Alexis Lafrenière est repêché au 1er rang par les Rangers de New York

Jamie Hersch du NHL Network interviewe Alexis Lafreniere avant le premier tour du repêchage de la Ligue nationale de hockey 2020.
Photo: Mike Stobe Agence France-Presse Jamie Hersch du NHL Network interviewe Alexis Lafreniere avant le premier tour du repêchage de la Ligue nationale de hockey 2020.

Alexis Lafrenière visitera New York pour une première fois au cours des prochains mois et il le fera en tant que membre des Rangers de New York.

Il n’y a pas eu de surprise lors du début du repêchage de la LNH, mardi, alors que l’attaquant québécois a été choisi au premier rang, ce que plusieurs prévoyaient depuis des années.

Lafrenière, qui célébrera son 19e anniversaire de naissance dimanche, a amassé 112 points en 52 rencontres l’hiver dernier avec l’Océanic de Rimouski. Il a été élu joueur par excellence de la Ligue canadienne de hockey lors des deux dernières campagnes, devenant le premier joueur depuis Sidney Crosby à mériter cet honneur deux saisons de suite.

Le natif de Saint-Eustache était le grand favori pour être repêché au premier rang, se retrouvant au sommet de la liste des meilleurs espoirs d’essentiellement tous les observateurs.

« Après toute l’attente, c’est un soulagement. Et j’ai attendu plus longtemps que je le pensais », a dit Lafrenière, faisant référence au fait que le repêchage a eu lieu plus de trois mois plus tard que prévu en raison de la pandémie de la COVID-19 et qu’il était organisé de manière virtuelle.

« De ne pas savoir quand ça aurait lieu, que ce soit le repêchage ou la loterie, il y avait beaucoup d’inconnus. »

Sans la pandémie, Lafrenière aurait été acclamé par les partisans québécois en montant sur la scène au Centre Bell le 26 juin. Les célébrations ont été plus intimes dans la résidence des Lafrenière à Saint-Eustache.

Après avoir entendu son nom être annoncé par le directeur général des Rangers, Jeff Gorton, Lafrenière a fait l’accolade à sa mère, son père et sa sœur. Son père est ensuite allé chercher un chandail et une casquette des Rangers, que Lafrenière a vite enfilés.

« J’ai grandi en rêvant d’être repêché dans la LNH. C’est incroyable d’être le premier joueur choisi, un véritable honneur », a dit Lafrenière, qui a affirmé n’avoir jamais visité New York.

« J’ai hâte de rencontrer les partisans. J’ai entendu beaucoup de bonnes choses au sujet des partisans et de l’amphithéâtre. J’ai hâte d’aller à New York dans les prochains mois. »

Lafrenière est ainsi devenu le premier Québécois à être sélectionné au premier rang depuis le gardien Marc-André Fleury en 2003, et le premier attaquant québécois depuis Vincent Lecavalier en 1998.

En trois saisons avec l’Océanic, Lafrenière a amassé 114 buts et 297 points en 173 matchs.

Possédant un bon gabarit à six pieds un pouce et 193 livres, Lafrenière a aussi inscrit 10 points en cinq matchs au Championnat mondial junior l’hiver dernier, aidant le Canada à gagner l’or et étant nommé joueur par excellence du tournoi.

Les Rangers espèrent qu’il les aidera à accélérer leur retour parmi l’élite de la LNH. Menés par Artemi Panarin et Mika Zibanejad, les Blue Shirts ont compilé un dossier de 37-28-5 l’hiver dernier et ont été balayés par les Hurricanes de la Caroline en ronde de qualification.

Il s’agissait de leur première participation aux séries depuis le printemps 2017.

C’est la première fois depuis la création du repêchage universel de la LNH en 1969 que les Rangers détenaient le premier choix. Ils l’ont obtenu via la loterie de la LNH. L’an dernier, les Rangers ont repêché l’attaquant Kaapo Kakko au deuxième rang.

Les Rangers, qui possédaient aussi le 22e choix, ont effectué une transaction avec les Flames de Calgary pour grimper au 19e rang et sélectionner le défenseur Braden Schneider, des Wheat Kings de Brandon.

Un coup de main pour Dorion

Au deuxième rang, les Kings de Los Angeles ont opté pour le centre format géant Quinton Byfield, des Wolves de Sudbury. Puis les Sénateurs d’Ottawa ont sélectionné l’agile attaquant allemand Tim Stuetzle, de l’Adler Mannheim, au troisième rang.

Les Sénateurs avaient acquis ce choix des Sharks de San Jose dans l’échange impliquant le défenseur Erik Karlsson. Stuetzle est le deuxième allemand choisi au troisième rang du repêchage de la LNH, égalant le record de Leon Draisaitl, en 2014 avec les Oilers d’Edmonton.

Le premier choix des Sénateurs a été annoncé par l’Ontarien Alex Trebek, célèbre animateur de l’émission « Jeopardy ». Trebek a ainsi donné un peu d’aide au directeur général Pierre Dorion, qui avait une soirée chargée devant lui.

Les Sénateurs possédaient également le cinquième et le 28e choix. Ils étaient la première équipe depuis les Islanders de New York en 2000 à parler deux fois dans le top-5.

« C’est un honneur d’avoir l’occasion de jouer dans la capitale du Canada », a dit Stuetzle, qui a admis ne pas connaître l’émission « Jeopardy ».

« Mon objectif est d’atteindre la LNH le plus rapidement possible et de gagner une coupe Stanley avec les Sénateurs. »

Après que les Red Wings de Detroit eurent choisi l’attaquant suédois Lucas Raymond, de Frolunda, au quatrième rang, les Sénateurs ont repêché le défenseur américain Jake Sanderson, du Programme de développement américain.

Au 28e rang, les Sénateurs ont sélectionné le centre Ridly Greig, des Wheat Kings.

Le gardien Yaroslav Askarov, du SKA Saint-Pétersbourg, a été sélectionné au 11e rang par les Predators de Nashville. Aucun gardien n’avait été repêché aussi tôt depuis Jack Campbell en 2010, au 11e échelon par les Stars de Dallas.

Les Devils du New Jersey possédaient aussi trois droits de parole. Ils ont repêché l’attaquant suédois Alexander Holtz au septième rang, le centre Dawson Mercer, des Saguenéens de Chicoutimi, au 18e rang, et le défenseur russe Shakir Mukhamadullin au 20e rang.

Les Sharks ont clos la soirée en sélectionnant l’attaquant des Raiders de Prince Albert Ozzy Wiesblatt, au 31e rang.

Les rondes 2 à 7 seront présentées mercredi.