Entre la LNH et les joueurs - Les discussions reprennent mercredi

Toronto — La LNH et l'Association des joueurs retourneront à la table des négociations la semaine prochaine à New York.

Les deux parties ne se sont pas rencontrées depuis le 25 mai dernier à Tampa, à l'occasion de la finale de la coupe Stanley.

«Nous continuons d'espérer que notre rencontre, mercredi prochain, nous permettra de nous approcher d'une solution, a déclaré le vice-président exécutif de la LNH Bill Daly, hier, en provenance de New York.

«D'une façon ou d'une autre, nous croyons qu'il est maintenant important de commencer à nous rencontrer plus fréquemment parce le temps commence à manquer, et la seule façon que nous pourrons résoudre tout ça, c'est si les deux parties continuent de discuter.»

La convention collective actuelle, qui a été prolongée deux fois depuis les 10 dernières années, sera échue le 15 septembre, un jour après la finale de la Coupe du monde de hockey. S'il n'y a pas d'entente d'ici là, on s'attend à ce qu'un lock-out soit décrété.

Bob Goodenow, le directeur exécutif de l'Association des joueurs, et le commissaire de la LNH Gary Bettman prendront part tous les deux à la réunion de mercredi prochain. La clause clé auquelle ils feront face est ce que la LNH aime appeler «la certitude des coûts».

L'Association des joueurs refuse d'envisager tout système qui ressemble à un plafond salarial ou qui garantit un certain pourcentage des revenus aux propriétaires de clubs.

«Dans toutes les réunions, l'approche de l'Association des joueurs a été de négocier une entente juste pour les deux parties, a affirmé le directeur principal de l'Association des joueurs, Ted Saskin, hier à Toronto. Jusqu'ici, la LNH tient à tout prix à un plafond salarial, ce qui ne nous permettra pas de faire des progrès.

«Il est à espérer que la LNH fera preuve d'une approche plus flexible au cours de nos prochaines discussions.»

La solution à l'impasse pourrait seulement survenir si la ligue acceptait une taxe de luxe, un concept que l'Association serait prête à envisager.

L'Association a indiqué qu'elle a proposé un système qui comprendrait un partage des revenus, une taxe de luxe, une réduction automatique de cinq pour cent des salaires et quelques modifications à la structure salariale pour les recrues. La LNH veut toutefois un système qui garantirait que les coûts 'soient en relation logique' avec les revenus.

Selon les chiffres offerts par la ligue, mais qui ne sont pas véridiques selon l'Association, 75 % des revenus totaux en 2002-2003 ont été consacrés aux frais reliés aux joueurs, ce qui ne laissait que 25 % aux entraîneurs, au voyagement ainsi qu'aux coûts de développement, de marketing et de promotion. Ce n'est pas suffisant aux yeux de la LNH.