Les Lakers sont champions de la NBA pour la 17e fois

Les Lakers ont surmonté moult défis cette saison, parmi lesquels la mort tragique de Kobe Bryant en janvier et le fait de devoir jouer dans la bulle de la NBA à Walt Disney World pendant trois mois, sans partisans.
Photo: John Raoux Associated Press Les Lakers ont surmonté moult défis cette saison, parmi lesquels la mort tragique de Kobe Bryant en janvier et le fait de devoir jouer dans la bulle de la NBA à Walt Disney World pendant trois mois, sans partisans.

La saison de la NBA a eu des hauts et des bas, mais pour LeBron James et les Lakers de Los Angeles, elle s’est terminée dans l’euphorie et au sommet de la planète basketball.

Pour une première fois depuis le cinquième et dernier titre de Kobe Bryant, il y a dix ans, les Lakers sont champions de la NBA grâce à une victoire convaincante de 106-93 contre le Heat de Miami, dimanche soir.

Les Lakers ont remporté cette finale en six parties et ils ont mis la main sur le 17e titre de leur histoire, égalant les Celtics de Boston pour le plus grand total de la NBA. Lors de leur dernière conquête, ils avaient justement défait les Celtics en sept matchs.

LeBron James, qui a été nommé le joueur le plus utile de la finale, a amassé 28 points, 14 rebonds et 10 aides pour l’équipe californienne. Il s’agit de sa quatrième bague de championnat en carrière et il a signé le titre avec une troisième équipe, après avoir triomphé avec le Heat et les Cavaliers de Cleveland.

« Notre organisation veut recevoir du respect. La “Laker Nation” veut recevoir du respect. Et je veux recevoir du respect aussi », a affirmé James.

Anthony Davis a obtenu 19 points et 15 rebonds pour les Lakers, qui ont vécu beaucoup d’émotions après la mort tragique de Bryant en janvier. Ils ont également surmonté d’autres défis, parmi lesquels jouer dans la bulle de la NBA à Walt Disney World pendant trois mois, sans partisans.

« Nous avons une maîtrise en adversité. C’est ce que je peux vous dire, a mentionné l’entraîneur-chef des Lakers, Frank Vogel. Nous avons vécu beaucoup de choses. »

Bam Adebayo a récolté 25 points et 10 rebonds pour le Heat, qui a vu Jimmy Butler inscrire seulement 12 points. À sa première saison avec le Heat, Butler a aidé l’équipe à revenir parmi l’élite de la NBA.

En l’honneur de Bryant

Le passage de la ligue dans une bulle, qui avait été orchestré après une interruption de quatre mois et demi en raison de la pandémie de COVID-19, prend donc fin de cette façon. C’est également le cas de cette saison particulière, au cours de laquelle la NBA a été impliquée dans un conflit politique avec la Chine. Elle a également vu l’ancien commissaire David Stern rendre l’âme et a appris l’horrible nouvelle des décès de Bryant, de sa fille Gianna et de sept autres personnes dans un accident d’hélicoptère.

Les joueurs des Lakers ont d’ailleurs dit qu’ils disputaient le reste de la saison en l’honneur de Bryant. Ils ont accompli ce que Bryant avait réussi à faire cinq fois pour l’équipe de Los Angeles.

« Tu as écrit ton propre chapitre inspirant dans la grande histoire des Lakers, a déclaré la propriétaire des Lakers, Jeanie Buss. Nous avons vécu une triste tragédie avec la mort de Kobe Bryant. Laissons ce trophée nous rappeler que quand nous nous rassemblons et que nous croyons en nous, des choses incroyables peuvent se produire. »

Le sixième duel de la finale était essentiellement terminé à la demie, alors que les Lakers menaient 64 à 36. Le Heat n’a jamais mené du match, il n’a pas été capable de réussir ses tirs de partout sur le terrain et il n’a pas joué avec la même intensité.

Les Lakers ont fait ce qu’ils voulaient sur le terrain dès le premier sifflet. Ils ont dominé le Heat 36 à 16 au deuxième quart, et ce, même si LeBron James n’a réussi qu’un seul tir pendant cette période.

Rajon Rondo, qui a marqué 19 points et est devenu le premier joueur à gagner le titre avec les Celtics et les Lakers, a réussi ses six tirs en première demie. Il s’agissait de la première fois depuis novembre 2007 qu’il réussissait l’exploit.

L’avance de 28 points à la demie des Lakers était la deuxième plus importante de l’histoire de la finale de la NBA. Seuls les Celtics avaient fait mieux contre les Lakers le 27 mai 1985, en menant 79 à 49.

Le Heat a montré des signes de vie en deuxième demie et il a connu une séquence de 23 à 8 pour s’approcher à 21 points des Lakers avec 8:37 à écouler. Mais quelques minutes plus tard, les célébrations avaient déjà commencé sur les lignes de côté.

« Nous n’avons pas obtenu le résultat souhaité en finale, a dit l’entraîneur-chef du Heat, Erik Sporlstra. Mais j’ai rappelé aux gars que nous allions chérir pour la vie ces souvenirs vécus ensemble. Nous allons nous souvenir de cette année, de cette saison, de cette expérience et de cette amitié dans le vestiaire pour le reste de nos vies. »