Intégration aisée pour les nouveaux joueurs du Canadien

Les attaquants Josh Anderson et Tyler Toffoli, ainsi que le défenseur Joel Edmundson, ont souligné en visioconférence qu’ils avaient été accueillis à bras ouverts au sein d’un groupe tricoté serré et travaillant.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Les attaquants Josh Anderson et Tyler Toffoli, ainsi que le défenseur Joel Edmundson, ont souligné en visioconférence qu’ils avaient été accueillis à bras ouverts au sein d’un groupe tricoté serré et travaillant.

L’une des clés chez le Canadien cette saison sera la vitesse à laquelle les nombreux nouveaux éléments pourront s’intégrer et avoir un impact au sein de la formation montréalaise.

Après trois entraînements sur les glaces du Complexe sportif Bell, trois des principaux intéressés ne sont pas trop inquiets. Les attaquants Josh Anderson et Tyler Toffoli, ainsi que le défenseur Joel Edmundson, ont souligné en visioconférence qu’ils avaient été accueillis à bras ouverts au sein d’un groupe tricoté serré et travaillant.

« C’est un groupe très confiant et tout le monde s’entend bien dans le vestiaire », a souligné Toffoli, qui a signé un contrat de quatre saisons (17 millions $US) cet automne.

« Sur la glace, tout le monde travaille fort. Personne n’est là pour perdre son temps. Nous essayons de nous améliorer chaque jour », a-t-il ajouté.

Anderson, acquis des Blue Jackets de Columbus en retour de Max Domi, a ajouté que même si tout le monde travaillait fort à l’entraînement, c’était fait dans la bonne humeur.

« Les gars aiment faire des blagues hors de la patinoire et même sur la glace, ça sourit, ça marque des buts et nous avons du plaisir, a-t-il dit. Il y a une belle chimie au sein de l’équipe, et nous avons hâte que la saison commence. »

Personne n’est là pour perdre son temps. Nous essayons de nous améliorer chaque jour.

 

Le directeur général Marc Bergevin espère avoir greffé à ce groupe du talent, bien sûr, mais aussi de l’expérience qui s’avérera utile dans les moments difficiles et une fois en séries. Toffoli et Edmundson ont gagné la Coupe Stanley, respectivement en 2014 avec les Kings de Los Angeles et 2019 avec les Blues de St. Louis.

« Ce n’est pas facile de gagner, a souligné Edmundson, obtenu des Hurricanes de la Caroline en septembre. Toutes les équipes sont bonnes dans cette ligue. Il faut beaucoup de sacrifices pour gagner — un gros lancer bloqué ou une grosse mise en échec. Il faut être un joueur d’équipe et agir de la sorte pendant toute la saison. »

Apprentissage et cohésion

Quant à l’apprentissage du système, l’entraîneur-chef Claude Julien a rappelé que la plupart des équipes de la LNH demandent les mêmes choses à leurs joueurs, ce qui facilite la transition d’un club à l’autre de nos jours.

« Avant les entraînements, nous faisons des séances vidéo en équipe pour clarifier certains aspects du système et ils semblent bien comprendre, a-t-il mentionné en répondant à une question sur l’intégration d’Anderson et de Toffoli. De mon point de vue, ça va bien. Et à voir à quel point ils impressionnent leurs coéquipiers tous les jours, ça doit être vrai. »

Julien a aussi noté qu’il n’avait pas changé ses trios depuis le début du camp afin de donner une chance aux nouveaux de se concentrer sur l’apprentissage du système de jeu, et non sur la cohésion avec de nouveaux partenaires tous les jours.

À voir en vidéo