Claude Julien a confiance en son équipe

Le Tricolore a disputé jeudi son 14e match d’une saison qui en comptera 56.
Photo: Minas Panagiotakis/Getty Images/Agence France-Presse Le Tricolore a disputé jeudi son 14e match d’une saison qui en comptera 56.

L’entraîneur-chef Claude Julien a dressé un bilan positif du premier quart de la saison du Canadien de Montréal vendredi, en dépit du fait que ses hommes traversent leur première disette de la saison.

Le Tricolore a disputé son 14e match d’une saison qui en comptera 56 jeudi, une défaite de 3-0 contre les Oilers d’Edmonton. Interrogé pour savoir ce qu’il avait retenu de cette première portion de la saison, Julien s’est fait plutôt rassurant.

« Nous avons joué du très bon hockey, même si nous connaissons plus de difficultés depuis quelques matchs. C’est normal, plusieurs équipes ont vécu ça, et celles qui ne l’ont pas encore vécu s’apprêtent à le vivre. C’est inévitable, avec le genre de calendrier avec lequel nous devons composer et avec la situation actuelle [la pandémie de coronavirus] », a-t-il déclaré en visioconférence.

« Après 14 matchs, ce que nous pouvons montrer à nos partisans, c’est que notre équipe est résiliente, et que nous allons rebondir. D’après ce que j’observe dans notre vestiaire, nous avons la capacité de le faire, donc j’ai confiance en notre équipe », a assuré Julien.

Le capitaine du Canadien, Shea Weber, s’est également dit satisfait du rendement de l’équipe, même s’il convient qu’il y a encore place à l’amélioration.

« Nous avons tiré de nombreuses leçons, surtout en début de campagne en étant sur la route. Nous avons visité des amphithéâtres qui sont habituellement hostiles, et je crois que nous avons commencé notre saison sur les chapeaux de roues », a dit Weber.

Nous avons joué du très bon hockey, même si nous connaissons plus de difficultés depuis quelques matchs

 

« Évidemment, c’est plus difficile en ce moment — toutes les équipes traversent ce genre de séquence au cours d’une saison —, mais nous pourrons maintenant apprendre à réagir collectivement à l’adversité et, avec un peu de chance, à nous relancer », a-t-il ajouté.

Calendrier inhabituel

 

Le Bleu-blanc-rouge n’est pas différent des 30 autres équipes du circuit Bettman ; il doit composer avec un calendrier inhabituel, qui peut être ponctué à tout moment d’un imprévu.

Il suffit de penser à la décision de la LNH de repousser d’une heure son match de jeudi contre les Oilers puisque le nom de l’attaquant Jesse Puljujärvi a été ajouté à la liste du protocole de la COVID-19.

De plus, après son match de samedi soir contre les Maple Leafs à Toronto, le Tricolore disposera d’une longue semaine de congé avant de croiser de nouveau le fer avec les Leafs, le 20 février, cette fois-ci au Centre Bell. Weber ne s’attend toutefois pas à pouvoir se la couler douce pendant cette pause.

« Je suis certain que nos entraîneurs ont élaboré un [emploi du temps] qui ressemblera à [celui d’]un camp d’entraînement, afin de nous permettre de garder la forme », a mentionné celui qui a disputé son 1000e match dans la LNH la semaine dernière.

Ce qu’a confirmé quelques minutes plus tard son entraîneur.

« Ce sera une occasion pour notre équipe de travailler sur les aspects de notre jeu qui doivent être améliorés, car nous disposerons de plusieurs jours de repos. Nous devrons travailler de manière consciencieuse pendant toute la semaine — nous alternerons entre de bons entraînements, des journées de repos et de la vidéo —, de manière à être prêts pour un calendrier très intense par la suite », a conclu Julien.

 

À voir en vidéo