Lewis Hamilton prêt à passer à l’histoire en F1

Lewis Hamilton a inscrit la 91e victoire de sa carrière au Grand Prix d’Eifel, en Allemagne, le 11 octobre dernier. 
Photo: Wolfgang Rattay Agence France-Presse Lewis Hamilton a inscrit la 91e victoire de sa carrière au Grand Prix d’Eifel, en Allemagne, le 11 octobre dernier. 

Sur un circuit qui accueillera sa toute première épreuve de Formule 1, le Britannique Lewis Hamilton aura l’occasion de trôner au sommet de la hiérarchie des plus grands noms de la F1 en doublant Michael Schumacher pour le plus grand nombre de victoires au cours d’une carrière.

En l’emportant dimanche au Grand Prix du Portugal, Hamilton signera le 92e triomphe de sa carrière et effacera le record de 91 victoires du légendaire allemand qui, pendant si longtemps, a été considéré comme inatteignable.

« Je me souviens quand j’étais assis à la maison à regarder les Grand Prix et Michael gagner », a relaté Hamilton.

« Je me souviens, ensuite, que j’allais en haut avec mon frère pour jouer aux courses à l’ordinateur et j’étais Michael. C’est très surréel », a-t-il ajouté.

Avec une victoire dimanche, Hamilton ferait également un pas additionnel vers un septième championnat des pilotes, ce qui lui permettrait d’égaler un autre record appartenant à Schumacher.

Le Britannique domine le classement par 69 points devant Valtteri Bottas, son coéquipier chez Mercedes, après avoir gagné 7 des 11 premières courses du calendrier.

Après l’étape de dimanche à l’Autodrome international d’Algarve, il ne restera que cinq épreuves à disputer.

Lorsque Hamilton a inscrit la 91e victoire de sa carrière au Grand Prix d’Eifel, en Allemagne il y a deux semaines, Mick Schumacher, le fils de Michael, a remis au Britannique, qui était visiblement ému, l’un des casques de son père lorsque celui-ci évoluait avec l’écurie Mercedes.

« J’ai vraiment été honoré par la famille de Michael lorsqu’elle m’a remis ce casque », a admis Hamilton.

C’est le départ de Schumacher de Mercedes — et de la Formule 1 — qui a donné l’occasion à Hamilton de poser un geste alors considéré comme audacieux en quittant McLaren pour se joindre aux Flèches argentées.

Au Grand Prix d’Eifel, Bottas menait la course après avoir mérité la pole position, mais l’a perdue au profit de Hamilton à la suite d’une maladroite erreur de freinage.

Un Bottas découragé a dû rentrer au garage après 12 tours après une défaillance d’une composante électrique dans le moteur.

« De voir Lewis franchir la ligne d’arrivée et mériter sa 91e victoire a été un moment très spécial. Cependant, la course de Valtteri n’aurait pas pu aller plus mal », a déclaré le grand patron de Mercedes, Toto Wolff.

« Mais l’une des plus grandes forces de Valtteri, c’est sa capacité à rebondir. »

Même en l’emportant dimanche, les chances que Bottas ne rattrape Hamilton seraient minces, à moins que le Britannique n’accumule les déboires lors des quelques courses qui demeurent au programme.

Le circuit de 4,65 km, connu sous le nom de Portimao, est sinueux, compte de fréquents changements au niveau de l’élévation et offre peu d’endroits où il est facile de doubler.

Il s’agit de la deuxième nouvelle étape de cette saison bouleversée par le coronavirus, après le Grand Prix de Toscane, le mois dernier à Mugello. Si la course de dimanche est aussi fertile en émotions que celle qui a été présentée à Mugello, où les accrochages ont été nombreux, les amateurs de la F1 en auront pour leur argent.

Pour les pilotes Romain Grosjean et Kevin Magnussen, de l’écurie Haas, la course de dimanche leur donnera l’occasion d’attirer les regards d’autres équipes en vue de la prochaine saison.

Jeudi, les dirigeants de l’équipe de propriété américaine ont annoncé que le duo, qui n’a gagné que trois points globalement cette saison, sera remplacé.

« Le dernier chapitre est écrit et le livre est terminé », a résumé Grosjean, un vétéran pilote français.

Pour Hamilton, l’histoire se poursuit.

À voir en vidéo