonce de ce matin, ce n’est plus une priorité pour nous. Ce qui ne veut pas dire que nous n’irons plus à Québec. »

TVA Sports vient de signer une entente de partenariat semblable avec Eye of the Tiger Management dans les dernières semaines.

À voir en vidéo: