Les joueurs devront probablement sacrifier de l’argent, dit Gary Bettman

Alors qu’il participait à une activité du «Sports Business Journal», Bettman a insisté sur le fait que la LNH ne cherche pas à rouvrir la convention collective quelque cinq mois après sa prolongation.
Photo: Mike Stobe/Getty Images/AFP Alors qu’il participait à une activité du «Sports Business Journal», Bettman a insisté sur le fait que la LNH ne cherche pas à rouvrir la convention collective quelque cinq mois après sa prolongation.

Le commissaire Gary Bettman a averti les joueurs de la Ligue nationale de hockey qu’ils devront probablement payer d’une manière ou d’une autre afin de compenser pour une perte de revenus dans la LNH une fois que s’amorcera la saison 2020-2021.

Alors qu’il participait à une activité du Sports Business Journal, Bettman a insisté sur le fait que la LNH ne cherche pas à rouvrir la convention collective quelque cinq mois après sa prolongation.

Il a cependant mentionné que les réalités financières dans la foulée de la pandémie du coronavirus auront des répercussions sur le partage des revenus, établi à 50-50, entre les propriétaires et les joueurs, à tout le moins dans un avenir rapproché.

Donc, la question, a fait remarquer Bettman, est de savoir si les joueurs ont avantage à remettre l’argent à court terme – en différant un pourcentage plus élevé de leurs salaires, tel que l’a soulevé la LNH lors de discussions – ou risquer de voir le plafond salarial être maintenu au même niveau pendant le reste de l’entente de six ans.

Selon Bettman, les joueurs devront se demander si un plafond salarial fixe est sensé, si l’on tient compte du fait qu’un tel scénario pourrait limiter les hausses de salaire.

Bettman juge «malheureuses» et «imprécises» les remarques selon lesquelles il tente de rouvrir la convention collective. Il a cependant souligné que la plus récente entente a été conclue à partir d’hypothèses qui ne sont plus adéquates.

La LNH doit anticiper une baisse des revenus provenant de la vente de billets puisque les amateurs pourraient se voir refuser l’accès aux matchs, du moins au départ.

Tout indique, par ailleurs, que la LNH présentera un calendrier réduit, qui pourrait être limité à 48 matchs comme ce fut le cas lors du lock-out en 2012-2013.

Dans un courriel acheminé à l’Associated Press, le commissaire adjoint, Bill Daly, a déclaré que la LNH espère toujours lancer sa saison le 1 janvier, mais que ce scénario pourrait aussi changer.

Par John Wawrow, The Associated Press

À voir en vidéo