La LNH explore des bulles régionales à court terme et un calendrier écourté

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman
Photo: Mike Stobe/Getty Images/AFP Le commissaire de la LNH, Gary Bettman

La LNH explore des bulles à court terme, une refonte temporaire des sections et un calendrier écourté en vue de la prochaine saison, a confié le commissaire Gary Bettman.

En compagnie de ses homologues de la NBA et du baseball majeur, Adam Silver et Rob Manfred, Bettman prenait part au sommet international Paley, de façon virtuelle.

Le site Internet de la Ligue nationale a publié un texte axé sur les propos de Bettman à cette occasion mardi.

Bettman a dit qu’il ne demandera jamais aux joueurs de se soumettre à une bulle pour la totalité d’une saison.

Les séries de cette année ont eu lieu du 25 juillet au 28 septembre dans deux villes pôles, Toronto et Edmonton. Cette façon de faire incluait de l’isolement, des tests quotidiens et des protocoles stricts en raison de la pandémie.

Le circuit explore l’idée que les clubs jouent dans leurs arénas habituels, dans des bulles, ou une solution hybride.

Tout plan viendrait d’une collaboration entre la LNH et ses joueurs, comme l’était la relance.

Si la Ligue doit se tourner vers des bulles, il y aura des rotations, a dit Bettman lors du sommet de mardi.

« Vous jouerez pendant 10 à 12 jours, a-t-il mentionné. Vous disputerez plusieurs matchs sans voyager. Vous allez rentrer à la maison pour une semaine, pour passer du temps avec votre famille. Il y aura des protocoles pour les tests et toutes les autres choses nécessaires.

« Ce ne sera pas tout à fait aussi efficace qu’une bulle, mais nous croyons, si nous allons dans cette direction, que nous allons minimiser les risques de façon pratique et sensée. C’est l’un des scénarios abordés. »

Il y a aussi la question des déplacements transfrontaliers.

« Nous n’allons évidemment pas déménager les sept équipes canadiennes aux États-Unis, a déclaré Bettman. Même à l’intérieur des États-Unis, il y a des consignes d’isolement à respecter, en se déplaçant d’un État à un autre. Il faut être flexibles.

« Nous pourrions devoir refaire les sections de façon temporaire, sur une base géographique. Nous considérons aussi un calendrier écourté, où les matchs seraient davantage à l’intérieur d’une section, a dit Bettman. Ce pourrait être le choix sensé. »

À voir en vidéo