Le Tricolore met en vedette sa profondeur lors d’un match simulé

Romanov a semblé à son aise sur la patinoire dimanche soir. Il a bien dirigé son unité d’avantage numérique, décochant de bons tirs vers le filet de Jake Allen.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Romanov a semblé à son aise sur la patinoire dimanche soir. Il a bien dirigé son unité d’avantage numérique, décochant de bons tirs vers le filet de Jake Allen.

L’entraîneur-chef Claude Julien espérait voir sa troupe travailler sur sa cohésion lors de la répétition générale du Canadien de Montréal avant le début de la saison.

Il a de quoi être satisfait du travail de ses joueurs dimanche soir, lors d’un match simulé.

Le groupe des Rouges était composé de ce qui devrait être la formation du Canadien lors du match d’ouverture mercredi face aux Maple Leafs, à Toronto. Il s’est imposé 4-1 contre les Blancs, regroupant principalement des joueurs qui composeront l’équipe de réserve ou qui se retrouveront avec le Rocket de Laval, dans la Ligue américaine de hockey.

Jonathan Drouin, en avantage numérique, Paul Byron, en infériorité numérique, Jesperi Kotkaniemi et Nick Suzuki, dans un filet désert, ont marqué pour les Rouges. Corey Perry a fourni la réplique des Blancs, en avantage numérique.

Carey Price a cédé une fois devant le filet des Rouges lors des deux premières périodes, puis Charlie Lindgren a été parfait lors du dernier tiers. Jake Allen a accordé deux buts lors des 40 premières minutes de jeu devant le filet des Blancs, puis Cayden Primeau a cédé une fois lors du troisième engagement.

Une période de cinq minutes à trois contre trois a été disputée après le temps réglementaire, mais aucun but n’a été marqué. Dix joueurs ont participé à une séance de tirs de barrage et Suzuki a été le seul à toucher la cible.

Voici cinq éléments à retenir de ce match simulé.

Romanov n’est pas venu pour apprendre

Le défenseur Alexander Romanov est prêt. Il devrait avoir un impact au sein de la brigade du Tricolore dès sa première saison dans la LNH, à l’âge de 21 ans. Fougueux, agile, rapide, il répond aux attentes élevées envers lui après deux beaux parcours au Mondial junior. Romanov a semblé à son aise sur la patinoire dimanche soir. Il a bien dirigé son unité d’avantage numérique, décochant de bons tirs vers le filet de Jake Allen.

Anderson, le complément idéal

L’ailier droit Josh Anderson continue de surprendre par sa vitesse malgré son gabarit imposant. Deux fois en première période dimanche, il a soit tué un jeu grâce à un repli rapide ou effectué une belle montée à l’attaque en filant en zone adverse. Il a aussi réussi un bon repli en troisième, pourchassant Victor Mete. Efficace le long des rampes, Anderson pourrait s’avérer être le complément idéal de Nick Suzuki et de Jonathan Drouin. Ce trio a parfois été étourdissant en zone des Blancs et en contre-attaque.

Allen, la solution ?

Le Canadien cherche un auxiliaire de qualité à Carey Price depuis longtemps et il a vite accordé une prolongation de contrat à Jake Allen après l’avoir acquis des Blues de Saint Louis en septembre. Allen a connu un match en montagnes russes dimanche, échappant des retours autour de l’enclave un peu trop souvent, mais réussissant aussi quelques beaux arrêts. Il a notamment frustré Nick Suzuki en échappée en deuxième période. Allen a servi de bouée de sauvetage aux Blues l’hiver dernier, quand Jordan Binnington connaissait des moments plus difficiles. Il ne faut toutefois pas oublier qu’il avait perdu son poste de numéro un au profit de Binnington la saison précédente.

Du bon hockey à offrir

Les vétérans Corey Perry et Michael Frolik ne sont pas arrivés chez le Canadien par la grande porte, acceptant des contrats d’une saison au salaire minimum de 750 000 $ US. Perry a bien fait lors du parcours des Stars de Dallas jusqu’en finale cet été. Il a trouvé le moyen de se démarquer avec un but en déviant un lancer en avantage numérique dimanche. Il pourrait prouver son utilité dans un rôle de spécialiste. De son côté, Frolik a obtenu une belle occasion de marquer en deuxième période, puis a démontré qu’il avait encore un bon coup de patin en enchaînant avec un repli rapide en défensive. Il a aussi provoqué une punition lors du troisième tiers. À l’entraînement, Frolik a toujours l’air d’un joueur de calibre de la LNH, même s’il n’a peut-être plus la touche pour marquer 20 buts par saison. Il servira de réserviste de luxe au sein des deux derniers trios.

Un effort de groupe

L’adversaire n’était pas de taille, c’est bien vrai. Cependant, les quatre trios du Canadien ont connu de bons moments. Claude Julien répète que la profondeur sera un atout du Tricolore cette saison et on en a eu la preuve dimanche soir. À son meilleur, le Canadien devrait être en mesure d’embouteiller ses adversaires cet hiver en attaquant vague après vague, trio après trio. Cette profondeur pourrait toutefois être fragilisée au cours des prochains jours. Afin de respecter le plafond salarial, le Tricolore pourrait commencer la campagne avec seulement 21 joueurs dans sa formation, soit deux de moins que le maximum permis. Des joueurs comme Corey Perry, Michael Frolik, Victor Mete et Xavier Ouellet devront être soumis au ballottage avant de rejoindre le groupe de réserve. La profondeur au centre est aussi mince, alors que Ryan Poehling et Jordan Weal sont les deux options derrière les quatre premiers centres.

À voir en vidéo