Le Centre Bell, un château fort à reconquérir

Le Tricolore s’est entraîné au Centre Bell mardi pour permettre aux nouveaux joueurs de se familiariser avec leur nouvel environnement.
Photo: Canadiens de Montréal / Facebook Le Tricolore s’est entraîné au Centre Bell mardi pour permettre aux nouveaux joueurs de se familiariser avec leur nouvel environnement.

Le Canadien a l’intention de faire du Centre Bell sa forteresse, après avoir connu des ennuis à domicile l’hiver dernier. La formation montréalaise aura l’occasion de passer de la parole aux actes au cours des prochaines semaines, puisqu’elle disputera sept de ses huit prochaines rencontres au Centre Bell. Le Tricolore disputera son match d’ouverture locale jeudi, quand il accueillera les Flames de Calgary.

« Notre approche doit être la même, peu importe que nous soyons à domicile ou à l’étranger, a affirmé l’attaquant Paul Byron en visioconférence mercredi. Nos unités spéciales doivent fonctionner que ce soit à domicile ou à l’étranger. »

Le Canadien s’est classé 30e sur 31 équipes dans la LNH la saison dernière, avec un pourcentage de points par match à domicile de, 459, en vertu d’un dossier de 14-17-6.

De bonnes portions des deux séquences de huit défaites qui ont miné sa saison ont eu lieu à domicile. Six des huit revers consécutifs en novembre ont eu lieu au Centre Bell et quatre des huit défaites d’affilée après le congé de Noël ont eu lieu dans la métropole.

« C’est difficile de mettre le doigt sur ce qui n’a pas fonctionné à domicile la saison dernière », a reconnu l’entraîneur-chef, Claude Julien.

« Votre niveau d’énergie est parfois un peu plus bas quand vous revenez à la maison après un voyage, a ajouté Byron. Vous allez peut-être tenir les choses pour acquis, penser que la foule va vous aider à mieux jouer. Votre préparation peut changer un peu. »

Byron, Julien et l’autre intervenant du jour, l’attaquant Josh Anderson, ont tous noté qu’il était spécial pour l’adversaire de venir jouer au Centre Bell.

« C’est probablement l’amphithéâtre le plus bruyant de la LNH, a souligné Anderson, qui en sera à son premier match au Centre Bell avec le Tricolore jeudi. En tant que visiteurs, vous êtes un peu plus motivés, vous voulez jouer du hockey physique et faire taire la foule. »

Julien n’a pas voulu se servir du niveau de motivation de l’adversaire comme excuse pour expliquer les déboires de sa troupe au Centre Bell l’hiver dernier.

C’est probablement l’amphithéâtre le plus bruyant de la LNH

 

Pour ce qui est de cette saison, il a noté que le simple fait de compter sur une meilleure formation par rapport à celle de l’an dernier devrait aider le Tricolore à améliorer sa fiche à domicile.

Il y a aussi la particularité que les matchs sont présentés devant des gradins vides en raison de la pandémie de COVID-19. « Quand il y a une grosse mise en échec, un gros arrêt ou un gros tir bloqué, ce n’est pas pareil sans les spectateurs, a reconnu Byron. C’est quelque chose à quoi nous continuons de nous ajuster. »

Expérience particulière

Il n’en demeure pas moins que l’expérience sera particulière pour les nouveaux membres du Canadien jeudi.

Le Tricolore s’est entraîné au Centre Bell mardi pour permettre aux nouveaux joueurs de se familiariser avec leur nouvel environnement.

Le Canadien (4-0-2) retrouvera alors sur son chemin les Flames (2-2-1), qui ont perdu leurs deux derniers matchs face aux Maple Leafs de Toronto.

« C’est une équipe avec une bonne structure, une équipe physique qui possède un peu de tout, dont un bon gardien, a dit Julien. Comme nous, elle se fie à ses quatre trios à l’attaque. »

Les deux équipes croiseront de nouveau le fer samedi, toujours à Montréal.

À voir en vidéo