Kiki Struna est heureux de se retrouver à Montréal

Le Slovène Aljaz Struna (à droite) a été acquis du Dynamo de Houston en échange de Max Urruti.
Photo: Phelan M. Ebenhack Associated Press Le Slovène Aljaz Struna (à droite) a été acquis du Dynamo de Houston en échange de Max Urruti.

Aljaz « Kiki » Struna voyait bien qu’il ne cadrait plus dans les plans du Dynamo de Houston. Bien qu’il ait été laissé de côté pour les sept derniers matchs du club en 2020, son acquisition par le CF Montréal, en retour de Max Urruti, constitue un heureux changement d’air pour lui.

« C’était le choix de l’entraîneur ou du club. Je n’étais pas blessé. Je n’en sais pas plus. Je ne sais pas pourquoi ils ont pris cette décision. Je me suis résigné », a déclaré Struna en visioconférence de chez lui, à Capodistrie, en Slovénie, à la frontière de l’Italie.

« Je pense que Montréal a une mentalité différente des autres clubs de la MLS, a-t-il ajouté. J’étais aussi content de me retrouver dans cette ville. Je n’en sais pas beaucoup sur Montréal, mais je sais que le français y est la langue principale et que la ville est davantage européenne dans sa mentalité que les villes américaines. Nous sommes heureux de nous y retrouver ma femme et moi. »

Et ce, même si ce n’était pas son premier choix en termes de destination.

« Pour être honnête, mon premier choix aurait été de retourner en Italie. Mais je savais que Montréal me désirait, et je vais donner mon 100 % pour ce club », a-t-il assuré.

Ce qu’il a entendu du CF Montréal en Italie et de son ex-coéquipier à Houston Romell Quioto, qui lui a bien vendu le club, lui a plu.

« Je parle au moins une fois par mois à Romell, et je sais qu’il est très heureux à Montréal, a déclaré l’international slovène. Je trouve même que c’est un joueur différent à Montréal par rapport à avant. »

« Le CF Montréal est bien connu en Italie, puisque plusieurs Italiens y ont joué, et j’entendais de bonnes choses. Ça me plaisait aussi de voir qu’il y a plusieurs Européens au sein du club », a évoqué Struna.

Struna, qui aura 31 ans en avril, ne sait pas exactement ce que Thierry Henry a comme plan pour lui, mais il a aimé la discussion qu’il a eue avec Olivier Renard.

« Il me disait que je cadrais dans le système de Thierry Henry et qu’ils m’aimaient comme joueur, c’est pourquoi ils ont fait cette transaction », a-t-il mentionné.

« Je ne sais pas ce que je vais apporter au club, mais je crois que tactiquement, je suis un bon centre-arrière et j’aime beaucoup contrôler avec le ballon. Peut-être que l’entraîneur et son personnel savent davantage ce qu’ils veulent que j’apporte à leur équipe », s’est limité à dire Struna.

D’ici là, il poursuivra l’entraînement en Slovénie, en attendant que l’équipe ne rapatrie tous ses joueurs à Montréal.

« J’attends cet appel chaque jour ! » s’est-il exclamé.

À voir en vidéo