Transat Québec--Saint-Malo - Karine Fauconnier en tête

Paris — La Française Karine Fauconnier (Sergio Tacchini) avait pris le commandement de la Transat Québec-Saint-Malo à la voile en équipage, devant l'Italien Giovanni Soldini (Tim Progetto Italia), au point de la mi-journée hier, au moment où la flotte terminait de longer la côte sud de Terre-Neuve.

Traversée éprouvante que celle des bancs de Terre-Neuve, pour les multicoques de têtes de la sixième édition de cette course. Tous attendent de «toucher la dorsale» qui les mènera dans l'Atlantique. En attendant, ils sont contraints de s'armer de patience.

Dès la fin du littoral de Terre-Neuve, Fauconnier et Soldini ont empanné sur bâbord et ont cherché à se caler sur l'orthodromie (la route la plus courte tenant compte de la rotondité de la terre).

Derrière suivaient, toujours au point, Thomas Coville (Sodebo), Alain Gautier (Foncia) et Michel Desjoyeaux (Géant), tous le long du littoral de Terre-Neuve. Sur Groupama de Franck Cammas, le moral était bon. Le changement de safran sur le flotteur tribord s'était passé comme prévu mardi dans le meilleur des canevas: une heure et demie à quai à Saint-Pierre-et-Miquelon, soit une perte totale de deux heures et demie. Pas de quoi angoisser.

Le seul problème résidait dans la possibilité de pouvoir attaquer l'Atlantique dans le même système météo que les autres bateaux devant.

«Nous sommes légèrement derrière mais cela ne changera pas grand-chose», a déclaré Franck Cammas hier lors d'une liaison satellitaire, peu avant 11 heures GMT. «Le passage est dans une cinquantaine de milles, nous serons dans le même système que les autres. Ensuite, ce sera à nous de prendre les options qui seront les bonnes. Nous avons notre destin en main.»

En multicoques 50 pieds open, le Français Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!) mène toujours. En monocoques 50 pieds open, le Québécois Georges Leblanc (Ciment Saint-Laurent) garde la tête.