Kim Boutin fait l’impasse sur les Mondiaux

Kim Boutin et la Néerlandaise Suzanne Schulting lors de l’épreuve du 1000 mètres au Jeux de 2018
Photo: Mladen Antonov Agence France-Presse Kim Boutin et la Néerlandaise Suzanne Schulting lors de l’épreuve du 1000 mètres au Jeux de 2018

La Québécoise Kim Boutin a décidé de prendre du recul pour mieux avancer. Ainsi, afin de mieux se préparer en vue des Jeux olympiques de Pékin dans un an, la triple médaillée olympique a décidé de faire l’impasse sur les Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste, le mois prochain.

« Cette décision vient du fait qu’il y a eu beaucoup de changements au cours de cette saison, a-t-elle révélé, mardi, dans le cadre d’une visioconférence. La pandémie a affecté beaucoup d’athlètes, dont moi. Ma décision de ne pas participer est dans l’optique de me préparer davantage pour les Jeux de Pékin. »

Avec l’annulation de plusieurs compétitions ces derniers mois, Boutin, âgée de 26 ans, a également réalisé qu’elle ne serait sans doute pas en mesure d’offrir des performances optimales à ces Mondiaux. « Je ne voyais donc pas la nécessité de m’investir à 100 %. […] Le recul que je prends en ce moment, c’est simplement pour être plus forte. C’est comme ça que j’ai toujours voulu attaquer les compétitions, dans une optique d’être bien mentalement et physiquement », a ajouté celle qui ne se contente pas de demi-mesure.

Comme si l’incertitude causée par le coronavirus ne suffisait pas, elle a également vécu un changement d’entraîneur au cours des derniers mois. Sébastien Cros a pris le relais de Frédéric Blackburn, qui a quitté l’équipe nationale après avoir fait l’objet d’une enquête interne pour harcèlement de la part d’une athlète.

Le recul que je prends en ce moment, c’est simplement pour être plus forte

 

« Pour moi, le changement d’entraîneur n’a pas de corrélation de cause à effet avec le fait de ne pas participer aux Mondiaux, a-t-elle prévenu tout en avouant que ce changement l’avait évidemment affectée. Ça fait partie de tous les changements survenus pendant la saison. »

Attentes élevées

Boutin s’est révélée aux Jeux de Pyeongchang, en 2018, avec ses trois podiums. Elle a également connu une saison 2019 extraordinaire, remportant ses cinq courses sur 500 mètres au circuit de la Coupe du monde, en plus d’établir un record mondial. Elle a ajouté quatre autres podiums individuels aux 1000 m et 1500 m, dont deux médailles d’or. Avec les succès, la pression est également venue, une réalité avec laquelle elle apprend encore à composer.

« Après les Jeux, j’ai essayé de renouer avec l’amour de mon sport, en ne me mettant pas de pression et en ayant du plaisir à patiner. Et l’année 2019 a été une année remplie de beaux résultats. D’avoir dit haut et fort l’an passé que je voulais performer et gagner, ça m’a un peu déstabilisée dans ma préparation mentale. Ç’a été une année très exigeante», explique-t-elle.

Et elle est consciente qu’elle sera dans la mire de ses rivales à Pékin l’an prochain. Elle veut donc s’assurer d’être dans la meilleure disposition d’esprit pour offrir des performances à la hauteur. « Je sais que je vais être attendue. Je suis très sensible comme personne, j’écoute énormément mes feelings et ça m’a toujours payé. J’ai envie de gagner en trouvant un équilibre qui est sain pour moi dans ce monde de performance. »

En raison de son absence aux Mondiaux, jumelée à celles de quelques nations comme la Corée du Sud et le Japon, Boutin croit que cela permettra à certaines de ses coéquipières de se mettre en évidence. Et elle est très généreuse de compliments envers la jeune trifluvienne de 17 ans Florence Brunelle, double médaillée des Mondiaux juniors en 2020.

« C’est une jeune qui déborde d’énergie, de créativité, qui est assidue dans ce qu’elle veut faire et dont les objectifs sont clairs. Mettons qu’elle chauffe les fesses de Kim Boutin en maudit. C’est le fun à voir. »

Les Mondiaux de patinage de vitesse courte piste doivent avoir lieu du 5 au 7 mars à Dordrecht, aux Pays-Bas.

À voir en vidéo