Butler a hâte d’en découdre avec Jose de Jesus Macias

Steven Butler, à droite, lors de son combat contre Ryota Murota en décembre 2019
Photo: Kazuhiro Nogi Agence France-Presse Steven Butler, à droite, lors de son combat contre Ryota Murota en décembre 2019

Steven Butler n’en peut plus d’attendre. Cela fait 13 mois que le poids moyen d’Eye of the Tiger Management n’est pas monté sur le ring.

Il a hâte de mettre cette défaite en championnat du monde de la World Boxing Association (WBA), face à Ryota Murota, derrière lui. Mais il a surtout hâte de mettre en pratique ce que son nouvel entraîneur, Mike Moffa, et lui ont travaillé au cours des 12 derniers mois.

C’est Jose de Jesus Macias qui doit servir à valider ces longues heures de travail dans le gymnase.

« Treize mois d’attente ; je suis fébrile, a déclaré le pugiliste de 25 ans avant de s’envoler pour Cuernavaca, au Mexique, où aura lieu le combat de vendredi. Je devais me battre en mars, au Casino, mais on m’a annulé ça à la dernière minute. J’ai très hâte de montrer ce que Mike et moi on peut faire. »

Après 12 ans — la moitié de sa vie — à travailler avec Rénald Boisvert, Butler a décidé d’aller voir si un changement d’air ne pouvait pas amener sa carrière à un autre niveau.

« On ne veut pas se retrouver avec une autre défaite la prochaine fois qu’on va se retrouver en championnat du monde. J’ai changé comme boxeur. […] Mon plan de match demeure mon attaque, mais on a ajouté des mouvements défensifs. C’est beaucoup ce qu’on me reprochait, de négliger ma défensive. Comme j’ai une bonne force de frappe, je misais complètement là-dessus. »

« S’il n’apporte que la moitié de ce qu’on a travaillé dans le gymnase, la moitié des changements qu’on a apportés, wow, je vais m’amuser avec lui, a laissé tomber Moffa. Il est grand, il a une bonne portée, mais il se brûlait à lancer des coups et restait sur place une fois qu’il avait terminé ! Maintenant, on lance des attaques et on se retire.

« Il me l’a montré à l’entraînement, maintenant, il doit me le montrer en combat. »

Et l’enjeu sera grand : Butler (28-2-1, 24 K.-O.) et de Jesus Macias (27-10-3, 13 K.-O.) se battront pour les titres vacants de la North American Boxing Federation (NABF), de la North American Boxing Association (NABA), ainsi que pour la ceinture francophone du World Boxing Council (WBC). Trois titres qui permettraient à Butler de remonter dans le top-15 de deux associations, soit au WBC et à la WBA.

« C’est un vrai combat d’apprentissage, a souligné Moffa. Les boxeurs qui ont battu de Jesus Macias sont de’vrais’boxeurs. Il va prendre les coups de Steven. Combien il va en prendre ? C’est ça la question. Il va répliquer aussi. Et on ne boxe pas à Montréal, on boxe au Mexique dans sa cour. C’est pour ça que c’est un gros combat pour nous. »

Il ne croit pas que l’inactivité de Butler lui nuira.

« Quand on m’a proposé de prendre Steven, c’est ce que j’avais demandé à Camille (Estephan, le président d’Eye of the Tiger Management). Je voulais avoir le temps de bien implanter notre nouveau plan de match. On avait trouvé un combat en mars ; je n’étais pas trop excité de ça. Je voulais pouvoir apporter les changements nécessaires (dans sa boxe). Ça a fonctionné.

« Maintenant, c’est un gars que Steven doit battre. Il est obligé. Mais parfois, entre ce qui doit arriver et ce qui arrive, c’est différent. Là, on se bat dans une ville qui est un peu en altitude. Parfois, c’est un défi supplémentaire pour le cardio. »

Un diamant

Moffa est conscient du talent qui vient de lui « tomber dans les mains » en accueillant Butler dans son gymnase et il l’apprécie.

« Tu ne peux pas imaginer à quel point cet athlète est talentueux, a-t-il souligné. Il me fait comprendre un paquet de choses. Des occasions comme celle-là peuvent bien faire paraître un entraîneur : il peut faire n’importe quoi dans le ring, suffit de lui montrer. Tu as besoin d’être rapide, d’avoir une bonne force de frappe : ça, tu ne peux pas montrer ça. Tu dois être né avec ces qualités. Steven est un boxeur doué. Je suis excité ! »

Eye of the Tiger aura quatre boxeurs sur cette carte dont il assure la copromotion. Le super-mi-moyen Sadriddin Akhmedov (11-0, 10 K.-O.) aura aussi l’occasion de mettre la main sur trois ceintures dans son duel face à Stephen Danyo (17-3-3, 6 K.-O.) : les ceintures WBA Continental, détenue par Danyo, NABF et WBC Francophone.

Leila Beaudoin (3-0, 1 K.-O.) face à Mario Zamora (4-16-1), et Christopher Guerrero (débuts professionnels) face à Armando Gutierez (1-1, 1 K.-O.) seront également en action.

Le gala de la série Commando sera présenté au Québec sur la plateforme de diffusion PunchingGrace.com.