Domi aurait aimé une meilleure communication au sein du CH

Les Blue Jackets ont annoncé mercredi après-midi qu’ils avaient accordé un contrat de deux saisons et 10,6 millions $US à Domi, qui aurait pu devenir joueur autonome avec compensation le 9 octobre.
Photo: Derek Leung/Getty Images/AFP Les Blue Jackets ont annoncé mercredi après-midi qu’ils avaient accordé un contrat de deux saisons et 10,6 millions $US à Domi, qui aurait pu devenir joueur autonome avec compensation le 9 octobre.

Max Domi aurait aimé mieux comprendre ce qu’il devait faire pour regagner sa place parmi les deux premiers trios du Canadien de Montréal. Il ne le saura probablement jamais, ce chapitre de sa carrière étant terminé.

Au lendemain de l’échange qui l’a envoyé aux Blue Jackets de Columbus en retour de Josh Anderson, Domi a souligné un manque de communication avec l’entraîneur-chef du Tricolore, Claude Julien. Il a aussi affirmé ne pas avoir eu de rencontre de fin de saison avec la direction de l’équipe.

« La situation en séries a été difficile. Il n’y avait pas beaucoup de communication. Je ne savais pas trop ce qui se passait, ce que je devais faire pour aider l’équipe », a dit Domi mercredi, en visioconférence.

Après avoir établi un sommet personnel avec 72 points à sa première saison avec le Tricolore en 2018-2019, Domi a semblé perdre la faveur de Julien au cours du dernier hiver. Son rôle avait tranquillement été réduit en cours de saison, alors que sa production avait chuté à 44 points.

Domi a ensuite commencé la relance de la LNH au sein du quatrième trio. Il a amassé trois aides, lors du même match, en 10 parties.

Questionné sur sa relation avec Julien, Domi a simplement affirmé qu’il ne voulait « pas aborder ce sujet ».

Max Domi a malgré tout insisté pour dire qu’il avait apprécié son séjour avec le Canadien et qu’il avait tissé des liens importants avec ses coéquipiers.

« C’est un supergroupe et je vais m’en ennuyer. Je vais aussi m’ennuyer de jouer devant les partisans au Centre Bell. Je ne pensais pas que ce serait vraiment aussi spécial, mais ça l’était, a-t-il dit. Ce chapitre est maintenant terminé. »

Le prochain chapitre de la carrière de Domi devrait durer au moins deux ans. Les Blue Jackets ont annoncé mercredi après-midi qu’ils avaient accordé un contrat de deux saisons et 10,6 millions $US à Domi, qui aurait pu devenir joueur autonome avec compensation le 9 octobre.

De bons mots pour Montréal

Par hasard, Max Domi a été échangé contre l’un de ses meilleurs amis. Anderson et lui ont joué ensemble pendant trois saisons avec les Knights de London, dans la Ligue de hockey de l’Ontario.

Il a vanté les mérites du Tricolore et de Montréal à Anderson. « Nous étions un peu sous le choc [mardi]. Quand nous avons appris la nouvelle, nous nous sommes appelés, a raconté Anderson, en conférence téléphonique. Il a parlé en bien de Montréal. Il a adoré son expérience et m’a dit que j’allais avoir beaucoup de plaisir. »

Anderson, qui est originaire de Burlington, en Ontario, a déjà goûté au meilleur du Centre Bell, même si le Canadien n’a jamais affronté les Blue Jackets en séries.

« Pour mon 16e anniversaire de naissance, on m’a offert d’aller n’importe où dans le monde et j’ai choisi d’aller assister à un match de séries à Montréal, a raconté Anderson. Mon père m’a permis de voir un match entre le Canadien et les Penguins de Pittsburgh [lors du printemps 2010]. C’était absolument incroyable. »

Anderson, qui est âgé de 26 ans, s’est donné pour mission de faire taire ses détracteurs la saison prochaine. Après avoir établi un sommet personnel avec 27 buts en 2018-2019, il a été limité à un but et trois aides en 26 matchs l’hiver dernier, quand sa campagne a déraillé en raison d’une blessure à l’épaule gauche subie dès le premier match.

Il aurait été prêt à revenir au jeu cet été si les Blue Jackets avaient franchi le premier tour des éliminatoires.

« J’ai été assez bon lors de mes trois premières saisons, puis j’ai connu des ennuis l’hiver dernier à cause de ma blessure, a-t-il admis. À l’approche de la prochaine campagne, je n’ai jamais été aussi confiant. Ça fait huit mois que je travaille pour cette occasion. »

Anderson devra d’ici là signer un nouveau contrat, lui qui deviendra joueur autonome avec compensation vendredi. Il visait une entente à long terme avec les Blue Jackets et a dit être ouvert à cette possibilité avec le Canadien.

Le directeur général, Marc Bergevin, devra se jeter un peu dans le vide, puisqu’une entente à court terme permettrait à Anderson de se prévaloir de l’autonomie complète à la fin de tout nouveau contrat potentiel. Anderson a toutefois confiance de bien cadrer dans les plans du Tricolore, et Bergevin semblait très heureux d’avoir mis la fin sur un gros ailier capable de marquer des buts.

« J’ai confiance en mes moyens et je suis en santé. C’est une bonne équipe avec un gardien étoile. Je crois pouvoir accomplir beaucoup de bonnes choses à Montréal », a conclu Anderson.

À voir en vidéo