Omnium britannique - Todd Hamilton dans le cercle des grands

Todd Hamilton a remporté une bataille épique, hier en Écosse.
Photo: Agence Reuters Todd Hamilton a remporté une bataille épique, hier en Écosse.

Troon, Écosse — Endurci par une longue randonnée de 12 ans l'ayant mené sur quelques-uns des parcours de golf les plus obscurs de la planète, Todd Hamilton est finalement arrivé dans le cercle des grands, hier, grâce à son triomphe à l'Omnium britannique, en prolongation, devant Ernie Els.

Il y a un an, l'Américain de 38 ans n'avait même pas sa carte de la PGA. Le voilà qu'il succède à un autre inconnu, son compatriote Ben Curtis.

Après une bataille épique lors du dernier parcours à Royal Troon, et quatre trous de prolongation, Hamilton a remporté la Cruche d'argent et a été présenté à titre de champion golfeur de l'année.

Quelle randonnée! En prolongation, Hamilton a réussi quatre normales, la dernière, au 18e trou, s'avérant la plus difficile d'entre toutes.

À 40 verges de la cible, Hamilton est parvenu à faire bondir sa balle vers l'objectif et elle s'est arrêtée à moins de deux pieds du trou.

Els, victime d'un bogey au trou précédent, le 17e, une normale-3, a eu la chance d'égaler le pointage. Le Sud-Africain a toutefois raté sa tentative de birdie, d'une distance de 15 pieds.

Hamilton a calé son dernier roulé, s'est penché pour sortir sa balle du trou avant de réaliser ce qu'il venait d'accomplir.

Il a laissé sortir un cri de joie, a levé ses bras dans les airs et fait l'étreinte à son cadet Ron Levin.

Hamilton et Els ont participé à la prolongation de quatre trous après avoir ramené des cartes respectives de 69 et de 68, pour un total de 274, 10 coups sous la normale.

Phil Mickelson a joué 68 hier et il a terminé seul au troisième rang, un coup derrière Hamilton et Els. Auteur d'une ronde finale de 71, le Canadien Mike Weir a terminé au neuvième rang, à égalité avec Tiger Woods, avec un dossier cumulatif de 281, trois coups sous la normale. Woods, blanchi lors d'un neuvième tournoi du grand chelem consécutif, a dû se contenter d'un score de 72, hier.

Un grand champion

Ainsi, pour une deuxième année de suite, un joueur issu de nulle part quitte la Grande-Bretagne avec la Cruche d'argent. Mais contrairement à Curtis, qui occupait le 396e rang du classement mondial lorsqu'il a triomphé à Royal St. George's, personne ne pourra dire que Hamilton a joué de chance.

Pas après avoir dominé un tableau des meneurs rempli d'anciens champions de tournois du grand chelem. Pas après avoir conservé son sang-froid lorsque Mickelson s'est hissé au sommet du classement avec huit trous à jouer. Et certainement pas après avoir répondu à Els coup pour coup lors d'une prolongation d'une grande intensité.

«Ce fut extraordinaire!», a résumé le vainqueur, dont le nom se trouve gravé sur le plus vieux trophée du golf professionnel, au même titre que Bobby Jones, Ben Hogan, Arnold Palmer, Jack Nicklaus et Tiger Woods.

Hamilton a d'ailleurs eu de la difficulté à refouler ses larmes au moment de soulever le précieux trophée. «Nous avons un grand champion», a déclaré Els, qui a raté un roulé pour un birdie d'une distance de 12 pieds au 72e trou, qui lui aurait procuré un troisième birdie consécutif et surtout un deuxième triomphe en trois ans en Grande-Bretagne.

Els et Hamilton ont fait les frais d'une cinquième prolongation en 10 ans à l'Omnium britannique.

Pour Els, il s'agit d'un autre moment de grande déception, lui qui se trouvait en belle posture pour gagner les deux premiers tournois du grand chelem, en 2004, après les trois premières rondes.

Au premier trou de prolongation, Els a loupé un roulé de 12 pieds pour un birdie. Deux trous plus tard, sur le vert du 17e, il a raté sa tentative de normale, d'une distance de 10 pieds. «Quand on passe si près, c'est certain que c'est décevant, a admis Els. Mais d'avoir forcé la prolongation d'où je me trouvais se veut un élément positif.»

Grâce à ce triomphe, Hamilton a empoché un chèque de 1,35 million $US. De plus, il est assuré d'évoluer sur la PGA et lors des trois tournois du grand chelem en terre américaine lors des cinq prochaines années. Il pourra aussi jouer à l'Omnium britannique jusqu'à l'âge de 65 ans. «J'ai gagné des tournois un peu partout dans le monde, mais jamais sur une scène aussi prestigieuse, a déclaré Hamilton. La sensation est vraiment spéciale.»