Les nouveaux auront des rôles clés chez Le Canadien

Alexander Romanov (à gauche), ici avec Jordan Weal, lors d’une pratique la semaine dernière à Brossard.
Paul Chiasson La Presse canadienne Alexander Romanov (à gauche), ici avec Jordan Weal, lors d’une pratique la semaine dernière à Brossard.

Quand le Canadien sautera sur la glace du Scotiabank Arena, mercredi soir, quatre joueurs en seront à leur première sortie dans l’uniforme montréalais.

En seulement huit jours d’entraînement, le Tricolore espère avoir fait le nécessaire pour permettre aux nouveaux éléments de l’équipe d’assimiler les particularités du système de jeu et de développer une cohésion avec leurs nouveaux coéquipiers.

« Les nouveaux sont à l’aise, a insisté l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, à la veille du premier match de la saison face aux Maple Leafs de Toronto. Il ne nous reste plus qu’à jouer et voir l’équipe progresser tout au long de la saison.

« C’est certain que plus nous allons jouer, plus la cohésion sera bonne. »

Les attaquants Josh Anderson et Tyler Toffoli, ainsi que les défenseurs Joel Edmundson et Alexander Romanov sont les quatre joueurs qui en seront à un premier match avec le Canadien, mercredi. Jake Allen sera l’auxiliaire de Carey Price, tandis que les attaquants Corey Perry et Michael Frolik devront prendre leur mal en patience au sein du groupe de réserve.

Questionnés tour à tour pendant le camp au sujet de leur intégration au sein du groupe, les nouveaux venus ont répété à quel point l’ambiance était bonne chez le Canadien. Ils ont noté le plaisir dans le vestiaire et sur la patinoire, mais aussi le sérieux et l’intensité à l’entraînement.

Les nouveaux sont à l’aise à la veille du premier match de la saison face aux Maple Leafs
de Toronto. Il ne nous reste plus qu’à jouer et voir l’équipe progresser.

« Ç’a été la même chose pour moi l’an dernier, a souligné le défenseur Ben Chiarot, mardi. Tout le monde s’entend bien et c’est facile de s’intégrer dans le groupe. Ça rend les choses agréables en arrivant dans l’équipe. « Je pense que c’est l’un des facteurs importants qui explique pourquoi ça s’est si bien passé pour moi l’an dernier. Je pense que ce sera la même chose pour les nouveaux cette année. »

Tous pour un

Jeff Petry reconnaît aussi que le Tricolore a retrouvé le bonheur au cours des dernières années. Le fameux besoin de changer l’attitude après la saison catastrophique 2017-2018 n’est plus qu’une arrière-pensée.

« Quand j’étais arrivé des Oilers d’Edmonton, j’étais passé d’un environnement où je me sentais un peu coincé à un environnement agréable. Nous avions du plaisir, mais quand nous sautions sur la patinoire, c’était très sérieux, a raconté Petry plus tôt cette semaine. Je pense que nous avons retrouvé cette mentalité. »

« Nous aimons passer du temps ensemble. Nous avons du plaisir dans le vestiaire, mais quand nous nous rendons sur la patinoire, que ce soit pour un entraînement de 20 ou 40 minutes, l’intensité est élevée. Nous sommes là pour travailler. » Si les nouveaux répondent aux attentes, le Canadien devait être en mesure de rivaliser avec les autres formations de la section Nord pour une place en séries et même le premier rang.

Le directeur général Marc Bergevin a déclaré lors de l’ouverture du camp que les attentes étaient élevées cette saison et Julien a affirmé qu’il croyait avoir sous la main un groupe qui pouvait se rendre jusqu’au bout.

Si Julien a rappelé, mardi, que la santé jouera aussi un rôle important, afin d’éviter de mettre à l’épreuve la profondeur du groupe, il a également noté l’importance de jouer avec la bonne mentalité.

« Notre approche et notre philosophie, c’est ce qui va faire la différence, a-t-il dit. Il faut être prêt à jouer les uns pour les autres. Il faut mettre les statistiques personnelles en deuxième et non en première place. Si nous pouvons nous appuyer les uns les autres, c’est ce qui va faire la différence. »

Un bon test dès le départ

Le Canadien aura un beau défi pour commencer la saison. Après son arrêt à Toronto, il se rendra à Edmonton pour deux matchs contre les Oilers, puis à Vancouver pour une série de trois rencontres face aux Canucks.

Il s’agira d’une belle occasion de passer un peu de temps en équipe à l’étranger, même si le protocole de santé et sécurité en lien avec la pandémie de COVID-19 va limiter les options d’activités de groupe.

« Il est toujours important de bien commencer la saison, mais c’est peut-être encore plus vrai cette saison avec le calendrier condensé de 56 matchs, a reconnu Chiarot. Ce sera un sprint cette saison. « C’est bien pour nous de commencer la saison à l’étranger. Nous avons une poignée de nouveaux joueurs. Il sera important de passer du temps ensemble pour peaufiner notre jeu », a-t-il conclu.

 

À voir en vidéo