Le spécialiste de la descente Manuel Osborne-Paradis met un terme à sa carrière

Manuel Osborne-Paradis
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne Manuel Osborne-Paradis

Un pas de recul dans sa rééducation de plusieurs à la suite d’une sérieuse blessure au genou a fait réfléchir le skieur Manuel Osborne-Paradis, qui a finalement décidé de prendre sa retraite.

Osborne-Paradis, 36 ans et père de deux jeunes enfants, en a fait l’annonce mardi.

L’incertitude entourant la prochaine saison sur le circuit de la Coupe du monde et la lourdeur de la bureaucratie du sport amateur lui ont fait réaliser, en plein entraînement, qu’il en avait assez.

Osborne-Paradis a indiqué qu’il était littéralement sur la piste quand il a réalisé qu’il en avait assez. Il a immédiatement regagné sa voiture. C’est en marchant qu’il s’est dit qu’il en avait possiblement terminé avec le ski.

Le skieur de North Vancouver a participé à quatre Jeux olympiques, est monté 11 fois sur le podium en Coupe du monde, en plus de remporter une médaille de bronze des Championnats du monde au super-G.

Il a été au coeur d’une époque dorée du ski alpin canadien, alors qu’entre 2009 et 2017, l’équipe masculine est monté sept fois sur le podium des Mondiaux, dont trois fois sur la plus haute marche.

L’espoir de remporter une médaille d’or aux Jeux olympiques de Pékin, en 2022, l’avait incité à entreprendre une difficile rééducation à la suite d’une horrifique chute à Lake Louise, en 2018. Cette chute avait poussé son coéquipier Érik Guay à prendre sa retraite.

Alors qu’il semblait disposer de beaucoup de temps pour se préparer aux Jeux de Pékin, une intervention de routine l’a grandement retardé. Opéré pour retirer des vis de sa jambe en décembre dernier, des dommages constatés aux ligaments du ménisque l’ont renvoyé sur des béquilles, l’empêchant de reprendre la compétition en mars, tel que prévu.

Avec les épreuves concentrées en Europe cet hiver en raison de la COVID-19, Osborne-Paradis ne se voyait prêt à faire un retour avant tard dans la saison.