Marc-Antoine Dequoy rentre au bercail

Le footballeur québécois Marc-Antoine Dequoy (au premier plan, à droite) a porté les couleurs des Carabins de l’Université de Montréal au niveau universitaire.
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne Le footballeur québécois Marc-Antoine Dequoy (au premier plan, à droite) a porté les couleurs des Carabins de l’Université de Montréal au niveau universitaire.

Pour le footballeur québécois Marc-Antoine Dequoy, signer un contrat avec les Alouettes de Montréal ne constitue pas un plan B, au contraire. Il est d’ailleurs très heureux de revenir dans sa ville natale après son bref passage dans la NFL.

Les Alouettes ont annoncé vendredi l’octroi d’un contrat de trois ans au demi-défensif qui a porté les couleurs des Carabins de l’Université de Montréal au niveau universitaire.

« J’ai eu Danny [Maciocia, le directeur général] quatre ans comme entraîneur. Je connais sa mentalité et ce qu’il peut faire, a confié Marc-Antoine Dequoy vendredi aux journalistes en visioconférence. Le personnel d’entraîneurs, je le connaissais comme partisan. J’ai discuté avec Danny de sa vision, de ce qu’il veut faire et nous avons exactement la même. Je suis fier de faire partie de l’organisation. »

Le footballeur de six pieds trois pouces, 190 livres, a été le premier joueur réclamé par les Alouettes au repêchage de 2020, au 14e rang, en juin dernier, une semaine après qu’il eut signé un contrat avec les Packers de Green Bay comme joueur autonome.

Son aventure dans la NFL a été de courte durée, mais Dequoy arrive à Montréal la tête haute, les yeux résolument tournés vers son avenir avec les Alouettes. « Je tourne la page dans le sens où les Alouettes pour moi, ce n’est pas une déception. C’est ma ville natale, je les regarde depuis que je suis tout jeune. La NFL, ce n’est pas un objectif que je poursuis. S’il y a quelque chose à arriver, ça va venir à moi. En ce moment, je suis concentré à 100 % sur les Alouettes. »

« Je me dis que rien n’arrive pour rien. Je n’ai pas de regrets. Je ne l’aurai pas sur le cœur tout le long de mon passage chez les Alouettes, a-t-il ajouté plus tard. J’ai accepté cette décision-là. Ce qui est fait est fait ; je suis simplement heureux d’être ici avec les Alouettes. »

Retrouver ses repères

C’est davantage l’annulation de la saison 2020 dans la Ligue canadienne qui a découragé le footballeur de 26 ans. « J’ai été retranché après trois semaines au camp. Après ça, en revenant ici, je m’attendais à avoir une saison dans la LCF, alors ce n’était pas trop pire. Mais l’annulation de la saison était le pire scénario que j’avais envisagé. Ç’a été assez difficile. Je me demandais quoi faire. J’ai donc décidé de retourner à l’école », a-t-il expliqué.

« Après une couple de mois, ç’a mieux été. Le confinement a rendu l’entraînement plus difficile, mais une fois que j’ai repris mes habitudes, que j’ai pu trouver des endroits pour m’entraîner en respectant les règles [sanitaires], ç’a fait du bien. J’ai regardé mes options. J’ai alors fait ce que je croyais était le meilleur pour moi, qui allait m’aider pour mon avenir. J’ai signé ce contrat avec grand plaisir. »

Et ses objectifs sont élevés. « Le but, c’est de jouer en défense dès le premier match, a-t-il noté. Je sais ce que je suis capable de faire. »

Il ne ferme toutefois pas la porte si les Alouettes ont besoin de lui autrement. « Je ne suis pas là pour mon gain personnel, mais pour le bien de l’équipe. J’aurais pris cela au sérieux partout où j’aurais joué, mais ici, il y a quelque chose de plus qui fait que de gagner est encore plus important que mon succès personnel. Si on me demande de jouer au sein des unités spéciales, je vais le faire, mais je suis conscient de mon talent et de ce que je peux faire défensivement. 

À voir en vidéo